"La population britannique est habituée à ce qu'on lui dise que l'Europe est une mauvaise chose"

 |   |  230  mots
Les Britanniques ont adhéré à un club de football. On ne peut pas dire au milieu du match, maintenant on va jouer au rugby. C'est l'un ou l'autre, a plaisanté Fabius.
Les Britanniques "ont adhéré à un club de football. On ne peut pas dire au milieu du match, maintenant on va jouer au rugby. C'est l'un ou l'autre", a plaisanté Fabius. (Crédits : © Benoit Tessier / Reuters)
Laurent Fabius craint sérieusement que la population britannique se prononce pour un "Brexit", ce qui serait une catastrophe, mais selon lui, avant tout pour le Royaume-Uni.

  "Il (David Cameron, Ndlr) a lancé ce projet de référendum, c'est quelque chose de très risqué."

Interviewé sur France Inter, Laurent Fabius a manifesté sa crainte d'un "Brexit", alors que le gouvernement britannique présente jeudi 28 mai au Parlement un projet de loi détaillant les modalités du référendum qui se tiendra d'ici fin 2017 sur "le maintien ou pas" du Royaume-Uni dans l'Union européenne.

Or, selon le Ministre des affaires étrangères, ce risque de "Brexit" est bien réel puisque "la population britannique est habituée à ce qu'on lui dise que l'Europe est une mauvaise chose". Et de lancer une plaisanterie: les Britanniques "ont adhéré à un club de football. On ne peut pas dire au milieu du match, maintenant on va jouer au rugby. C'est l'un ou l'autre".

 Fabius: "Qu'elle ait les avantages sans les contraintes? C'est non."

"Si un pays aussi important quittait l'UE, cela donnerait un sentiment négatif sur l'Europe et sur la Grande-Bretagne", explique-t-il, précisant que le Royaume Uni aurait le plus à perdre que l'Europe.

Le fonctionnement de l'Union est à améliorer, se disant ouvert ouvert "à des améliorations dans le domaine de l'emploi", notamment, sans évoquer de concessions spécifiques pour le Royaume-Uni. "S'il s'agit de créer un statut spécifique pour la Grande-Bretagne pour qu'elle ait les avantages sans les contraintes, c'est non."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/05/2015 à 13:58 :
Il faut dire la vérité aux britanniques, s'ils veulent rester dans l'UE, fini le chèque back (Thatcher), il devront contribuer comme tout le monde !
a écrit le 29/05/2015 à 8:24 :
Parce qu'en France les politiques ne tapent pas en permanence sur l'UE ?
a écrit le 28/05/2015 à 21:30 :
c'est ballot un des plus gros contributeurs qui part c'est moins d'argent pour les banques et les technocrates de bruxelle , d'autres commentaires vont aussi dans ce sens c'est vrai que l'europe n'est pas vraiment le monde idéal qu'on nous sert :sauf pour une minorité ,une caste devrais je dire
a écrit le 28/05/2015 à 18:48 :
Il faut comprendre à l'envers les craintes de quelqu'un comme Laurent Fabius sur un possible Brexit. En fait il veut dire : un Brexit ce serait une très mauvaise chose pour NOUS, les technocrates et banquiers !
a écrit le 28/05/2015 à 18:40 :
comment sauver l' Europe quand il n'y a vraiment rien d'intéressant pour le plus grand nombre à part quelques intérêts particuliers . On peut faire du vent mais après quelques décennies le discours devient usant .
Réponse de le 28/05/2015 à 21:15 :
Vous répétez la même erreur que tous, hélas, mais je vous comprends car celle-ci a été voulue et programmée par les architectes de cette oligarchie qui est devenu le projet d'Union Européenne : celle d'appeler ce "machin" d'Europe. Dès les années 90 je me suis crée un antidote pour éviter un lavage de cerveau et me suis référé à ce "machin" de Bruxelles comme "l'Europe de Bruxelles". Du coup je garde de façon très claire la vraie Europe dans mon esprit, celle de nos ancêtres et qui restera toujours là, jusqu'à la fin des civilisations.

Cette oligarchie de technocrates et banquiers ont insisté par les médias et d'autres véhicules de propagande et RP sur le nom "Europe" quand, en fait, il s'agissait d'une institution à eux. Aussi le nom "Union" a été concocté sciemment pour que les Européens se laissent leurrer par cette idée de que nous sommes tous unis. Avant le "machin de Bruxelles" je me sentais plus proche des Allemands ou des Hollandais qu'aujourd'hui. Mes voyages en Italie ou en Grèce étaient de loin plus pittoresques car c'était aussi l'occasion pour découvrir ou revoir leurs monnaies nationales avec tout ce que cela signifie de leur culture. Aujourd'hui la monnaie unique a rendu mes anciens déplacements un exercice ennuyeux.

Mais je vous comprends, ma digression (et je m'en excuse) c'était juste pour le rappel que l'Europe c'est l'Europe avec toute la richesse et la complexité qu'on connaît, l'"Union Européenne" c'est le fiasco, la tricherie et même l'ennemie de cette Europe des peuples, de citoyens.
a écrit le 28/05/2015 à 16:59 :
la rigueur budgétaire n'existe que pour ceux qui veulent bien y croire (voir dernier rapport de la cour des comptes). Ce qui manque dans la construction européenne, c'est la convergence sociale. Les politiciens ont fait la convergence économique, mais du fait que chaque personne politique veuille s'accrocher à son poste, cette convergence sociale ne peut se faire... Et sinon l'Europe est très utile, quoi qu'on en dise. C'est aux dirigeants européens d’être des vrais Hommes (hommes et femmes) et de prendre leurs responsabilités, quitte à ne pas être réélu, mais les réformes doivent être faites. Ceux qui gueulent en disant qu'on paie trop d’impôts n'ont qu'à s'en prendre aux vrais responsables : les élus de notre soit disant république qui dépensent sans compter. L'Europe n'y peut pas grand chose à part rappeler les engagements de la France et rappeler les règles de gestion que la France a elle même votées.
a écrit le 28/05/2015 à 16:15 :
A quand l'article "La population française est habituée à ce qu'on lui dise que l'Europe est une mauvaise chose" ? Ils ne sont pas les seuls à avoir besoin d'un bouc-émissaire. Nous rejetons tous ce qui nous est indispensable pour être enfin fort dans un monde difficile. Nous préférons nous recroqueviller sur une petit pays, une région, un village. Tant pis. C'est comme ça.
a écrit le 28/05/2015 à 16:01 :
Pourvu que le peuple britannique (à qui les politiques locaux mentent depuis toujours, Fabius a raison), disent "sortons". Celà remettrait l'Europe en ordre, tel que CdG l'avait bien compris.
a écrit le 28/05/2015 à 15:58 :
Heu, les avantages de l'Ue ? C'est un gag ?
a écrit le 28/05/2015 à 15:36 :
je suis français et pour moi l'Europe c'est de la m...
a écrit le 28/05/2015 à 15:29 :
Chaque fois que je vois sa photo, je ne peux m’empêcher de me rappeler ses paroles concernant Al Nosra en Syrie..et après , ça a le culot de venir nous demander de manifester pour charly...
a écrit le 28/05/2015 à 15:29 :
Bon exemple : un club de football avec des matchs truqués et des arbitres vendus... décidément Fabius est toujours à côté....
a écrit le 28/05/2015 à 15:16 :
Oui Monsieur l'Antiquaire et la population française est habituée à ce qu'on lui raconte des fadaises, et les français à être pris pour des billes...
a écrit le 28/05/2015 à 14:26 :
Les anglais peuvent décider de quitter la Communauté économique européenne et son vaste marché car ils ont leur monnaie propre. Mais ils auraient des contraintes douanières importantes en cas de "brexit" et un sentiment fort d'exclusion et de repli sur soi néfaste à la population.
Réponse de le 28/05/2015 à 16:29 :
"des contraintes douanières importantes" non, rien ne les oblige à sortir de l'EEE et encore moins de l'OMC
Réponse de le 28/05/2015 à 17:29 :
Vous prenez l'UE et ses pays membres pour des truffes?
Si les anglais quittent l'ue ce ne sont plus des partenaires privilégiés et l'ue sera tout a fait en droit de les mettre hors de l'eee au motif que cet arrangement ne lui convient plus.
Pour certains états, dont la france, cela signifierait des milliards d'euros de rentrées douanières tout les ans sans que les anglais ne puissent dire quoi que ce soit, évidemment qu'ils ne vont pas s'asseoir dessus pour la bonne mine des anglais.
L'ue est la plus puissante économie du monde, il y a une raison à ça.
Cette raison est simple, c'est que ces technocrates contre qui tout le monde rale en permanence sont loin d'être les débiles que leurs détracteurs veulent bien croire.
Et si les anglais veulent jouer au plus fin, au plus fort ou au plus déterminé ils vont avoir la même surprise que les grecs.
a écrit le 28/05/2015 à 14:15 :
"la population britannique est habituée à ce qu'on lui dise que l'Europe est une mauvaise chose"

Ca me rappelle quelque chose, quand nos dirigeants de tout bord depuis Maastricht justifient la rigueur budgétaire par des contraintes bruxelloises et pas par l'intérêt général.
Quand 2 ministres français vont se plaindre à leur collègue allemand qu'ils voudraient bien réformer mais que les français n'y comprennent rien....

Fabius: "Qu'elle ait les avantages sans les contraintes? C'est non."

Et le rabais Thatcher, qui l'a accordé? F.Mitterrand et quand? en 1984. Et qui était Premier Ministre en France en 1984 ???

UN CERTAIN LAURENT FABIUS !!!!
a écrit le 28/05/2015 à 14:15 :
la démarche anglaise a au moins le mérite de pointer du doigt les imperfections du modèle européen tel qu'il fonctionne actuellement. On a l'impression pour l'instant que les dirigeants de l'UE présentent une forme d'autisme, car ils ne semblent pas accessibles aux remarques émises par les uns et les autres. Pour qu'une communauté de destins puisse perdurer, encore faut il entendre les uns et les autres dès lors que leurs demandes sont acceptables et constructives, sans pour autant tomber dans le chantage comme la Grèce ou la Grande Bretagne.
Réponse de le 28/05/2015 à 16:33 :
@celthic
Mon sentiment est que vous avez raison et tort...
En effet, je crois comme vous le soulignez, il y a peut-être une forme d'autisme des dirigeants. Toutefois, il y a des règles qui ont été négociés difficilement au fil dut temps, d'abord à 6, puis à 10 puis à .. pour arriver à 28. A chaque fois, les entrants ont accepté les règles existantes. Nos amis Anglais étaient demandeurs pour entrer mais C. de Gaulle mettait son veto. Suite au référendum de G. Pompidou, ils ont pu entrer et maintenant, ils veulent discuter de nouveau. Comme vous le soulignez, la position actuelle de nos amis Anglais me paraît inappropriée car ils mettent la pression pour vouloir changer les règles avant 2017: c'est très court car je suppose qu'il faut l'unanimité. De plus, ils ne font pas parti de la ZE.
Cordialement
a écrit le 28/05/2015 à 12:58 :
le vrai risque , c'est que les autres européens vont s'apercevoir qu'il est possible de sortir de l'UE , sans que ce soit la catastrophe.
de même si les grecs sortent de l'euro

des mythes ( mensonges ? ) vont s'effondrer
a écrit le 28/05/2015 à 12:36 :
Le problème c'est que l'on ne voit pas les avantages a être dans une Union Européenne! Sinon la question ne se poserai pas!
a écrit le 28/05/2015 à 12:31 :
Si l'Europe c'est se lier ou ressembler politiquement à la France, je comprends la réticence des britanniques. En fait, la France devrait être virée ou mieux, dépecée en régions indépendantes. Le mal européen (aristocratie de fonctionnaires irresponsables) est un héritage français. Il faut que la France cesse de nuire à l'Europe.
Réponse de le 28/05/2015 à 14:57 :
C'est les trolls déclinistes anti-patriotes de votre espèce qui nuisent à la France, à l'Europe, au monde. Vous ne mentez pas, vous êtes le mensonge.
Réponse de le 28/05/2015 à 16:56 :
La France ne doit pas être dépecée, elle doit se remettre en question. Elle a certes beaucoup nuit à l'Europe (relire nos dernières 70 années d'histoire), mais ce qui compte c'est l'avenir. Il faut que les Européens prennent conscience de leurs valeurs communes et de la richesse des différences. Il faut juste être un peu plus positif et moins parano. Le courage n'est pas inutile. En sommes-nous capables ?
a écrit le 28/05/2015 à 12:30 :
Pourquoi demander aux seuls britanniques s'ils veulent rester dans l'union ?
Pourquoi pas un référendum européen sur la présence des britanniques dans l'union ? Il n'y a pas de raison qu'on ne me demande pas aussi mon avis, surtout si c'est pour leur accorder encore des concessions au détriment de tous les autres citoyens européens.
Réponse de le 28/05/2015 à 13:52 :
Parceque ce n'est pas prévu par les traités européens. tout simplement.

On ne peut pas faire sortir un pays de la zone euro, il n'y a que le pays en question qui peut décider ou pas de sa sortie.
a écrit le 28/05/2015 à 12:11 :
Rappelez-moi. Qui a voté Non à la constitution Européenne? Les électeurs n'ont pas tous la mémoire courte.
Réponse de le 28/05/2015 à 12:56 :
c'était pas bien de voter non
heureusement que nos politiciens veillent à notre bien et nous protègent contre nous-mêmes
Réponse de le 28/05/2015 à 17:44 :
Mode troll on.
Quand on voit les légions d'attardés mentaux qui constituent la population française il est rassurant que le destin du pays soit géré par d'autres.

Mode troll of.
La constitution européenne pour laquelle nous avons voté non faisait dans les 500 pages.
Le texte pour lequel ont voté nos députés en faisait une quarantaine.
Pas besoin d'être un expert pour comprendre que les deux n'ont pas grand chose en commun.
Leur noms se ressemblent, ils établissent certains principes communs (par exemple ils donnent plus de pouvoirs aux représentants du peuple et moins aux fonctionnaires nommés, honteux n'est ce pas:)) mais les points communs s'arrêtent là.

Pour finir par pitié, je ne parle qu'en mon nom mais cessez de m'ennuyer avec cette histoire de constitution.
C'était en 2006, vous n'avez rien fait pour abroger ce texte, vous ne vous êtes pas opposés à la réélection de ceux qui l'ont voté et vous continuez à me casser les oreilles avec ce truc dix ans après alors que je suis sur que vous n'avez pas la moindre idée de ce dont ça parle.
S'il vous plait trouvez autre chose à critiquer, parce que là c'est fatiguant depuis des années.
Réponse de le 28/05/2015 à 18:58 :
finalfox, ou en bon français, le renard (ou la renarde) final(e), (ce qui nous mène à penser à un(e) finaliste Eurovision du genre Conchita Wurtz, en serait-il ainsi?...) plus sérieusement, concernant le départ supposé des britanniques de l’UE, 2 remarques s'imposent:

1) il n’y ont jamais été vraiment que pour contrôler les directions que l’UE prend
2) l’UE, création des USA est le moyen de modeler les sociétés européennes à la sauce US, pour cela 2 points sont essentiels :
- les règles financières et commerciales (cf. TAFTA)
- la langue, mère de (en 2 mots ;-) la (sous)culture que les USA tentent de nous imposer.

Dans un premier temps on laisse croire au multilinguisme multiculturel, puis par la “force des choses (de la rentabilité financière et de la simplicitude culturelle) on n’a plus qu’une langue commune… dommage.

Un départ des anglais retirerait beaucoup de la légitimité de l’anglais dans les programmes scolaires européens, ce me semble très très peu probable vu l’énorme avantage que cela donne aux USA pour faire exploser notre modèle social…

Finalfox, ah finalfox.... que si vous étiez un sujet de la Reine vous voteriez NON à l'UE, j'en suis sûr !!!
a écrit le 28/05/2015 à 12:10 :
C'est sidérant de voir nos politiques avoir peur du référendum.

Toutes ces personnes qui se disent au service du peuple refuse que ce dernier puisse s'exprimer librement.

Si les anglais veulent sortir de l'UE, c'est leur choix. Et personne n'a le droit de leur donner des leçons .

A+
Réponse de le 28/05/2015 à 12:59 :
Le gouvernement francais est elu au suffrage universel , il doit censurer les opposants

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :