L'ex-président de Marks and Spencer en campagne contre le Brexit

 |   |  347  mots
Au sein de la campagne dirigée par l'homme d'affaires Stuart Rose se trouvent notamment trois anciens Premiers ministres (Tony Blair, Gordon Brown and John Major) et l'ancien ministre travailliste Peter Mandelson.
Au sein de la campagne dirigée par l'homme d'affaires Stuart Rose se trouvent notamment trois anciens Premiers ministres (Tony Blair, Gordon Brown and John Major) et l'ancien ministre travailliste Peter Mandelson. (Crédits : Reuters Luke MacGregor)
Une campagne pour le maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne doit être lancée ce lundi 12 octobre, par l'homme d'affaires Stuart Rose, en vue du référendum. Le Premier ministre David Cameron a promis sa tenue d'ici la fin de 2017.

Intitulée "Britain Stronger in Europe", cette campagne interpartisane sera menée par l'homme d'affaires Stuart Rose, ancien président de Marks and Spencer, président de l'épicier en ligne Ocada, et pair conservateur à la chambre haute du parlement.

"Affirmer que pour la Grande-Bretagne la voie patriotique est de battre en retraite, de nous retirer et de regarder vers l'intérieur, c'est ne pas comprendre qui nous sommes en tant que nation", explique l'homme d'affaires dans un discours qui devrait être rendu public, ce lundi 12 octobre, pour le lancement de sa campagne.

"Je ne permettrai à personne de me dire que je suis moins anglais parce que je crois dans une Grande-Bretagne la plus forte possible pour l'économie, pour notre sécurité et pour notre société", devait encore déclarer M. Rose.

Une campagne soutenue par Blair, Brown et Major

Au sein de la campagne dirigée par l'homme d'affaires se trouvent notamment trois anciens Premiers ministres (Tony Blair, Gordon Brown and John Major) et l'ancien ministre travailliste Peter Mandelson.

Le lancement de "Britain Stronger in Europe" intervient après celui de deux autres campagnes qui défendent, elles, la sortie de la Grande-Bretagne de l'UE.

"Vote Leave", qui comprend des membres du Parti conservateur et du Parti travailliste, principale formation de l'opposition, a été lancée la semaine dernière. "Leave.EU", menée par le parti UKIP de l'eurosceptique Nigel Farage, a démarré en septembre.

Les revendications de David Cameron

Le Premier ministre, le conservateur David Cameron, a promis la tenue d'ici la fin de 2017 d'un référendum sur la question de l'appartenance de la Grande-Bretagne à l'Union Européenne. Il se retrouve sous la pression du parti anti-UE UKIP et de l'aile eurosceptique de son propre Parti conservateur.

David Cameron s'est engagé à renégocier avec l'UE les conditions de l'appartenance de la Grande-Bretagne au Bloc européen. Il souhaite que Londres ait des pouvoirs renforcés et la capacité d'être dispensé de telle ou telle mesure qui irait dans le sens d'une plus grande intégration européenne.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/10/2015 à 19:00 :
L'Europe des égoïstes ! Chacun pour soi ... Y être quand on y trouve un intérêt économique, en sortir quand on pense mieux s'en tirer tout seul. Triste époque !!!
a écrit le 12/10/2015 à 13:12 :
Que les milieux économiques soient contre le Brexit n'a rien de surprenant, ils savent parfaitement que ça dégradera les conditions économiques.
a écrit le 12/10/2015 à 12:10 :
C'est sûr que si la GB perd tous ses avantages européens, cela va être dur. Mais je n'y crois pas. La dame de fer (rust in peace) disait "I want my money back" et nos tout mous acceptaient son chantage. Les Anglais veulent le beurre, l'argent du beurre et la crémière ...et si possible un supplément, sans aucune contrainte. Je pense donc que la GB va se retirer, mais bénéficier de tous les avantages et privilèges des adherents à l'UE :-)
a écrit le 12/10/2015 à 9:59 :
c est OCADO pas OCADA
a écrit le 12/10/2015 à 8:56 :
L'Angleterre oublie que l' Europe c'est un mariage, et non un arrangement pour tirer les marrons du feu quand cela va bien, et se retirer quand ça va mal. C'est une attitude est pour le moins égocentrique....
De Gaulle disait " l'Angleterre est et sera le mouton noir de l'Europe".....
Donc on pourra fermer l'Eurotunnel.....
Réponse de le 12/10/2015 à 16:01 :
"fermer l'Eurotunnel" en le remplissant d'eau... :-) Ils seront obligés de pomper tels les Shadocks pour le maintenir sec.
D'aucuns disent que la City déménagerait si la GB s'en allait. Peut-être vers Paris ? :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :