Gaz : l'Allemagne annonce avoir rempli en totalité ses réservoirs pour l'hiver

A la veille de l'hiver, l'Agence fédérale allemande des réseaux a tenu à se montrer rassurante concernant les réserves de gaz. Mais, même pleines, celles-ci ne suffiront que pour environ deux mois d'hiver.
(Crédits : MICHELE TANTUSSI)

Alors que les températures vont nettement baisser cette semaine outre-Rhin, l'Etat allemand a à coeur de rassurer l'opinion publique, déjà secouée par une inflation stratosphérique. Longtemps débattu en Allemagne, qui a révélé son extrême dépendance au gaz russe, le niveau des réservoirs a atteint son maximum, a indiqué mardi l'Agence fédérale allemande des réseaux. Autrement dit, la première économie européenne est prête à affronter l'hiver, grâce notamment à la météo clémente, et ce, malgré les baisses drastiques des livraisons russes depuis septembre.

Face aux risques de pénurie, Berlin avait fixé en juillet une série d'objectifs pour que les stocks de gaz atteignent 95% au 1er novembre, un niveau qui a été atteint dès la mi-octobre.

« Le niveau de stockage total en Allemagne est de 100% », selon un communiqué de cette agence chargée des réseaux d'énergie.

L'Allemagne en récession

Outre-Rhin, les prix de l'énergie ont explosé, entrainant l'inflation à +10% en septembre. C'est tout le tissu industriel et ses emplois qui se retrouvent ainsi menacé. Berlin devrait enregistrer l'an prochain la plus faible performance des pays de l'UE, avec un recul de 0,6% de son PIB, contre une croissance de 0,4% en France.

La première économie européenne, gourmande en énergie, s'est donc lancée dans une course contre la montre pour trouver des fournisseurs alternatifs. L'Allemagne, qui s'approvisionnait à 55% en gaz russe avant la guerre, doit désormais se fournir ailleurs, à des prix beaucoup plus élevés (Norvège, Etats-Unis).

Elle a aussi accéléré la mise en place de terminaux pour recevoir du gaz naturel liquéfié (GNL) directement sur son territoire.

Une étape été franchie mardi avec l'inauguration du premier quai adapté pour accueillir une unité flottante de GNL, dans le port de Wilhelmshaven en mer du Nord.

« L'exemple de Wilhelmshaven », où les travaux ont démarré début mai, « montre ce qui est faisable lorsque tout le monde se mobilise », s'est félicité le ministre de l'Economie Robert Habeck dans un communiqué.

Berlin a aussi décidé d'augmenter son recours au charbon et de prolonger pendant quelques mois l'activité de ses dernières centrales nucléaires, tout en appelant aux économies d'énergie.

L'énorme quantité de gaz stockée dans les réservoirs du pays ne suffira toutefois que pour environ deux mois en hiver: l'Allemagne consomme en moyenne, entre novembre et février, entre 90 à 120 terrawattheures de gaz mensuellement.

D'ores et déjà, l'Allemagne, qui s'approvisionnait à 55% en gaz russe avant la guerre, s'attend à connaître la plus forte inflation en 2023, à +7,5%, selon la Commission européenne.

(Avec AFP)

Lire aussiAllemagne : l'énergéticien RWE veut fermer ses centrales à charbon d'ici 2030

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 16/11/2022 à 1:38
Signaler
Ces réserves ne suffisent pas à l'industrie allemande c'est juste pour les foyers et encore.. Leur industrie est morte..la seule qui restait en Europe de l'ouest. Surtout que leurs industries sont interconnectés c'est à dire la métallurgie avec l'a...

à écrit le 15/11/2022 à 20:20
Signaler
Bonjour, Bon Ne nouvelle pour le petit peuple allemand... Maintenant, espérons que cela suffira pour passer l'hiver... Ensuite espérons que d'ici 6 mois ils sera mis en place des solutions pérenne pour les année avenirs...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.