Elections européennes : l'europhobe Nigel Farage lance sa campagne

 |   |  358  mots
Avec son Parti du Brexit, l'europhobe Nigel Farage compte bien faire une percée aux élections européennes, un scrutin auquel le Royaume-Uni, lancé sur la rampe d'une sortie de l'UE depuis trois ans, n'aurait jamais dû prendre part.
Avec son Parti du Brexit, l'europhobe Nigel Farage compte bien faire une percée aux élections européennes, un scrutin auquel le Royaume-Uni, lancé sur la rampe d'une sortie de l'UE depuis trois ans, n'aurait jamais dû prendre part. (Crédits : © Eduardo Munoz / Reuters)
Nigel Farage, qui fut l'un des architectes de la victoire des partisans d'une sortie de l'UE au référendum de juin 2016, a lancé vendredi son parti du Brexit, promettant d'inspirer la "peur de Dieu" aux parlementaires qu'il accuse de trahir la décision britannique de quitter l'Union européenne.

Lors d'une réunion à Coventry, dans le centre de l'Angleterre, il a dévoilé la liste des candidats que son parti présentera aux élections européennes le mois prochain si, comme c'est plausible, le Royaume-Uni se voit contraint d'y participer.

Le report au 31 octobre de la date du Brexit, décidé dans la nuit de mercredi à jeudi par les dirigeants européens, contraint en effet les partis politiques britanniques à se préparer à ces élections européennes du 23 mai.

The Brexit Party launches today. We need your help to change politics for good. pic.twitter.com/Wuvh7o2gEC— Nigel Farage (@Nigel_Farage) 12 avril 2019

"Trahison"

Ce scrutin, trois ans après la victoire des Brexiters, pourrait se transformer en un nouveau référendum, mais sur une échelle restreinte, de la consultation du 23 juin 2016. Devant ses partisans, Farage a expliqué qu'il n'avait pas d'autre choix que de se lancer dans la course, accusant les adversaires du Brexit, les "Remainers", de trahir la volonté exprimée il y a trois ans dans les urnes.

"J'ai vraiment cru un moment, sans doute stupidement, que nous avions gagné. Mais il est devenu assez vite évident que notre Parlement 'remainer', notre gouvernement 'remainer' et même notre Première ministre 'remainer' allaient tout faire pour repousser et diluer voire stopper et renverser le Brexit", a-t-il dit. "Nous avons observé au cours de ces dernières semaines la trahison, la trahison intentionnelle, du plus grand exercice démocratique de l'histoire de notre nation", a poursuivi Farage.

Victoire en 2014

"Nous pouvons gagner ces élections européennes et nous pourrons à nouveau insuffler la peur de Dieu aux membres du parlement de Westminster. Ils ne méritent rien de mois après la façon dont ils nous ont traité en nous trahissant." Annunziata Rees-Mogg, la soeur de Jacob Rees-Mogg, chef de file des plus ardents Brexiters parmi les élus conservateurs, sera sur la liste du parti.

Aux dernières élections européennes, en 2014, le Parti de l'indépendance du Royaume-Uni (Ukip) que dirigeait alors Nigel Farage était arrivé en tête avec près de 27% des voix, faisant élire 24 des siens au Parlement européen.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/04/2019 à 13:41 :
Europhobe?? Mais vous confondez toujours L'Europe avec cet administration hors sol qu'est l'UE de Bruxelles!! Nous sommes tous européen!
Réponse de le 16/04/2019 à 11:41 :
Bonjour les éléments de langage de la secte UPR...
administration->l'UE compte moins de fonctionnaires que la seule ville de Paris. Elle n'est pas qu'une administration, elle est aussi un parlement démocratiquement élu ; et enfin, c'est uniquement à cause du non français au référendum de 2005 qui tendait à la doter d'une constitution qu'elle reste un objet mal identifié.
hors-sol->même si la proportionnelle appliquée pour l'élection de son parlement tend à éloigner les élus de leurs électeurs, ses autres institutions sont des émanations des pouvoirs nationaux démocratiquement élus, que ce soit la commission (qui d'ailleurs est validée par le parlement), ou le conseil européen. Par ailleurs les agences de l'UE sont implantées dans les différents pays.
-de Bruxelles : de Strasbourg, de Luxembourg,...aussi, en fait de partout où sont implantées des agences et institutions de l'UE. Et l'UE, par des dispositifs comme le FEDER, veille particulièrement au développement harmonieux de toutes ses régions. Ne projetez pas sur l'UE les défauts bien connus du centralisme franco-français (tout à Paris et pour Paris).
a écrit le 15/04/2019 à 10:10 :
Pas étonnant, Nigel Farage aimerait bien être député européen, pour l'argent.
Réponse de le 16/04/2019 à 11:44 :
Son mandat, s'il arrive à se faire élire (il risque d'avoir du mal, les britanniques sont pragmatiques, on ne peut pas leur retirer ça... considérant le bourbier dans lequel lui et ses sbires ont plongé le Royaume-Uni par leurs mensonges éhontés) sera des plus éphémères, 4 ou 5 mois tout au plus.
a écrit le 15/04/2019 à 8:01 :
48 h après le référendum, Farage a reconnu avoir menti sur les bénéfices que le Royaume-Uni pourrait tirer du brexit. Le RU devrait le juger pour haute trahison.
a écrit le 14/04/2019 à 21:27 :
L'Union européenne est fondée sur la négation de la démocratie. Et on arrive au bout d'un cycle, où les peuples se rendent compte qu'ils sont privés de démocratie...
a écrit le 14/04/2019 à 21:21 :
Intéressant cet homme.

Lui donner l'opportunité de faire une liste aux européenne est une monstrueuse bêtise qu'il saura exploiter.
Ses opposants, les remainers, n'ont pas inventé la poudre.
Ils n'avaient qu'a respecter la démocratie.
a écrit le 14/04/2019 à 19:49 :
Ce vote des Anglais est une marque de mépris imposée à tous les électeurs continentaux. Il en restera quelque chose pour toute notre classe politique et ce n'est pas bon...
Réponse de le 15/04/2019 à 8:03 :
c'est surtout la preuve que le Royaume-Uni est totalement déboussolé.
a écrit le 14/04/2019 à 18:59 :
Tout s'explique en sachant que les 'elus" européens sont ceux dont les citoyens de leurs pays n'en ont pas voulus,
a écrit le 14/04/2019 à 16:24 :
L'erreur est sans doute de leur avoir laissé près de trois ans entre le vote du brexit et la sortie effective de l'UE. Un vote en juin 2016 aurait dû être conditionné à une sortie effective au 31 décembre 2016. Vous aurez remarqué qu'on leur a laissé six mois de plus et depuis cette décision, il ne se passe plus rien. Cela va être comme ça jusqu'à la rentrée de septembre et en octobre, on en sera toujours au même point. D'ailleurs on parle déjà d'un nouveau report à juin 2020.
Réponse de le 15/04/2019 à 7:57 :
Il a fallu 9 mois pour que l'exécutif britannique accouche de l'enclenchement de l'article 50 qui prévoit une sortie 2 ans après. La course de lenteur est imputable au RU, pas à l'UE.
a écrit le 14/04/2019 à 16:09 :
en votant pour les élections européennes,s'ils y participent, les anglais feront l'économie d'un nouveau référendum et le résultat de ces élections dans ce pays confirmera ou infirmera le résultat du référendum de 2016. Quant à N Farage, il lui faudra sans doute trouver d'autres arguments fallacieux car ceux de 2016 sont à présent eventés
a écrit le 14/04/2019 à 11:19 :
Avec ce genre de politicards, l'Angleterre aurait été envahie par l'Allemagne nazie en moins d'un mois.
a écrit le 14/04/2019 à 10:50 :
Ces brexiters vont finir par entraîner la CE par le fond. C’est ce qu’ils souhaitent in fine. Et les conflits recommenceront comme jadis.
Réponse de le 14/04/2019 à 18:40 :
@ Gerardc27

Dans le forum tout le monde parle des Anglais , et que dire de la majorité des Européens qui voulaient une rallonge de 12 mois.....Tous à la botte Allemande pour que celle-ci puisse vendre ses Mercedes , il y a beaucoup de conflits d' intérêts que les médias masquent .
a écrit le 14/04/2019 à 10:17 :
Bah, c’était largement prévisible, les anglais veulent avoir un maximum de parlementaires anti CE pour peser le plus possible sur les débats et influencer les négociations sur le brexit pour leur propre intérêt, ce qu'ils n'ont pas réussi à avoir avec le parlement et l'équipe de Commissaires actuels très unis....
Les tabloïds vont se déchainer encore une fois, ils n'en sont pas à une contradiction près...s'il peuvent affaiblir la CE, c'est tout bon pour eux !
Barnier et Macron ont eu raison de poser des limites, maintenant vont-ils pouvoir tenir la barre pour garder le cap dans la nouvelle équipe ?
Réponse de le 15/04/2019 à 7:59 :
Ils ne pèseront sur rien.
Réponse de le 15/04/2019 à 11:19 :
euh, la sortie definitive ( si elle a lieu), c'est avant l'installation de la nouvelle commission
pour le reste, le message est clair, un accord a ete signe, c'est ca ou rien, et y a rien a renegocier ( sauf le delai, eventuellement)
de toute facon, il n'est pas dans la mentalite des germains de renegocier des accords, ne serait ce que parce que ca laisse la porte ouverte a tout et n'importe quoi
a écrit le 14/04/2019 à 9:07 :
on ne comprend pas pourquoi il fait une liste alors qu'il ne veut plus y etre...
l'argent, certainement
Réponse de le 14/04/2019 à 10:23 :
C'est facile de pirater une organisation de l’intérieur !
Bonne journée
a écrit le 14/04/2019 à 8:52 :
Le nationalisme a ceci de particulier et de particulièrement malsain : enfoncer jour après jour dans une récidive maladive sa propre nation et ses concitoyens dans le trouble et le chaos...
Grâce au Brexit, nous pouvons jauger la dangerosité de ce courant nauséabond qui se manifeste à nouveau en Europe, après l'avoir mise à sac lors de la Grande Guerre, puis de la Seconde...
a écrit le 13/04/2019 à 23:24 :
Farage, c'est pas ce gars qui n'a proféré que des mensonges aux électeurs pour les inciter à voter pour le brexit et qui se la ramène une fois de plus. Quelle crédibilité?
Réponse de le 14/04/2019 à 8:33 :
Et sur la souveraineté et son corollaire la démocratie à retrouver par le Brexit du RU ?
a écrit le 13/04/2019 à 21:44 :
La Reine avait demandé, avant le référendum, lors d'un repas privé mais propos qui avait été divulgué dans la presse "Donnez- moi trois bonnes raisons de rester dans l'U.E?".
Et maintenant "why is so long?" Pourquoi est-ce si long? Finalement il n'y a que la Reine pour défendre, sans avoir l'air d'y toucher, la souveraineté du R.U, la souveraineté du peuple..
T May était d'accord dès le départ pour faire capoter le Brexit. Ceux qui ont été nommés pour négocier le Brexit et qui étaient anti Brexit, ont démissionné du poste car ils ne pouvaient faire leur travail, le dernier en date avait déclaré que si l'U.E ne voulait pas négocier, il suffisait d'arrêter tout versement à l'U.E.
Cela n'a pas plu à May, alors elle s'est attribuée le rôle de négociateur direct. Mascarade encore, le premier report a été demandé par May, le deuxième, elle l'a accepté car celui-ci émanait de l'U.E. Ils se moquent du monde. Demander une deuxième report ne figure pas dans l'article 50, alors c'est l'U.E qui le propose MAIS cette possibilité ne figure pas dans non plus dans l'article 50 et pour cause...
Au final, il n'y a jamais eu de négociation. Totale esbroufe.
Réponse de le 16/04/2019 à 21:10 :
Il ne vous aura pas échappé que May est devenue PM parce que tous les pro-brexit, Johnson en tête, se sont défilés.
a écrit le 13/04/2019 à 18:23 :
Que les brexiters se fassent lyncher par les électeurs, partout où ils ont semé l'inquiétude et la colère.
En Irlande du Nord, en Ecosse, dans le grand Londres, chez les ouvriers de l'automobile, les paysans, les malades, les expatriés...

Franchement, ça me gonfle déjà de penser qu'on vient de convier les anglais à participer au renouvellement de la plupart des instances dirigeantes de l'UE. Filer 7500 € mensuels à des Farage dont le but est de nous pourrir la vie parce qu'on ne pense pas pareil, ça me déprime.

Bref, je prie pour que ces parasites UKIP et autres xénophobes se fassent laminer.
a écrit le 13/04/2019 à 17:30 :
Dans le doute, les anglais utilisent les élections européennes pour confirmer ou infirmer leur sortie de l'UE, sans avoir a retourner aux urnes pour un référendum qui pourrait qu'être litigieux!
Réponse de le 13/04/2019 à 20:48 :
Il est possible que le RN remporte les européennes en France, mais avec 25% de 50% de participation, ses thèses restent minoritaires dans le pays.

Je pense que les élections européennes anglaises seront très compliquées à analyser.
Réponse de le 13/04/2019 à 21:56 :
Oui, cela va se jouer en "referendum national" en G.B. ; les pour et les contres le Brexit. vont se donner a cœur joie pendant ces élections européennes, il n'auront aucune pensée pour l'avenir de l'UE et l'argumentaire sera très simple.
Réponse de le 14/04/2019 à 14:15 :
Rien de mieux que de participer aux élections européennes pour remplacer le référendum que l'on ne veut pas faire!
Réponse de le 16/04/2019 à 21:15 :
Pourquoi un nouveau référendum serait-il litigieux ? Seuls les imbéciles ne changent pas d'avis. Et d'ailleurs ça pourrait être une façon de trancher : brexit sans accord, brexit avec l'accord négocié, abandon du brexit.
Réponse de le 16/04/2019 à 21:18 :
52% de leave avec une participation de 72%, on ne peut pas dire que ce soit une majorité écrasante au point de dire que le brexit résulte d'un élan populaire irréversible. L'étroitesse de la marge justifie pleinement au contraire un référendum de confirmation (ou pas).
a écrit le 13/04/2019 à 16:47 :
1) Il faut sortir de l’UE.
2) Bon, le scrutin était hier, mais la moitié de ce que je vous ai dit pour vous inciter à voter Leave était de pures c*nneries.
3) Il faut mettre les mains dans le cambouis pour organiser ce Brexit, très peu pour moi !
4) Puisque notre Brexit est un bazar sans fin et qu’on va devoir participer aux élections européennes, votez pour que je retrouve mon confortable poste de député. Je porterai haut les couleurs d’un mouvement dont la thèse principale vient de faire la preuve de son échec !
a écrit le 13/04/2019 à 15:57 :
Bravo ! Il a 100% raison, on a encore une preuve de vol évident de démocratie (Sarko pour nous) ! Merci M. Farrage de remettre la réalité en face après une propagande qui fait froid dans le dos !
Réponse de le 13/04/2019 à 16:41 :
Vol de quoi? Ce sont les députés britanniques qui ont refusé toutes les propositions au nombre de huit pour sortir de l'Europe à la date prévue initialement.
Réponse de le 14/04/2019 à 21:54 :
@Nryre Tu parles ! Les propositions bidons on ne les accepte pas, on les refuse, démocratie !
Réponse de le 16/04/2019 à 21:24 :
Sarko n'a rien volé du tout. Il avait annoncé clairement ses intentions pendant sa campagne et pour une fois il a tenu parole. Il est d'ailleurs probable que cette clarté de ses intentions en la matière lui a permis de réunir sur son nom le vote des pro-européens pas nécessairement de droite et ulcérés par le résultat du référendum de 2005. Son élection (avec bien plus de voix sur son nom que le non au référendum) a permis de tirer une fois pour toutes la chasse sur le vote honteux de 2005.
a écrit le 13/04/2019 à 13:16 :
Toujours a confondre l'Europe avec cet administration hors sol qu'est l'UE de Bruxelles, nous sommes tous européens mais n'acceptons pas d'être "gouverné" par cet organisation non démocratique!
a écrit le 13/04/2019 à 13:13 :
Toujours a confondre l'Europe avec c'est administration hors sol qu'est l'UE de Bruxelles, nous sommes tous européens mais n'acceptons d'être "gouverné" par cet organisation non démocratique!
a écrit le 13/04/2019 à 13:10 :
Pour défendre les exportateurs allemands Mme Merkel joue au poker avec l'UE.Les nationalistes anglais vont s'allier à tous les extrémistes européens et tenteront de bloquer son fonctionnement .En tous cas si M.Junker a besoin d'une lettre de recommandation pour se recaser il pourra compter sur Macron !Et c'est amusant de lire les délires des chefs de la CDU qui reprochent à ce dernier d'agir pour l'intérêt de son pays...Mme.May a obtenu un délai plus long que celui qu'elle demandait.
a écrit le 13/04/2019 à 12:04 :
Quand on est europhobe, pourquoi participer à des élections organisées par l'UE? C'est aussi valable pour les français. J'ai ma petite idée de la réponse: Avoir des députés européens constitue une source de revenus supplémentaire pour ces partis politiques qui ont souvent une faible audience nationale. Dans ce cas l'argent n'a vraiment pas d'odeur.
Réponse de le 13/04/2019 à 13:39 :
Question sans sens. Ne pas participer signifierait pour les anti UE laisser leurs adversaires imposer leurs choix dans les institutions européennes qui décident 80% des lois, et augmenter l'importance de ces institutions sans opposition.
a écrit le 13/04/2019 à 11:59 :
Il voulait le Brexit et maintenant il candidate pour un mandat européen. Il se moque de qui celui-là ?
Ce n'est pas seulement la peau de la Grande-Bretagne qu'il veut mais celle de l'Europe.
Voilà pourquoi ça tergiverse tant outre manche pour trouver une sortie: c'est pour mettre le boxon aux européennes.
Macron a raison de vouloir le brexit sans délai, c'est un calcul juste.
Réponse de le 13/04/2019 à 16:25 :
Un collaborateur au service des puissances qui oeuvrent pour affaiblir l'Europe. Encore un "autoentrepreneur" qui a trouvé un job sans doute bien rémunéré.
a écrit le 13/04/2019 à 10:29 :
Outre manche, comme outre atlantique, beaucoup de Spectacle en ce moment. Ca amuse bien les enfants...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :