La BCE est-elle devenue trop puissante ?

 |   |  383  mots
La BCE a gagné un pouvoir énorme, bien qu'elle ne réponde à aucun contrôle parlementaire. Je porte un regard critique sur cela, a déclaré Isabel Schnabel au journal Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung.
"La BCE a gagné un pouvoir énorme, bien qu'elle ne réponde à aucun contrôle parlementaire. Je porte un regard critique sur cela", a déclaré Isabel Schnabel au journal Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung. (Crédits : © Ralph Orlowski / Reuters)
C'est en tout cas l'avis de l'une des cinq "Sages", qui conseillent le gouvernement de la première économie du continent...

La Banque centrale européenne (BCE) est devenue trop puissante, notamment à cause du rôle de plus en plus politique que lui accordent les gouvernements, a critiqué dimanche l'une des principales conseillères économiques de Berlin dans une interview.

"La BCE a gagné un pouvoir énorme, bien qu'elle ne réponde à aucun contrôle parlementaire. Je porte un regard critique sur cela", a déclaré Isabel Schnabel au journal Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung.

Interrogée sur le fait que l'institution de Francfort soit devenue trop puissante, elle a répondu: "Je pense que oui."

La BCE "est aussi devenue plus politique. Mais c'est parce que les politiques ont souvent échoué à agir et ont par conséquent forcé à la BCE à le faire", a ajouté Isabel Schnabel pour qui la BCE "est devenue une institution quasi-politique".

Mme Schabel est l'une des cinq "Sages", ces économistes influents qui conseillent le gouvernement de la première économie du continent.

Politique monétaire ultra accommodante

Elle a également défendu la politique monétaire ultra accommodante menée par l'institution dirigée par Mario Draghi.

"Les taux d'intérêt bas sont avant tout une conséquence de la crise financière", a-t-elle estimé. "Et la BCE n'est pas seule à influencer les taux", a-t-elle ajouté, citant des tendances macro-économiques comme le vieillissement de la population.

Elle s'est aussi opposée aux politiques allemands pour qui les taux historiquement très bas de la BCE pénalisent les épargnants allemands et nuisent à la rentabilité des banques.

"Ce qui m'inquiète, c'est que le but de ces critiques est de politiser la BCE encore plus. Les appels pour donner à l'Allemagne un vote plus important (au sein du conseil des gouverneurs de la BCE) et une influence plus directe sur la BCE vont dans la mauvaise direction", a réagi Mme Schnabel.

"Nous avons besoin d'une banque centrale indépendante", ce qu'elle est dans ses statuts, a-t-elle raffirmé.

Face à l'inflation atone, la BCE a notamment abaissé en mars l'ensemble de ses taux directeurs et élargi le "QE", son vaste programme de rachats de dettes publiques et privées.

Objectif de toutes ces actions: faire circuler l'argent dans le bloc monétaire, stimuler le crédit, l'investissement et la consommation. Et en bout de chaîne, faire repartir les prix.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/05/2016 à 8:20 :
QE, NIRP, helicopter money .... les banques centrales ont perdu le controle, c'est pour cela que je transfere une grande partie de mon patrimoine en pieces d'Or et d'Argent Britannia (elle sont exempte de tax en angleterre). et je connais plusieurs personnes a la city qui font de meme !

Il ne faut surtout pas acheter l'or ou l'argent papier, actuellement il y a plus de 500 Oz de contrats (paper gold) pour chaque Ounce dans les coffres du Comex !

Je laisse les euros et dollars aux moutons!
a écrit le 17/05/2016 à 17:13 :
J'ai lu récemment un truc du genre : "Celui qui contrôle l'argent des nations contrôle les nations". Depuis que l'on a perdu (que l'on nous a pris) notre droit à produire notre monnaie, à la contrôler (inflation, déflation, prêts à l'Etat sans intérêt, etc...), cette question se pose réellement. La BCE est elle devenue trop puissante ? Oui et non. Oui parce qu'elle s'est emparée des droits souverains des peuples à créer et gérer leur argent. Non, parce que rien ne va plus. L'inflation qu'elle nous dit vouloir est atone. Peut être aussi pour deux raisons : les allemands ne veulent pas d'inflation, mais aussi parce que nous n'avons en tant que pays pas tout fait pour que ça aille mieux.
a écrit le 17/05/2016 à 7:55 :
Allons plus loin dans le questionnement. La BCE est elle un instrumement de pouvoir? Un instrumemt se pouvoir ne recherche t il pas par nature un maitre pour le diriger? Un maitre seduit par le pouvoir n aura t il pas toujours tendance a faire prevaloir son interet particulier sur l interet commun? L independance est elle gage d equite et de legitimite? Ce qui devait nous unir peut il devenir ce qui nous soumettra?
a écrit le 16/05/2016 à 13:56 :
Non la BCE est indépendante et c'est très bien, mais si l'Allemagne augmentait son smic de misère moins de 8€50 brut, l'Europe irait beaucoup mieux !
Réponse de le 18/05/2016 à 8:35 :
Les banques centrales sont independantes de la meme maniere que les politiciens ! En tant qu'insider de la haute finance a Londres votre naivete me fait penser aux jours ou je croyais au pere noel.
a écrit le 16/05/2016 à 0:16 :
En quoi l'inflation est-elle primordiale? Ce modele de pensée unique est depassé de nos jours. Le cycle de vie des produits et des services est bien plus court qu'avant et la productivité augmente de façon considérable. Ajouter à cela le dumping social de la mondialisation et vous obtenez une équation impossible à résoudre. Alors changeons de modèle, il n'y a pas d'autre solution...
a écrit le 15/05/2016 à 19:53 :
L'Allemagne a toujours voulu une position hégémonique, impérialiste et monopolistique en Europe. Que ce soit au décours des guerre de 1870, 1ere guerre et 2e guerre mondiales, les tentatives d'Anschluss européen ont toujours intéressé les Allemands. Aujourd'hui rien n'a changé...
a écrit le 15/05/2016 à 18:40 :
Lorsque les pays (dont la France) souffrant de l'excédent de la balance allemande, produisant un euro fort, demandaient une action de la BCE, l'Allemagne, toute pétrie de rigueur morale, accusait ces pays d'ingérence et de ne pas respecter l'indépendance de la BCE.
Aujourd'hui, l'Allemagne a d'autres intérêts, et au nom de la même rigueur morale, juge la BCE antidémocratique, et trop puissante. Opinion exprimée par le ministre de l'économie, puis une "sage" sans compter tout le lobbying politique.
L'Allemagne défend ses intérêts, mais au lieu de le dire simplement, elle se cache derrière des raisons hautes et morales : démocratie, indépendance etc.
Cette réelle amoralité est insupportable, de même que la tendance à toujours vouloir faire la leçon au reste de l'UE, en se positionnant sur un plan supérieur aux autres nations.
Son histoire, courte mais bien fournie, devrait lui inspirer un peu plus de modestie et de retenue.
Sinon le reste de l'UE devra lui rappeler qu'elle devrait penser à ses défauts avant de donner des leçons aux autres. Et surtout que la défense de ses seuls intérêts, déguisée en moralisatrice, l'amènera à une confrontation d'où elle ressortira mal en point.
a écrit le 15/05/2016 à 17:36 :
Bien sur, l'on peux toujours faire des reproches.... Mais le problème viens du fait qu'ils n'y a pas de gouvernance à tous cela...les parlementaires refusé un gouvernement et un president démocratiquement élut.... Certains ne souhaitent pas perdre de pouvoir, d'autre leur influence economique... Dans tous les cas tous devrons un jour rendre compte de leur action devant les peuples européenne.. Car cela a trops durer et de grand changement sont a attendre.... Car la colère des malheureurs, de tous les oublier de la croissance est important.....
a écrit le 15/05/2016 à 16:44 :
En imaginant un projet de monnaie pour tous type coupons variable à une bourse des mots sans régulateur en financement de campagnes sur des revendications opposées type balances avec des codes barres variables sur la consommation courante en concurrence avec l'Euro et avec une CB type démocratie directe en propositions comme des référendums, est-ce ça ferait des libertés qui grandissent un dollar Trump ou n'importe quel mot par exemple et un monument alley dans un monopoly à monnaie pour tous en concurrence avec l'Euro?
a écrit le 15/05/2016 à 15:52 :
La politique économique européenne est contradictoire et schizophrène. D'un coté la politique de la BCE dont le but est de faire remonter l'inflation autour de 2% et de l'autre la commission européenne qui impose aux états des politiques austéritaires qui sont déflationniste. La commission ne vient elle pas de rappeler à l'Espagne et au Portugal qu'ils doivent revenir à l’orthodoxie austéritaire, même si c'est justement le relâchement de ces règles austéritaires qui a permis des taux de croissance plus élevé et une baisse du chômage dans ces pays. Un jour il va bien falloir que l'Europe choisisse at arrêt de tirer dans tous les sens pour un résultat médiocre.
a écrit le 15/05/2016 à 14:11 :
Conclusion : La BCE est jugée trop puissante quand elle va contre les intérêts des allemands.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :