L'UE appelle Londres à négocier un Brexit "sérieusement" pour empêcher un "no deal"

 |   |  297  mots
(Crédits : Wolfgang Rattay)
Le négociateur de la Commission européenne sur le Brexit, Michel Barnier, a prévenu mercredi le Royaume-Uni que la négociation d'un accord commercial après son départ de l'UE nécessitait qu'il s'engage à mettre en place des conditions de concurrence équitables.

Le niveau d'ambition d'un futur accord de libre-échange que nous devrons négocier et conclure avec le Royaume-Uni dépendra clairement des garanties que nous aurons ensemble mises sur le papier en matière sociale, environnementale, de concurrence ou d'aides d'État, soutient Michel Barnier, qui s'exprimait devant les eurodéputés à Strasbourg.

"Cette relation économique doit évidemment être accompagnée par des garanties de 'level playing field' (ndlr: selon l'expression anglaise communément utilisée pour évoquer ces conditions équitables)", a-t-il ajouté.

Le négociateur pour l'UE a regretté que le gouvernement britannique de Boris Johnson ait manifesté son intention de "revenir sur les engagements" pris en la matière par l'ancienne Première ministre Theresa May dans la "déclaration politique" sur la relation future négociée avec l'UE.

Des "conditions de confiance nécessaires"

Selon un haut responsable européen, l'UE n'"est pas prête à accepter" les demandes du Royaume-Uni qui ambitionne, selon lui, de devenir "un Singapour" de l'Europe.

"Avec un grand pays si proche, important comme le Royaume-Uni, qui réalise un peu plus de la moitié de son commerce avec le marché unique, un partenariat économique ambitieux exige un socle de règles du jeu communes", a insisté  M. Barnier.

"Nous voulons créer les conditions de confiance nécessaires pour bâtir notre relation future telle qu'elle était esquissée dans la déclaration politique. Si le Royaume-Uni sort sans accord, je veux rappeler que toutes ces questions ne disparaissent pas", a-t-il ajouté.

Londres et Bruxelles peinent à s'attendre sur un accord de retrait, alors que le Royaume-Uni est supposé quitter l'UE le 31 octobre, ce qui rend "très réel" le risque d'une sortie sans accord, selon le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/09/2019 à 11:22 :
" qui ambitionne, selon lui, de devenir "un Singapour" "

Les anglais ont toujours été des contrebandiers donc l'UE ne veut pas que le RU soit ce qu'il a toujours été, toujours ce drôle de rapport de notre consortium financier européen avec la notion d'identité non ? Ben forcément vu que l'UE en est complètement dépourvue elle même !
a écrit le 18/09/2019 à 21:43 :
y a que BoJo pour croire que les europeens vont ramasser la savonette
par contre c'est triste a dire, mais le UK va devoir negocier avec riquet a la houpe qui leur a promis un accord fantastique
et vu que quelques millions de brits ca ne pese pas lourd face a quues centaines de millions de yankees, la negociation ne va pas etre facile
a écrit le 18/09/2019 à 19:16 :
Ca y est Barnier si met , à quoi ? à gagner du temps ; c est ce qui découle de son discours .
Bon, après Boris sera déjugé . Un nouveau premier ministre sera nommé , qui gagnera du temps aussi , et de fil en aiguille arrivera les élections du parlement et selon les résultats le Brexit aura lieu ou pas .
a écrit le 18/09/2019 à 17:55 :
Ca y est BOJO a gagné ! Bravo les Anglais ! Maintenant la ritournelle est terminée "nous ne négocierons rien" = "négocier sérieusement" !
BOJO a clairement dit "même sans deal" et cette fois l'UE est à la rue parce qu'il va le faire, voilà comment on négocie dans la vraie vie ! Il faut être prêt à assumer ces choix pour de bon !
L'UE est une organisation qui ne représente personne et ne sert à rien, n'importe qui peut négocier ce qu'il veut avec les Anglais alors autant dire ... tout le monde !
Allez BOJO tu y es presque ! Yes you can !
Réponse de le 18/09/2019 à 18:41 :
Bojo y va effectivement tout droit et tout UK avec lui .
L'important c'est le voyage, pas forcément la destination.
Mais là le voyage c' est une galère et la destination c'est le mur.
Réponse de le 18/09/2019 à 19:06 :
@yes
Oui c'est ça Bojo a gagné, c'est exactement ce que viens de déclarer Barnier si j'ai bien lu l'article. L'espoir fait vivre.
Réponse de le 18/09/2019 à 21:46 :
euh, il s'agit de la negociation commerciale post brexit ' la négociation d'un accord commercial après son départ de l'UE'
pas une negociation sur l'accord de sortie, vu que l'accord a ete signe, meme si le UK ne veut pas l'appliquer
que les francais se defroquent est envisageable, c'est culturel
que les allemands acceptent de renegocier un accord signe, par contre, c'est hautement improbable
a écrit le 18/09/2019 à 17:24 :
en matière de règles , Bojo peut proposer d'aligner la fiscalité des entreprises établies en UK sur celle de l'Irlande , ça devrait ainsi rassurer Bruxelles ; pareil pour les normes sanitaires acceptées par l'Uni Européenne pour ses importations asiatiques .
Réponse de le 18/09/2019 à 18:40 :
Tout faux je pense.
L'Irlande est le dernier rempart de l'optimisation fiscale en UE.
Si elle saute, tous les paradis fiscaux européens devront faire de nouvelles concessions.
L'UE tente depuis un certain temps de légiférer sur de nouvelles règles fiscales, et il se trouve que le premier opposant est l'Irlande, comme c'est bizarre.
Pour l'instant en phase pré-Brexit, le paquebot américain des GAFA et Cie est tranquille, puisque c'est le premier point de discorde dans l'accord, et qu'il sera aussi utile en post Brexit pour nouer un accord de libre échange avec le Royaume-Uni, et avec les Etats-Unis.
L'Europe n'acceptera jamais un Singapour de la taille R-U à sa frontière, qui jouerait avec Hong Kong, pour la Chine et contre l'EU.
Je pense que ce rêve britannique n'aboutira pas, et qu'au moindre signe dans ce sens l'EU devrait sortir la Grosse Berta. Déjà parce que ça donnerait du grain à moudre à tous les partis populistes et euro-septiques de l'UE-27, d'extrême droite et d'extrême gauche ! Une aubaine pour LFI et le RN, Asselineau, Arthaud, Dupont-Aignan et autres ostrogoths.
a écrit le 18/09/2019 à 17:13 :
Le marché mondialisé est biaisé et les anglais, selon leur habitude entendent en profiter, sans vraiment rien produire eux mêmes.
Il y a une solution qui permettrait d'éviter cette mondialisation anarchique, ce serait de contrôler TOUS les containers, d'où qu'ils proviennent. Ce sont des dizaines de milliers d'emplois de contrôleur dont le coût serait supporté par celui qui fait entrer les produits sur notre territoire. Ce n'est pas du protectionnisme, seulement notre droit à autoriser la commercialisation de marchandises "propres".
a écrit le 18/09/2019 à 16:54 :
L'UE a tout fait pour "pourrir" la sortie des anglais , et maintenant elle se rend compte que les sortants vont nous donner une grande leçon de démocratie !
Réponse de le 18/09/2019 à 17:16 :
OUh la la ! Suspendre le parlement, grande leçon de démocratie ?
Mensonges éhontés pendant la campagne, grande leçon de démocratie ?
Et si l'UE avait tout fait pour "pourrir" la sortie des anglais, elle aurait simplement dit "ok bye bye le 29 mars" et on rigolerait bien.
Réponse de le 19/09/2019 à 1:27 :
Oui oui, l’UE met tout son poids pour empêcher le Brexit. Si le RU sort et retrouve sa pleine souveraineté économique, ça pourrait donner des idées à l’Italie, à la Hongrie, à la Grèce et tutti quanti. C’est la porte ouverte à la dislocation de l’UE.
Bref, on insulte BoJo de populiste quand il ne fait que tenter d’appliquer un référendum voté (qu’il ait été manipulé, c’est certain & par les deux parties !).
Le RU négociera les termes économiques au cas par cas avec chaque pays de l’Union. Pas besoin de l’UE pour cela.
Réponse de le 19/09/2019 à 6:56 :
@@FAkenews : mais la souveraineté économique à l'heure de la mondialisation, ça n'existe plus, UE ou pas, surtout pour un pays loin d'être autosuffisant, que ce soit en termes alimentaires ou autres. Même la Corée du Nord n'y parvient plus. Et devenir un pays vassal des Etats Unis, un genre de gros Porto Rico, est-ce mieux que d'appartenir à une union entre états égaux surtout quand on en obtient à peu près toutes les dérogations qu'on veut ? Accessoirement, le Royaume-Uni finance largement l'énorme déficit de son commerce extérieur par l'exportation de services notamment financier. Qu'en sera-t-il lorsque ses institutions financières (notamment ses chambres de compensation) auront perdu le passeport européen qui leur permet d'opérer sur les marchés européens ? Disons les choses comme elles sont, le brexit sans accord ne se traduire que très marginalement par une relocalisation (le brexit n'améliorera pas les sols et le climat britanniques, le pays ne pourra pas devenir autosuffisant alimentairement parlant) ; autrement dit le niveau de vie et de consommation des britanniques ne pourra que diminuer alors que de nombreux secteurs économiques, comme l'industrie automobile et les équipementiers associés y sont condamnés. L'automobile est entrée en crise au niveau mondial, ce sont évidemment les usines d'où les exportations seront rendues plus difficiles (taxes, normes non communes) qui sont condamnées... sauf à y admettre une baisse suffisante des coûts de production (baisse des salaires et/ou dévaluation très forte de la monnaie nationale qui revient à payer les salaires en monnaie de singe) pour compenser les inconvénients.
a écrit le 18/09/2019 à 16:49 :
Devenir un Singapour aux portes de l'Europe pour nous inonder de produits bons marchés, hors normes de sécurité, hors normes sanitaires, hors de tout ce que nous essayons de faire pour nous protéger...c'est n'importe quoi et ces anglais en sont capables, ils l'ont montré dans l'histoire et BoJo et son équipe est tout simplement dangereux !
Réponse de le 19/09/2019 à 7:24 :
Pour les "bons produits pas chers, hors normes, etc." c'est déjà fait. L'EU a signé le CETA, et bientôt le MERCOSUR, sans rien demander à personne et la dedans, les anglais n'ont rien à voir. Les peuples européens sont les premier oubliés par des gens qui signent n'importe quoi. Le commission n'est que corruption à la solde des lobbies.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :