Paris insiste pour que l'Europe taxe les GAFA

 |   |  462  mots
Le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire a insisté sur le fait que les Européens devaient prendre une décision sur la taxation du numérique d'ici à la fin de l'année
Le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire a insisté sur le fait que les Européens devaient prendre une décision sur la taxation du numérique "d'ici à la fin de l'année" (Crédits : Stoyan Nenov)
Le ministre des Finances Bruno Le Maire a présenté samedi une nouvelle proposition à ses homologues européens pour les convaincre d'endosser le texte de la Commission sur la taxation des géants du numérique.

Face aux divisions de l'Europe, le ministre des Finances Bruno Le Maire a présenté samedi une nouvelle proposition à ses homologues européens pour les convaincre d'endosser le texte de la Commission sur la taxation des géants du numérique, sur lequel l'Allemagne reste ambiguë. "Je vais proposer que nous introduisions une clause de caducité ("sunset clause", ndlr) dans la proposition de la Commission afin que, dès qu'il y aura une décision au niveau de l'OCDE, la solution des membres de l'OCDE remplace la solution européenne", a annoncé Bruno Le Maire.

Réunis à Vienne, les 28 ministres des Finances de l'UE doivent débattre dans la matinée d'une proposition de Bruxelles, ardemment soutenue par Paris, qui prévoit la mise en place rapide d'une taxe sur le chiffre d'affaires des géants du net, le temps qu'une solution soit négociée à l'échelle mondiale au sein de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Mais certains pays craignent que la solution "de court terme" de la Commission ne devienne définitive, ce qui porterait au final préjudice à l'Union européenne.

L'Allemagne est floue, le Luxembourg et l'Irlande contre

Bruno Le Maire a insisté samedi sur le fait que les Européens devaient prendre une décision sur la taxation du numérique "d'ici à la fin de l'année". A ses côtés, son homologue allemand Olaf Scholz a affirmé qu'il était "nécessaire de prendre du temps pour débattre", estimant que le sujet avait été pris en charge "vraiment très tôt, avant que le problème ne devienne trop important". "Mais nous sommes absolument disposés à trouver une solution très bientôt", a-t-il conclu.

Les intentions de l'Allemagne sur cette taxe sont floues. Le quotidien allemand Bild a publié mercredi un document du ministère des Finances qui estimerait que la "diabolisation" des grandes entreprises du numérique n'est "pas efficace". Interrogé le lendemain, Olaf Scholz avait démenti toute volte-face, tout en laissant planer le doute sur ses intentions. Le ministre autrichien des Finances, Hartwig Löger, dont le pays assure la présidence tournante de l'UE, a affirmé qu'il s'attendait samedi "une journée de bagarre" entre les ministres sur cette question. L'Irlande, accusée comme le Luxembourg de tirer profit de sa fiscalité avantageuse vis-à-vis des géants du numérique, reste ouvertement opposée au texte.

"Si l'Europe cherche à traiter seule cette question, je pense qu'elle court le risque de saper la coopération fiscale mondiale et de promouvoir une réponse des pays qui seront affectés par cette situation, et ce à un moment où le commerce mondial est sous pression", a affirmé vendredi soir le ministre irlandais des Finances Paschal Donohoe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/09/2018 à 18:12 :
Lorsque Monsieur Lemaire prononce ses logorrhées,

les Français savent, ont déjà constaté qu'il fait l'inverse de ce qu'il bavasse
a écrit le 09/09/2018 à 10:11 :
Créer des taxes de toutes formes dès qu'il y a un pb montre que l'assiette même des impôts est devenue totalement inadaptée.
On veut éviter les "tambouilles" fiscales en tous genres ?
On arrête l'usine a gaz, et on applique un impôt unique remplaçant absolument toutes les autres formes de "ponctions" sur le chiffre d'affaire, et basta, plus d'évasion possible.
Le peuple sera content, le cout de la collecte sera divisé par 100, plus d'usines à gaz, plus de "niches", plus de fiscalistes spécialisé en escroqueries... Juste une charge prélevée sur l'économie, donc le CA des entreprises. Maintenant, il reste a définir ce taux, qui avec les montants actuels serait voisin de 25%.
a écrit le 09/09/2018 à 9:07 :
"L'Allemagne est floue, le Luxembourg et l'Irlande contre"

L'allemagne étant la décideuse de l'europe et le Luxembourg et l’Irlande ses places d'évasion fiscales il est évident que l'avis de nos ahuris en marche ne sera pas prit en compte, à savoir même d'ailleurs si il sera écouté...

Vite un frexit.
a écrit le 08/09/2018 à 23:00 :
Quand lavera-t-on la bouche de nos hommes politiques avec du savon lorsqu'ils prononceront le gros mot de taxe? A moins qu'il ne s'agisse de la réduire. Mais déjà qu'on ne sait pas ce qu'ils en font quand ils l'encaissent (sinon, il y a longtemps que le déficit serait effacé!)...
Réponse de le 09/09/2018 à 8:45 :
Vous êtes hallucinant ! Vous prenez la défense de boîte qui se gave dans les paradis fiscaux et ne paient quasi pas d’impôts.
Vous êtes au courant que ce qu’elles ne paient pas c’est nous qui le payons ? L’Etat c’est nous ! La dette c’est pour nous !
Quelle bêtise dogmatique vous habite ! Impressionnant.
Réponse de le 09/09/2018 à 9:54 :
Imaginez vous une seule seconde les USA faire preuve de laxisme envers une entreprise française? Votre discours ne tient pas, que les gafa paient leurs taxes comme tout le monde, après on en reparle.
Réponse de le 10/09/2018 à 7:13 :
@Holan' et johnmckagan: une petite seconde: je ne nie pas qu'on doive percevoir une quelconque redevance sur ce marché (pourquoi faut-il que nous n'ayons aucun acteur dans ce domaine?), mais la réaction du Sieur LE MAIRE est typiquement française: taxons d'abord! Avec les calamiteux résultats que l'on sait.
a écrit le 08/09/2018 à 18:33 :
lemaire en échec depuis 17 mois, dette, chômage, déficit, impôts, dépense publique, veut racler les fonds de tiroir, ce triste sire lâche, n'a plus que le mot TAXE, IMPOT pour assouvir son mal être d'avoir été une véritable prosti... vendue à macron. franchement que pense sa famille d'un tel comportement se vendre pour un poste?????il n'a jamais été franc mais là son attitude est révélatrice de ce triste personnage.
a écrit le 08/09/2018 à 14:28 :
Même si les 28 s'y m'étaient rien ne serait pris en compte au niveau de cet administration qu'est l'UE de Bruxelles, elle a trop a gagner en "sanction pécuniaire" pour ne pas dire "pot de vin" et son cahier des charges est définitivement scellé par les Traités!
Réponse de le 08/09/2018 à 15:42 :
Et elle appartient aux states, elle ne bougera pas pour l' instant de l' épaisseur d'une feuille à cigarette.
Il est vrai qu' on sent des vents contraires et une structuration d' un monde multipolaire mais les "ropens" de service sont capables dans leur entier de louper le train!
https://www.youtube.com/watch?v=Bb8dB7d3BdE

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :