Industrie : la seconde vague creuse les déséquilibres de la zone euro

 |  | 1036 mots
Lecture 5 min.
La multiplication des foyers de contamination dans l'union monétaire durant cet automne a anéanti les espoirs d'une reprise rapide en zone euro.
La multiplication des foyers de contamination dans l'union monétaire durant cet automne a anéanti les espoirs d'une reprise rapide en zone euro. (Crédits : Ralph Orlowski)
L'accélération de l'industrie européenne au mois d'octobre est principalement portée par l'Allemagne selon les derniers indices Markit. L'Espagne, l'Italie et la France sont encore loin de retrouver leur niveau d'avant crise et la multiplication des mesures de confinement et la hausse spectaculaire des contaminations plongent les industriels dans un épais brouillard pour la fin de l'année.

La propagation de la seconde vague risque d'amplifier les disparités au sein de la zone euro. Selon le dernier bilan de l'institut Markit rendu public ce lundi 2 novembre, la croissance du secteur manufacturier s'est poursuivie au mois d'octobre. L'indice PMI, qui est très suivi par les milieux économiques, s'est établi à 54,8 au mois dernier contre 53,7 en septembre. Au-dessus de 50, l'activité est en zone d'expansion.

Derrière cette hausse, de sérieuses différences apparaissent entre les puissances du Vieux Continent déjà miné par la crise de 2008 et la crise des dettes souveraines de 2012. "Le secteur manufacturier de la zone euro a enregistré une croissance très soutenue en octobre, portée par de fortes expansions de la production et des nouvelles commandes, dont les taux ont été rarement surpassés au cours des vingt dernières années. Si les données de l'enquête permettent d'anticiper de nouvelles hausses de l'activité au cours du quatrième trimestre, elles mettent toutefois en évidence des disparités inquiétantes au sein de la région", explique Chris Williamson, chef économiste chez IHS Markit.

En outre, la recrudescence du virus en zone euro depuis le début du mois de septembre et le durcissement des mesures sanitaires...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :