Européennes : le parti du Brexit en tête des sondages au Royaume-Uni

 |   |  186  mots
Le nouveau Parti du Brexit, de Nigel Farage recueille davantage de soutien que les deux grands partis traditionnels pris ensemble.
Le nouveau Parti du Brexit, de Nigel Farage recueille davantage de soutien que les deux grands partis traditionnels pris ensemble. (Crédits : Eddie Keogh)
Le Parti conservateur de Theresa May chute à la quatrième place dans un sondage sur les intentions de vote pour les élections européennes, loin derrière le nouveau Parti du Brexit, de Nigel Farage, qui recueille davantage de soutien que les deux grands partis traditionnels pris ensemble.

Selon le dernier sondage Opinium pour l'Observer, le parti fondé par Nigel Farage en avril est crédité de 34% des intentions de vote pour le scrutin européen du 23 mai, qui se tiendra au Royaume-Uni car la date du Brexit a été reportée à la fin octobre. Le Labour (opposition de centre-gauche) arrive en deuxième position des intentions de vote avec 21%, suivi des libéraux-démocrates (centre, pro-européen), à 12%. Les Tories de la Première ministre sont à la traîne avec 11%.

Les Britanniques étaient censés quitter l'Union européenne le 29 mars, moins de trois ans après le référendum du 23 juin 2016 qui les avaient vus voter à 52% en faveur du Brexit. Mais faute de consensus au Parlement, Theresa May a été contrainte de repousser à deux reprises ce divorce historique, désormais programmé pour le 31 octobre au plus tard, sans que personne ne sache encore quelle forme il prendra.

Résultat: le pays se retrouve dans l'obligation d'organiser en catastrophe le scrutin européen, prévu le 23 mai, pour élire des députés européens qui pourraient ne siéger que quelques mois.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/05/2019 à 17:49 :
Le Brexit....une entreprise mensongère initiée par des politiciens arrivistes et inconséquents qui risque "d'abimer" la Grande Bretagne et également l'Europe. Le Brexit est le dernier feuilleton politique dont personne n'avait besoin et qui n'aidera pas les citoyens européens à se réconcilier avec la Politique.
Réponse de le 13/05/2019 à 20:32 :
Vous confondez toujours l'UE de Bruxelles qui n'est qu'une simple administration hors sol avec l'Europe que la GB ne quittera jamais!
a écrit le 12/05/2019 à 18:11 :
Ce qui veut dire que 68 pourcents des brittaniques ne vont pas voter pour le parti pro-brexit et donc faire comme si de rien n'était.
Réponse de le 12/05/2019 à 18:33 :
Alors pas d'inquiétude, vous allez pouvoir faire la fête!
a écrit le 12/05/2019 à 17:45 :
.......une confirmation de démocratie ?
a écrit le 12/05/2019 à 17:26 :
Excellent. Farage de nouveau depute europeen... Il va pouvoir de nouveau insulter les serpieres comme Juncker. Avec la poussee eurosceptique dans tous les autres pays, ca va donner un parlement europeen ou les 2 partis qui faisait la loi jusqu a maintenant vont perdre leur majorite et donc la possibilite de se repartir les postes a la bonne franquette
a écrit le 12/05/2019 à 17:05 :
La GB cherche une confirmation et l'UE de Bruxelles... aussi, les urnes parleront!
a écrit le 12/05/2019 à 15:02 :
Du coup , nul besoin d'un second referendum .
Les brits en majorité veulent quitter l'UE .Alors qu'on les mette VITE dehors avec ou sans deal ; pour une fois je suis d'accord avec MACRON .
Réponse de le 12/05/2019 à 17:07 :
Au moins on parlera allemand entre nous!
a écrit le 12/05/2019 à 14:51 :
Ils votent jeudi 23 mais les resultats officiels ne seront conus que dimanche soir. Par contre, les sondages "sortie des urnes" risquent d'être très très commentés, et ça va faire tache pendant 3 jours pour les pro europeens.
a écrit le 12/05/2019 à 14:28 :
52% ?
Ça c’est un pays divisé par le Brexit.

C’est vraiment navrant que l’Europe soit devenu aussi nul , pas à la hauteur des engagements de bases , une réunification trop rapide , on dirait que tout a été fait pour faire exploser l’Europe avec la guerre des pays de l’Est .

Au lieu de construire , il a eu une destruction , nous pouvons pas construire en essayant d’effacer le passé , c’est là que intervient la résilience: «  ce qui est «  est »

C’est l’acceptation du passé pour construire «  plus fort , plus humain, plus cohérent « 

L’Europe a raté ce «  train là « 
Vraiment dommage.
Réponse de le 12/05/2019 à 17:48 :
l'ENORME erreur de l'Europe est de vouloir gommer les spécificités des nations !
Il y avait surement des voies plus intelligentes ......
Réponse de le 12/05/2019 à 19:09 :
Certes spécifiés des nations oui c’est l’héritage culturelle , la diversité, c’est une transmission qui se fait par les générations et les familles.

Mais le «  fait d’un état a un moment x » dans le temps réalité pour tous.

L’Europe a pris cet «  état x » pour éliminer un état avant «  x » pour reconstruire à avec force «  un état artificiel y « 
Détruire tout un tissu naturel pour re- formater.

Ça s’appelle «  changer » le cours d’un état naturel pour des objectifs virtuels , casser la réalité dans le temps réalité pour suivre des «  objectifs « 

Aujourd’hui ces objectifs ont fait presque exploser l’Europe et les valeurs fondatrices .

Changer juste un «  paramètre  » ( avec violence)dans la réalité ça change tout le futur et pas toujours celui que nous avons cru construire.

a écrit le 12/05/2019 à 11:42 :
"le pays se retrouve dans l'obligation d'organiser en catastrophe "

Ho la la la la mais qu'est-ce qu'ils ne sont pas dégourdis ces pauvres anglais ! ^^

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :