Nouvelle claque pour Boris Johnson

 |   |  569  mots
(Crédits : Reuters)
Amber Rudd, la ministre britannique chargée du Travail et des Retraites, a démissionné.

Nouvelle claque pour Boris Johnson. Le Premier ministre britannique, qui n'a plus de majorité au Parlement et dont la stratégie sur le Brexit a été court-circuitée par le Parlement, voit un poids lourd du  gouvernement démissionner. Ce samedi en effet, en désaccord avec lui sur sa stratégie sur le Brexit, Amber Rudd, la ministre britannique chargée du Travail et des Retraites, a claqué la porte du gouvernement comme l'avait fait jeudi dernier le propre frère de Boris Johnson, Jo, expliquant placer l'"intérêt national" avant la "loyauté familiale".

"Assaut à la décence et à la démocratie"

Dans une lettre adressée au Premier ministre postée sur Twitter, Amber Rudd, qui quitte aussi le Parti conservateur, déclare qu'elle "ne peut pas rester alors que des bons, loyaux conservateurs modérés sont exclus", en référence à l'exclusion du Parti conservateur de 21 députés qui ont voté cette semaine avec l'opposition une proposition de loi destinée à éviter un Brexit sans accord. Une exclusion qu'elle qualifie "d'assaut à la décence et à la démocratie".

 Amber Rudd, qui avait voté pour rester dans l'Union européenne lors du référendum de juin 2016, estime que l"objectif principal" du gouvernement n'est plus d'obtenir un accord de sortie avec l'Union européenne.

"J'avais rejoint votre gouvernement en toute bonne foi: accepter le No Deal devait être sur la table, car c'était le moyen par lequel nous aurions les meilleures chances de parvenir à un nouvel accord pour sortir (de l'UE) le 31 octobre. (...). Cependant, je ne crois plus que partir avec un accord soit l'objectif principal du gouvernement."

"Le gouvernement Johnson s'effondre", a réagi sur Twitter Keir Starmer, référent sur le Brexit au sein du Labour, principal parti d'opposition. De son côté, Nigel Farage, l'europhobe chef du Parti du Brexit se demandait lui sur le même réseau social  "pourquoi Boris avait confié des postes ministériels à des Remainers (en faveur du maintien dans l'UE, ndlr) en premier lieu".

Report du Brexit en l'absence d'accord d'ici au 19 octobre

Pour rappel, les députés ont adopté mercredi un texte qui le contraint à repousser de trois mois la date du Brexit, prévu le 31 octobre, s'il ne trouve pas un accord de divorce avec l'Union européenne d'ici le 19 octobre, soit juste après le prochain conseil européen. Les Lords ont également voté en faveur du texte vendredi. Celui-ci doit désormais recevoir l'accord de la reine Elizabeth II, dès lundi, pour devenir loi.

Le Premier ministre, qui a toujours répété que son pays sortirait de l'Union européenne le 31 octobre, accord ou pas avec l'Union européenne, espère désormais que l'opposition approuvera sa demande d'organiser des élections anticipées mi-octobre, afin de se donner une majorité pour le soutenir. Le gouvernement a déjà tenté cette semaine de faire approuver la tenue d'élections anticipées par les députés mais ceux-ci ont rejeté cette option.

 La France exclut tout report du Brexit

Le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian a exclu dimanche tout nouveau report du Brexit dans les circonstances actuelles.

"Dans l'état actuel des choses, c'est non ! (...) On ne va pas recommencer tous les trois mois" à discuter d'un report, a-t-il déclaré dans l'émission politique Le Grand Rendez-vous Europe1/CNEWS/Les Echos.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/09/2019 à 11:35 :
Voilà des personnes qui sont sensés avoir adhérer, en toute connaissance, a une politique de Brexit a tout prix, se défiler comme s'ils avaient été surpris! La pression du dogme "des élites" n'a pas de limite! Le peuple ne sera plus consulté!
Réponse de le 10/09/2019 à 16:20 :
C'est bel et bien car quand on arrive au pouvoir, quelque soit les promesses, quand on connait les vrais enjeux, les conséquences d'un Brexit, et bien on reculle. Ce n'est pas une question d'être une "élite" ou pas, c'est le principe de réalité.
a écrit le 09/09/2019 à 10:33 :
L' UE du fric, c' est la privatisation des profits et nationalisation des pertes pour les peuples, la France c' est la possession des médias, l' opinion fabriquée (qui nous a logé Macron) par Dassaut, Lagardère, Bolloré, Pinaud et nous pastiller la petite musique européiste d' un modèle qui a échoué pour nous, pas pour eux.

Rechercher l’approbation des autres, c’est être à coup sûr déçu une fois sur deux, au minimum, aussi gagnons du temps, qu' ils sortent de cette UERSS afin que, modèles, nous les imitions au plus vite en sortant pour retrouver la liberté et la démocratie, UPR, Frexit, vite ...
a écrit le 09/09/2019 à 10:14 :
Quoiqu'il arrive, BoJo s'est mis dans une panade pas possible face aux parlementaires et à la majorité des corps constitués de la Grande Bretagne....a force de mensonges lors de la campagne du Brexit, de manipulation par Cambridge Analytica, des mensonges des tabloïds de Murdoch et de Black, des manipulations en privant tous les britanniques expatriés qui n'ont pas pu voter...
Il ne faut pas décevoir les britanniques lucides et pro-Européens et surtout ne pas supporter Bojo en refusant un nouveau report du Brexit d'un pays de la CE. Il gagnerait avec l'appui d'un pays de la CE et les anglais auraient l'impression qu'on veut les faire dégager ( même si c'est un peu vrai :-)...
Le RU doit trouver la solution lui même même en cas de blocage complet de ses institutions, ce qui va arriver. Bojo avec les pleins pouvoirs serait un gars dangereux allié à Trump et il s'en prendrait aux entreprises Européennes, aux banques et aux institutions financières qui sont quand même dépendantes de la City et de NY....
Réponse de le 09/09/2019 à 14:38 :
"des manipulations en privant tous les britanniques expatriés qui n'ont pas pu voter..."

C'est Le premier ministre David Cameron qui a délimité le corps électoral. Les listes correspondent aux élections législatives et non aux élections européennes ou locales. Ainsi, les citoyens européens qui vivent et travaillent au Royaume-Uni n'ont pas pu voter. En revanche, un citoyen britannique, irlandais ou un ressortissant du Commonwealth à pu voter. Enfin, les Britanniques vivant à l’étranger depuis plus de 15 ans n'ont pas pu voter, contrairement à une promesse faite par les conservateurs en 2015.
a écrit le 09/09/2019 à 6:00 :
Reunir les 27 pour un vote commun en octobre releve de la gageure.
a écrit le 09/09/2019 à 0:18 :
L’UE fait tout son possible pour que le RU reste. Ça fonctionne plutôt bien jusque là.
Néanmoins, le vrai déni de démocratie est de ne pas accepter la décision du peuple exprimée lors du référendum. Or, les anglais ne sont pas des français ou des hollandais : il y a un gros risque de révolte populaire avec de graves violences si l’UERSS continue ce jeu.
Le bateau coule, il veut coûte que coûte que les passagers coulent avec mais les anglais sauront garder la tête hors de l’eau, eux...
Réponse de le 09/09/2019 à 7:30 :
Arrêtez de rejeter sur l'UE la responsabilité du désastre britannique. A la suite d'un référendum consultatif hystérisé et marque par des mensonges massifs (p ex les 350M£ hebdomadaires qui allaient ruisseler sur le NHS du fait d'économies à faire sur la cotisation du RU à l'UE) une courte majorité de 51;89% (mais avec une participation de 72%, très faible vu l'enjeu) a voté "leave" sans avoir la moindre idée des conséquences de ce choix. La vérité c'est que c'est le RU qui s'est pris le pied dans le tapis et est même incapable, 3 ans après, de savoir ce qu'il veut vraiment. L'UE en a plus que marre et je pense que ça va se terminer par une expulsion du Royaume-Uni.
Réponse de le 09/09/2019 à 8:02 :
Il y a 2 ans les gens comme vous disiez que le RU se portait mieux que jamais grâce au Brexit, il y a 1 mois les gens comme vous disiez que Boris Johnson allait mener le jeu, maintenant vous dites que l'UE(RSS) empêche le RU de partir.
Vous êtes dans le déni et vous avez réponse à tout à chaque fois que les évènements vous donnent tord.
Réponse de le 09/09/2019 à 9:29 :
Mais le déni de démocratie que vous évoquez est en UK, pas en UE. L'UE n'interdit en rien à UK de sortir de l'UE sans deal.
C'est un choix purement britannique de repousser les échéances et de refuser le deal proposé.
Quant à la comparaison UE/URSS, souvenez vous que ceux qui voulaient sortir de l'empire soviétique...ne le pouvaient pas et étaient réprimés lourdement... (Prague, Budapest, Pologne...). Cette comparaison est odieuse.
a écrit le 08/09/2019 à 21:46 :
L'UE c'est les friqués, les députés c'est les friqués. Conclusion, il ne faut pas demander aux friqués de saborder leur source de revenu. Les gouvernants oligarchiques sont contre le peuple, si le peuple veut la liberté, il faut qu'il entre en résistance et il devra alors faire la guerre aux friqués.
Réponse de le 09/09/2019 à 9:31 :
Puissant... réfléchi... la frustration ne fait jamais bon ménage avec le manque de culture politique et historique... ce type de propos n'a jamais amené les gens à rentrer dans la résistance mais dans les milices... "heureux les simples d'esprits" certes mais il est plus que temps de ré-enseigner l'histoire et la philosophie, le sens critique en somme... vous pouvez avoir des idées de gauche comme de droite mais une idée ça se construit, là tout n'est qu'opinion... aucun débat possible
a écrit le 08/09/2019 à 18:19 :
Les britanniques voulaient se débarrasser du diktat des élites de Bruxelles, bientôt ils n'auront que leurs élites pour pleurer. En fait Trump avait raison, Bojo semble être aussi compétent que lui...
Réponse de le 08/09/2019 à 20:47 :
On n'est effectivement pas déçu du numéro de cirque de BoJo le clown.
a écrit le 08/09/2019 à 16:51 :
La crise n'est vraiment pas terminer, si la G.B. reste dans l'UE avec les avantages et leur monnaie! Elle restera un pôle de résistance qui ne permettra aucune stabilité sur le Continent!
a écrit le 08/09/2019 à 15:36 :
En fait si l'Europe ne repousse pas la date limite du 31 octobre (ce qui serait étonnant), alors BoJo aura finalement son objectif de sortie sans accord
Repousser la date de sortie consiste simplement à prolonger le chaos en UK
a écrit le 08/09/2019 à 14:32 :
Sauf à faire du "papier", de l'info "pour de l'info", je ne vois pas l'intérêt de gloser sur le Brexit !
Qu'ils sortent ou pas...on s'en tape ! C'est leur problème. S'ils restent, ils acceptent les règles de l'UE, s'ils se "cassent", ils font comme ils le sentent, s'adaptent ou pas, mais n'ont plus voix au chapitre en ce qui concerne l'UE. Les Brexiteurs n'ont qu'une idée, faire exploser l'UE à leur avantage. L'UE doit être intransigeante, car même si elle n'est pas parfaite, loin de là, elle est la seule entité capable de rivaliser avec les US, la Chine, la Russie...l'Inde. Une communauté de 450 millions d'individus,(510 millions avec le RU) plutôt riche, ne peut pas être négligée ne serait ce qu'au plan économique.
NB: les US ce n'est que 325 millions d'habitants, un nain face à la Chine ou l'Inde.
Le RU, seul avec ses 66 millions d'âmes dont des Écossaises, Irlandaises, des Galloises, est un " nain" multiforme, fragile qui croit au retour d'une époque victorienne!.Grandeur et Décadence, incarnée par Johnson.
Pauvre Angleterre, malheureux Anglais.!
Réponse de le 08/09/2019 à 20:13 :
"L'UE doit être intransigeante, car même si elle n'est pas parfaite, loin de là, elle est la seule entité capable de rivaliser avec les US, la Chine, la Russie...l'Inde. " Connaissez-vous l' article 63 du TFUE qui permet les délocalisations et aux chinois et américains d' acheter ce qu' ils veulent où ils le veulent en Europe, en même temps qu' il légitime 100 milliards d' exil et fraude fiscaux annuels, l' ensemble documenté par cette excellente conférence d' Asselineau-du-Frexit "qui gouverne réellement la France et l' Europe" ?
Faire le poids susurrait notre ami européiste en nous rejouant son habituelle petite rengaine ..européisme laquelle se fracasse devant ces faits portés au débat, heureux anglais ..
Réponse de le 08/09/2019 à 21:40 :
L'UE est une tambouille sans queue, ni tête, sans aucun leader politique et sans perspectives à long terme. Certains l'appellent l'UERSS tellement elle ressemble par certains côtés à l'ex Union Soviétique. Les anglais ont flairé que tout ne se résume pas à des considérations économiques et qu'ils étaient en danger en tant que nation millénaire. Il est probable qu'après le Brexit l'effet domino va se mettre en route entraînant dans son sillage d'autres pays européens. La nomenclature de Bruxelles tremble comme les feuilles en automne en ce moment.
Réponse de le 09/09/2019 à 9:33 :
Arrétez ces comparaisons UE URSS. C'est odieux. Les milions de mort du goulag vous regardent.
Quant aux défauts de la construction européenne, et alors ? Il vaut mieux une union un peu bancale qu'une solitude imparfaite.
Réponse de le 09/09/2019 à 20:05 :
@Fake News

Oh hé, merci d'arrêter avec vos cris d'orfraie. Si vous avez bien lu mon message, j'ai comparé l'UE avec l'URSS par certains côtés, uniquement par certains côtés. Je n'ignore pas ce qui c'est passé dans ce goulag à ciel ouvert durant 70 ans. Il y a donc une nuance dans mes propos.
J'étais jadis un des plus fervents supporter de l'UE Quand j'ai vu ce qu'elle est devenue je m'y oppose de toute mes forces. Cette entité est dirigée par les forces mondialistes, via les technocrates de Bruxelles. Vous ne trouvez pas curieux que l'Italie ait récemment viré Salvini et que le Brexit terrorise les fonctionnaires de Bruxelles à ce point ? La révision de la Constitution européenne de 2005 devrait aussi vous parler. Ils sont terrifiés à l'idée de perdre leur privilèges et de modifier leur politique mondialiste. Ils feront tout pour maintenir cette fiction européenne qui est au service du grand capital.
a écrit le 08/09/2019 à 14:18 :
Le drian peut penser et dire ce qu'il veut , c'est sans importance car seul compte l'avis des 26 de l' UE .
Quant au UK , ils ont comme nous les hommes politiques faibles qu'ils méritent . Encore que nous les avons élu quand BJ n'a jamais été élu par le peuple UK .
Réponse de le 08/09/2019 à 20:32 :
Il suffit qu'un seul des 27 s'oppose au report du brexit. Or rien n'a progressé côté UK au cours du précédent report. Le Drian est parfaitement fondé à dire "ça suffit". Il est temps d'expulser le RU de l'UE, sa présence y est maintenant délétère.
a écrit le 08/09/2019 à 14:16 :
BoJo devrait laisser sa place a Farage ( qui avait deja pris soin de decliner le poste, hein).........tout etait ecrit
a écrit le 08/09/2019 à 12:24 :
Pauvre France d' en haut qui se contente d' être inféodée aux GOPE de l' UE qui ruinent ce pays jour après jour et ne cherche même pas à retrouver son indépendance en appuyant le Brexit, où quand l' esclave bénit ses chaines, Frexit, Upr, vite ..
Réponse de le 08/09/2019 à 20:38 :
N'avez vous pas l'impression que c'est surtout le Royaume-Uni qui est à plaindre ?
Réponse de le 09/09/2019 à 9:32 :
Puissant... réfléchi... la frustration ne fait jamais bon ménage avec le manque de culture politique et historique... ce type de propos n'a jamais amené les gens à rentrer dans la résistance mais dans les milices... "heureux les simples d'esprits" certes mais il est plus que temps de ré-enseigner l'histoire et la philosophie, le sens critique en somme... vous pouvez avoir des idées de gauche comme de droite mais une idée ça se construit, là tout n'est qu'opinion... aucun débat possible
Réponse de le 09/09/2019 à 13:22 :
@LesFrustrés : en même temps c'est la netscouade de la secte UPR, on peut pas leur demander de réfléchir au delà de la récitation façon madrasa des mantras de leur gourou, le sinistre Asselineau... Laissons-les ânonner dans leur coin.
a écrit le 08/09/2019 à 11:11 :
"La France exclut tout report du Brexit"

La France, au sein d'une entité informe dénuée de puissance politique ne peut rien contre un pays qui a retrouvé sa souveraineté et qui donc sortira quand elle en aura envi, regardez d'ailleurs comme les allemands sont bien plus prudents dans leurs déclarations.

Que se passe t'il en ce moment ? Les anglais sont en train de nous exposer la profonde faible de notre consortium financier européen qui a mit la charrue avant les bœufs, à savoir le fric avant les citoyens, en construisant son europe.
Réponse de le 08/09/2019 à 20:45 :
Si l'UE était un simple consortium financier, les britanniques s'y sentiraient comme un poisson dans l'eau. Après tout c'est surtout à cause d'eux que l'UE n'a pas évolué vers une citoyenneté européenne et est surtout restée un grand marché. Quant au soit disant retour de la souveraineté britannique, laissez-moi ricaner ; quitter la débonnaire UE pour n'avoir comme planche de salut que de se livrer pieds et poings liés aux USA de Trump ....
Réponse de le 09/09/2019 à 19:56 :
@ moulin à vent

"Si l'UE était un simple consortium financier, les britanniques s'y sentiraient comme un poisson dans l'eau."

C'était sous blair, t'as toujours pas remarqué que la classe politique anglaise avait totalement changé ?

Signalé

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :