Avec la seconde vague, l'économie européenne se fragmente encore plus

 |  | 830 mots
Lecture 4 min.
(Crédits : Fabrizio Bensch)
La France, l'Espagne et les Pays-Bas devraient voir l'activité se contracter de nouveau au quatrième trimestre en raison de la structure de leur économie, plus vulnérable aux restrictions sanitaires, et de l'intensité de ces dernières, estime l'assureur-crédit Euler Hermès dans une récente étude. Avec la mise en place de mesures plus drastiques pour limiter la propagation du virus dans ces pays, les risques de divergences au sein l'Union européenne s'amplifient à nouveau.

Les nuages s'amoncellent pour l'Espagne, la France et les Pays-Bas. Selon une récente étude du cabinet Euler Hermes, le produit intérieur brut (PIB) devrait reculer respectivement de 1,3%, 1,1% et 1% au cours du dernier trimestre 2020. À l'inverse des pays comme l'Allemagne ou la Finlande semblent plus épargnés.

"L'été s'est arrêté prématurément pour plusieurs pays européens, avec la réintroduction de mesures de distanciation sociale par les gouvernements au mois d'août. Tandis que tous les pays européens ont enregistré une hausse du nombre de cas, notre carte des risques sanitaires montre une forte divergence entre les pays les plus performants (Allemagne, Finlande) et les pays à la traîne (Espagne, France, Pays-Bas) qui ont perdu le contrôle de la pandémie une nouvelle fois", expliquent les économistes dans leurs travaux.

La multiplication des foyers de contamination au cours de ce début d'automne et le durcissement des mesures pour freiner...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :