La Grèce dénonce « l’erreur monumentale » de l’Autriche

L’Autriche se rendra bientôt compte de l’« erreur monumentale » de son attitude pendant la crise des réfugiés, estime Ioannis Mouzalas, vice-ministre grec à l’Immigration, lors d’une interview avec EurActiv Grèce. Un article de notre partenaire Euractiv.
Ioannis Mouzalas (au premier plan, ici avec Bernard Cazeneuve, à g., sur l'île de Lesbos le 5 février dernier), ancien gynécologue et fondateur de Médecins du Monde Grèce, a été nommé vice-ministre de l’Immigration en août 2015.
Ioannis Mouzalas (au premier plan, ici avec Bernard Cazeneuve, à g., sur l'île de Lesbos le 5 février dernier), ancien gynécologue et fondateur de Médecins du Monde Grèce, a été nommé vice-ministre de l’Immigration en août 2015. (Crédits : Reuters)

Vous venez de participer à un Conseil des ministres de l'Intérieur. Quelle est l'issue de cette réunion ? Pensez-vous qu'il y a une solution à la crise migratoire ?

Je pense que le résultat de la réunion d'aujourd'hui est que presque la majorité des États s'est prononcée contre des actions unilatérales. Et certains des pays qui ont agi de manière unilatérale assurent qu'ils l'ont fait à cause des mesures prises par un autre État.

Nous avons conclu qu'il fallait appliquer les décisions prises lors du sommet précédent. Les décisions prises par les Premiers ministres doivent être appliquées sur le terrain. Je ne peux pas dire ce sera réellement appliqué. Nous verrons.

Quel est le rôle de la Turquie dans ce processus ? Les ministres européens ont-ils donné l'ultimatum du 7 mars à Ankara pour l'application de l'accord ?

Le mot « ultimatum » est trop lourd. Nous avons dit à Ankara, d'une manière amicale, mais ferme, que nous nous attendons à voir ce que nous n'avons pas vu jusqu'ici : son engagement à réduire le flot de migrants qui quittent ses côtes pour l'UE.

>> Lire : L'UE et la Turquie trouvent un accord sur la crise des réfugiés

Si la frontière gréco-macédonienne reste fermée, pensez-vous qu'il y ait un danger de suffocation ?

Non, il n'y a pas de danger de suffocation. La Grèce est en difficulté et le restera, des dizaines de milliers de réfugiés et d'immigrants illégaux resteront dans notre pays.

Nous n'avons pas eu le temps de créer les espaces d'accueil nécessaires, pour qu'ils ne soient pas obligés de dormir dans des bus ou dehors. Nous voulons offrir des conditions de vie décentes à ces personnes, avec la dignité qui caractérise les Grecs, malgré ces grandes difficultés.

Je pense que d'ici dix jours nous serons en mesure de gérer la situation d'une manière décente. Pas dans de bonnes conditions, mais dans des conditions décentes.

Avez-vous parlé de la mission de l'OTAN en mer Égée ?

Les États membres, la présidence néerlandaise, l'ONU, la Commission européenne et l'agence Frontex ont marqué leur accord avec les projets de l'OTAN.

>> Lire : Le renvoi des réfugiés secourus en mer vers la Turquie fait débat en Allemagne

Lors d'une interview récente avec EurActiv, le vice-ministre aux Affaires étrangères, Nikos Xydakis, a estimé que l'OTAN devrait porter un grand coup aux passeurs. Êtes-vous d'accord ? La Turquie est-elle d'accord ?

Nous sommes d'accord. Le problème, c'est l'engagement pris par la Turquie. Elle doit à présent prouver cet engagement dans la pratique. Notre attitude face à la Turquie devrait dépendre de l'application des mesures qu'elle a acceptées.

Nous voulons croire que l'engagement politique d'Ankara est réel. Avec l'aide de l'OTAN, de l'UE et de Frontex, elle arrivera [à limiter le nombre d'arrivants dans l'UE]. Elle n'a plus d'excuse.

>> Lire : La Turquie hésite à lutter contre l'activité lucrative des passeurs

Pensez-vous que la Turquie utilise la crise des réfugiés pour avancer ses propres buts politiques et renforcer sa position pour les négociations futures ?

Je suis membre d'un gouvernement, je ne peux donc pas donner mon avis là-dessus. En tant que ministre européen, j'attends de la Turquie qu'elle respecte ses promesses, avec l'aide de l'UE et de l'OTAN.

Quelle est la situation avec l'Autriche ?

Nous pensons que l'Autriche a fait une erreur considérable, monumentale, en adoptant une position qui est hostile vis-à-vis de l'UE et de la Grèce.

L'Autriche ne se comporte pas en pays amis. Comme la Grèce, c'est un pays où arrivent beaucoup de réfugiés, un pays en difficulté, où le fardeau de la crise est disproportionné. Jusqu'ici, Vienne a fait face avec sérieux et dignité. Son attitude avec la Grèce était également sérieuse.

Pourtant, la dernière mesure prise par l'Autriche est une marque d'hostilité. J'estime néanmoins qu'un acte hostile ne peut nous faire oublier le passé ou anticiper l'avenir. Après la réunion d'aujourd'hui, le pense que Vienne se rendra compte de son erreur.

Avez-vous un commentaire à faire sur l'attitude de la Hongrie ?

Le comportement de la Hongrie n'est pas celui de l'UE.

Budapest a annoncé un référendum sur les quotas de réfugiés.

En effet, et le commissaire à la migration, Dimitris Avramopoulos, y a répondu. Il est évident que nous sommes en désaccord total avec cette attitude.

>> Lire : La Commission dénonce le référendum hongrois sur les quotas de migrants

___

Par Sarantis Michalopoulos, EurActiv Grèce (Traduit par Manon Flausch)

(article publié le 29 févr. 2016)

___

>> Retrouvez toutes les actualités et débats qui animent l'Union Européenne sur Euractiv.fr

Euractiv

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 15
à écrit le 02/03/2016 à 12:38
Signaler
Sûr que les actions unilatérales vont à l'encontre d'une Europe unie, mais si les Grecs commençaient déjà par être solidaires de l'Europe en payant des taxes et impôts et en ayant mentalité pro-européenne plutôt que pro-ottomane, on ferait de gros p...

à écrit le 02/03/2016 à 9:01
Signaler
Il se permet de juger l'Autriche et la Hongrie mais surtout pas la Turquie !!! Bien sur les 2 premiers refusent de prendre des centaines de milliers de migrants alors que la Turquie peut se permettre d'ouvrir complétement ses frontières, qu'elle hypo...

à écrit le 02/03/2016 à 8:40
Signaler
L'Europe a orchestré une déportation massive de main d'oeuvre africaine en soutenant la rébellion syrienne pro-Daesh, et elle ne veut plus de cette "richesse" maintenant ? On nous a pourtant raconté que les nouveaux arrivant étaient une bénédiction p...

à écrit le 02/03/2016 à 6:55
Signaler
Si demain arrive en France plus de 10% de la population en migrants , soit 6,5 millions de personnes .... On comprendra l'attitude de l'autriche ...sa population est à bout de souffle ! Et pourquoi , c'est à l'Europe de s'écraser ce fardeau ? Au nom ...

à écrit le 02/03/2016 à 4:10
Signaler
l'Europe, ce machin....

à écrit le 01/03/2016 à 17:44
Signaler
L'Autriche a bien joué. Il vaut mieux pouvoir avancé que de ne pouvoir plus reculer.

le 01/03/2016 à 20:45
Signaler
L'Autriche, c'est surtout là qu'est né le dernier dictateur allemand... Et à force d'avancer, il a reculé. Grave.

le 02/03/2016 à 6:57
Signaler
Et bien , c'est pour éviter un nouveau courant populiste qu'elle fait ça...

à écrit le 01/03/2016 à 17:28
Signaler
Bon, l'EU est tout simplement entrain de payer cash son absence de politique commune tant sur les migrants que de politique tout court. Quand on voit ces hordes de crève la faim qui arrivent, détruisant tout sur leur passage, laissant détritus etc......

le 01/03/2016 à 20:43
Signaler
Très bonne remarque, déçu : Calais serait solutionné depuis LONGTEMPS si nous aidions des gars qui ont fait des MILLIERS de Kms pour UNE chose : aller en GB. Perso, si j'avais une barque assez grande équipée d'un moteur, je me la laisserais disparaît...

à écrit le 01/03/2016 à 16:45
Signaler
son pays est au bord du gouffre, et il veut accueillir la misere de la terre.... grand bien lui fasse, tant que c'est avec l'argent des grecs.... et vu le developpement d'aube doree.....

le 01/03/2016 à 17:15
Signaler
Vous avez lu l'article au moins !? Churchill lui l'aurait lu, vous portez bien mal votre pseudonyme, même pour quelque de droite dure hein...

le 01/03/2016 à 17:28
Signaler
Oui, vous avez raison churchill, c'est tellement plus réaliste de les renvoyer directement à la mer. L'argent, l'argent, toujours l'argent. Les gens de votre espère me dégoûtent.

le 01/03/2016 à 17:36
Signaler
Ayez le courage de vos opinions. Assumez-les et enrôlez-vous auprès d'Aube dorée pour allez tuer les envahisseurs, puisque c'est le fond de votre pensée. Mais vous préféreriez que d'autres le fassent à votre place. Courageux, mais pas téméraire.

le 02/03/2016 à 14:10
Signaler
@zorro, alou et ctoucom: vous accueillez combien de migrants chez vous ? si j'ai bien compris, on a pas d'argent pour nos pauvres parce qu'on doit accommoder les autres ? la France a été l'objet de guerres nombreuses et en cette période de commémorat...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.