Législatives italiennes : le parti post-fasciste Fratelli d'Italia de Giorgia Meloni sort en tête

D'après les premiers sondages l'alliance des droites radicales formée par Fratelli d'Italia de Giorgia Meloni, la Ligue de Matteo Salvini et Forza Italia de Silvio Berlusconi est arrivée en tête des élections législatives et devrait disposer d'une majorité parlementaire. Un scénario qui préoccupe au plus haut point les marchés et Bruxelles, qui redoutent des remous dus au discours eurosceptique qu'entretiennent les trois partis qui vont former un gouvernement de coalition et l'envolée du coût de l'énorme dette du pays. Plusieurs heures seront nécessaires avant d'obtenir un décompte précis des sièges remportés compte tenu du mode de scrutin mixte, combinant scrutin majoritaire et scrutin proportionnel.
(Crédits : YARA NARDI)

Un séisme en Italie. Alors que plus de 50 millions d'Italiens étaient appelés aux urnes dimanche pour les élections législatives, les premiers sondages à la fermeture des derniers bureaux de vote à 23 heures donnent vainqueur le bloc de droite et d'extrême droite. L'alliance, formée par Fratelli d'Italia de Giorgia Meloni, la Ligue de Matteo Salvini et Forza Italia de Silvio Berlusconi ,est arrivée en tête des élections législatives et devrait disposer d'une majorité parlementaire. Ces trois partis auraient raflé entre 41% et 45% des voix selon la Rai. Suffisamment pour obtenir une majorité.

Parmi ces trois partis, c'est  le celui de Giorgia Meloni qui sort en tête en récoltant entre 22,5% et 26,5% des suffrages, suivi de La Ligue entre 8,5% et 12,5%, puis de Forza Italia (le parti conservateur de Silvio Berlusconi) entre 5 et 9%.

Le bloc de centre-gauche constitué autour du Parti démocrate obtiendrait pour sa part entre 25,5 et 29,5%, le Mouvement Cinq étoiles (populiste) devant se contenter de 13,5 à 17,5%, en chute par rapport à son score historique de plus de 30% en 2018.

Cette coalition sera donc être en mesure de pouvoir proposer le Premier ministre qui succédera à Mario Draghi. Vu les résultats du parti post-fasciste Fratelli d'Italia (FdI), c'est sa cheffe, Giorgia Meloni, 45 ans, qui devrait être nommée diriger le gouvernement de ce pays fondateur de l'Europe communautaire.

Avec le jeu complexe des circonscriptions, la coalition devrait s'assurer la majorité absolue des sièges aussi bien à la Chambre des députés qu'au Sénat.

La coalition a un « net avantage aussi bien à la Chambre qu'au Sénat  , s'est réjoui sur Twitter Matteo Salvini. « La nuit sera longue, mais je veux déjà vous rem»ercier ».

Inquiétude des marchés

Le futur gouvernement, qui ne prendra ses fonctions que fin octobre, aura une multitude d'embûches sur son chemin. Il devra gérer la crise causée par la flambée des prix alors que l'Italie croule sous une dette représentant 150% du PIB, le ratio le plus élevé de la zone euro derrière la Grèce.

Dans ce contexte, la manne du plan européen de relance post-pandémie, dont l'Italie est de loin le premier bénéficiaire, sera indispensable pour maintenir à flot la péninsule. Comme Marine Le Pen, Giorgia Meloni a finalement renoncé à sortir de l'euro, mais elle réclame une « révision des règles du Pacte de stabilité », suspendues en raison de la crise sanitaire, qui fixent un plafond de 3% du PIB pour le déficit et de 60% pour la dette.  Elle réclame également la renégociation du plan de relance post-Covid italien, financé à hauteur de près de 200 milliards d'euros par l'Europe, pour tenir compte de la flambée des coûts de l'énergie dans la foulée de la guerre en Ukraine.

« La fête est finie, l'Italie va commencer à défendre ses intérêts nationaux », a-t-elle mis en garde.

Pour autant, le déboursement des fonds est lié à une série de réformes dont la mise en œuvre a été scrupuleusement respectée par le gouvernement sortant de Mario Draghi et qui semblent désormais compromises. La victoire de la coalition d'extrême-droite préoccupe donc au plus haut point les marchés et Bruxelles, qui redoutent des remous dus à son discours eurosceptique et l'envolée du coût de l'énorme dette du pays. Les inquiétudes sur un relâchement dans la mise en œuvre des réformes et un dérapage de la dette publique après les élections ont déjà amené les agences de notation Standard & Poor's et Moody's à dégrader la perspective liée à la note de solvabilité du pays.

Lire aussiHausse des taux de la BCE : l'Italie, le cauchemar de la zone euro

Promesses électorales coûteuses

Les promesses électorales de la coalition pourraient avoir un effet néfaste sur les comptes publics.

« Leur programme est très vague et n'explique pas comment financer ces mesures », estime Nicola Nobile, du cabinet Oxford Economics. Si elles étaient pleinement appliquées, le déficit public dépasserait 6% du PIB pendant les cinq prochaines années, « propulsant la dette publique déjà élevée à des niveaux insoutenables ». La mesure phare, un impôt à taux unique, soit 15% pour la Ligue et 23% pour Forza Italia, pourrait coûter entre 20 et 58 milliards d'euros, selon l'Observatoire des comptes publics italiens. S'y ajoutent d'autres baisses d'impôts, des mesures de « paix fiscale » (amnisties) et le relèvement de la pension minimum.

Quelle position face à Moscou ?

Outre les questions économiques, Bruxelles suivra de très près la question sensible des sanctions contre Moscou et sur les éventuelles tensions qui pourraient naître entre la Commission et un gouvernement ultra-conservateur et souverainiste, proche du régime hongrois dirigé par l'ultranationaliste Viktor Orban. Solidaire de l'Otan depuis le début de l'invasion russe en Ukraine sous la houlette de Mario Draghi, Rome entretient traditionnellement des relations cordiales avec Moscou. Lorsqu'il était chef de gouvernement, Berlusconi traitait en ami Vladimir Poutine, qu'il a reçu à titre personnel dans sa villa de Sardaigne et avec lequel il s'est rendu en Crimée après l'annexion de cette péninsule ukrainienne par la Russie en 2014. Matteo Salvini, lui, fait pression pour un allègement des sanctions contre Moscou, qu'il juge inefficaces et contre-productives, tout en jugeant « injustifiable » l'invasion de l'Ukraine. Atlantiste, Giorgia Meloni a en revanche pris des positions claires en faveur du soutien à l'Ukraine, des sanctions contre la Russie et de l'envoi d'armes à Kiev.

 ___________

ZOOM- Prévisions de croissance revues à la baisse

Le gouvernement italien du président du Conseil sortant Mario Draghi s'apprête à revoir à la baisse ses prévisions de croissance pour 2023, à un peu plus de 0,5%, en raison de l'impact de la crise énergétique qui pèse sur la troisième économie de la zone euro, a appris Reuters de sources au fait du dossier. Le Trésor italien table pour cette année sur une croissance du produit intérieur brut (PIB) de 3,3% à 3,4%, alors qu'une prévision fixée en avril dernier misait sur une croissance de 3,1%. Pour l'an prochain, le gouvernement prévoit une croissance du PIB de 0,6% à 0,7%, bien en deçà de la précédente prévision de 2,4%, selon deux sources, tout en prévenant que ces prévisions étaient encore susceptibles de changer compte tenu des incertitudes économiques. Mario Draghi a d'ores et déjà débloqué quelque 66 milliards d'euros depuis janvier pour atténuer l'impact de la flambée des prix de l'électricité et du gaz sur les ménages et les entreprises. Son successeur à la présidence du Conseil devra vraisemblablement suivre la même voie. La semaine dernière, le ministre de l'Economie, Daniele Franco, a confirmé l'objectif de déficit budgétaire à 5,6%. Des prévisions de croissance plus faibles pour 2023 devraient faire passer l'objectif de déficit pour l'an prochain au-dessus de 3,9%, tel qu'il est actuellement prévu.

Les nouvelles prévisions de croissance doivent être annoncées le 27 septembre.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 25
à écrit le 26/09/2022 à 21:29
Signaler
"Commission et un gouvernement ultra-conservateur et souverainiste, proche du régime hongrois dirigé par l'ultranationaliste Viktor Orban" et vous, êtes-vous des ultra-gauchistes ou juste des ultra-macronistes ? on a l'impression de lire des comm...

à écrit le 26/09/2022 à 10:06
Signaler
Rien de mieux que de créer sa "propre" opposition pour maintenir l'UE au pouvoir ! Les médias y jouent un bien grand rôle ! ;-)

à écrit le 26/09/2022 à 8:40
Signaler
Le mal ou le pire, voilà à quoi nous condamnent les élections sachant qu'il est difficile de distinguer l'un de l'autre. L'argent ne veut rien d'autre au pouvoir que des gens manipulables à souhait et l'extrême droite est manipulable à souhait la pre...

à écrit le 26/09/2022 à 5:11
Signaler
il est dommage que la Tribune traite ces partis italiens de fascistes. On est loin de Mussolini et ses chemises noires. Si les europeens votent de + en + a droite, il doit bien y avoir une raison....

le 26/09/2022 à 6:27
Signaler
Je partage cet avis. En outre parler de séisme alors que depuis la chute du précédent gouvernement le bloc des droites est annoncé largement gagnant relevé de la malhonnêteté intellectuelle. Et puis nous ressasser sans cesse les allusions au parti ...

le 26/09/2022 à 9:08
Signaler
Je partage l'avis de lol et Jason13. On ne cesse d'occulter certains problèmes, par laxisme et bien-pensance, mais quand il y a trop de poussière accumulée sous le tapis, elle ressort

à écrit le 25/09/2022 à 19:50
Signaler
Les médias Macroniens ultralibéraux hyperatlantistes (95% des médias en France) soutiennent les nazis italiens. Ils préfèrent comme dans les années 30 Hitler au front populaire.

le 26/09/2022 à 5:26
Signaler
Qu'est-ce que vous racontez ? Les macronistes haïssent l'extrême droite, ça va à l'encontre de leurs principes hypocrites

à écrit le 25/09/2022 à 17:38
Signaler
Non seulement ces élections ne m'inquiètent pas mais le retour de la démocratie face à la tyrannie de l'UE me fait extrêmement plaisir.

à écrit le 25/09/2022 à 16:41
Signaler
L'Italie est un pays souverain , donc au lieu de hurler au loup ,Bruxelles ferait mieux de s'interroger sur les raisons du choix qui fait si peur , la Suède a déjà pris le même chemin. Par ailleurs ceux qui croit que l'Italie sera traitée comme la G...

à écrit le 25/09/2022 à 15:48
Signaler
Ah l'Italie aussi (comme Félicie) après la Pologne, l'Autriche, la Hongrie, la République Tchèque, la Suède, il serait peut être temps que Bruxelles si prompt à jeter l'anathème sur tous les régimes qui ne sont pas dans l'orthodoxie, fasse son ewxame...

à écrit le 25/09/2022 à 11:53
Signaler
En gr0s il faut comprendre que l’Uni0n Européenne veut imp0ser aux Italiens le ch0ix de leur g0uvernement, ce qui est bien et ce qui est le mal abs0lu ?

à écrit le 25/09/2022 à 11:52
Signaler
Les anciens du bloc de l'est sont d'extrême droite.. ce n'est pas seulement la Suède et l'Italie. Notons au passage que le modèle Suède et nordique, souvent porté au pinacle, semble s'être lourdement fracassé devant l'intégration de masse utopique ma...

à écrit le 25/09/2022 à 11:33
Signaler
L’extrême droite européenne est beaucoup moins extrême que la droite américaine : état policier, discriminations, fracture sociale et raciale, exploitation des migrants... Et pourtant les marchés financiers ne s'en inquiètent pas ! L’extrême droite c...

le 25/09/2022 à 17:03
Signaler
Ce n'est pas la politique italienne, dont on a n'a rien faire, qui inquiéte les marchés. Ce sont les promesses populistes intenables et la posture anti-UE. L'écroulement économique de la 3éme puissance de l'UE aurait des repercutions énormes. La droi...

à écrit le 25/09/2022 à 10:23
Signaler
Pourquoi le titre "Risque..." ; C'est plutôt une opportunité pour l'Europe. Faire revenir l'Europe à ses vrais valeurs et à ses peuples. Les résultats économiques de l'Italie devraient faire rougir nos soi disant économiste Macron et son sous ministr...

le 25/09/2022 à 11:32
Signaler
Pour votre gouverne la France a mieux fait que l Italie sur ces chiffres et l inflation y est 1,5 point en moins …. Mais on aura compris votre prise de position ….

à écrit le 25/09/2022 à 9:52
Signaler
Je propose d'exiler MACRON à Brégançon jusqu'à la fin de son mandat et de demander à Mario DRAGHI de venir exercer ses talents à l'Elysée. Nous pourrions même nous faire assister de cet ex-chancelier allemand qui avait remis son pays sur les rails pu...

à écrit le 25/09/2022 à 9:40
Signaler
Les Italiens auront bientôt le choix entre un Italexit ou un traitement à la Grecque à coups de BCE et FMI. Je ne crois pas que ce soit très bien pour l'Italie.

à écrit le 25/09/2022 à 9:26
Signaler
Votez bien les italiens sinon : :« Nous verrons le résultat du vote en Italie , il y a eu aussi des élections en Suède . Si les choses vont dans un sens difficile, nous avons des outils, comme dans le cas de la Pologne et de la Hongrie ». Le message...

à écrit le 25/09/2022 à 8:56
Signaler
Se sont nos autorité et leurs politiques ou plutôt leurs faillites qui font tomber les digues du populisme tout comme la catastrophe financière des années 30 participa à leur émergence.

à écrit le 25/09/2022 à 8:44
Signaler
L'administration de l'UE de Bruxelles aurait-elle peur de la Démocratie ! Pourquoi tant de rejet de la part des populations ? Cause ;-) ou conséquence ?

le 25/09/2022 à 9:34
Signaler
quel que soit le pays la cause est toujours la meme l'incapacites de nos dirigeants a comprendre les peuples a ignorer la veritable democratie dicte par une elite deconnecte du quotidien voir mme van der leyen donner des recomandations alors q...

à écrit le 25/09/2022 à 8:40
Signaler
Le Mouvement 5 étoiles est dirigé par Giuseppe Conte et no Matteo Salvini, ce dernier étant chef du parti de la Lega.

à écrit le 25/09/2022 à 8:36
Signaler
Ce qui préoccupe certains, c'est qu'elle puisse réussir sur l'immigration.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.