Pêche : Michel Barnier fustige l'attitude des Britanniques, accusés de renier l'accord post-Brexit

Pour l'ancien négociateur du Brexit pour l'UE, "les Britanniques essayent de reprendre maintenant une partie du compromis" conclu entre Londres et Bruxelles. L'accord doit permettre aux pêcheurs français de poursuivre leur activité dans les eaux de la Couronne mais les permis de pêche tardent a être délivrés, accentuant les tensions entre les flottes. Ce dossier maritime était l'un des plus sensibles de la négociation.
Des bateaux français manifestent à Jersey, en mai dernier.
Des bateaux français manifestent à Jersey, en mai dernier. (Crédits : Social Media)

"Flibusterie politique". Ce n'est pas le célèbre capitaine Haddock, spécialiste des jurons maritimes et compagnon de Tintin qui tient ce propos, mais un personnage politique réel de tout premier rang : Michel Barnier. L'ancien négociateur du Brexit pour l'UE a utilisé cette rhétorique popularisée par l'auteur Hergé pour fustiger l'attitude des Britanniques, accusés de ne pas appliquer le compromis sur la pêche. Celui-ci avait été signé lors de la sortie de l'Union Européenne du Royaume-Uni dans le cadre du régime de transition, en vigueur depuis le 1er janvier.

Mais le deal, renforcé en juin par un nouvel accord temporaire de trois mois sur les eaux de Jersey, est toujours sources de tensions : les flottes européennes devront renoncer à 25% de leurs captures dans les eaux britanniques à l'issue d'une période de transition courant jusqu'en juin 2026. Surtout, les pêcheurs européens doivent obtenir de Londres des licences pour pêcher dans les eaux britanniques. Le gouvernement de Boris Johnson tarde à distribuer les autorisations promises alors que les prises des pêcheurs de l'UE dans leur espace maritime représentent 650 millions d'euros chaque année.

Des problèmes sérieux à venir

Lors d'un déplacement à Boulogne-sur-Mer ce vendredi, Michel Barnier a estimé que "les Britanniques essayent de reprendre maintenant une partie du compromis qu'ils ont conclu avec nous, ce n'est pas acceptable", selon un journaliste de l'AFP.  "Ils refusent de donner des licences à des bateaux qui ont le droit de pêcher aux termes de notre accord", a-t-il ajouté, voyant une "forme de flibusterie politique dans cette attitude".

"Si les licences ne sont pas données, cela peut créer un problème bilatéral très sérieux entre la France et le Royaume-Uni et aussi entre l'Union européenne et le Royaume-Uni", a-t-il averti.

Sujet explosif tout au long des négociations sur les conditions de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, l'accès des pêcheurs européens aux eaux britanniques continue de provoquer des frictions. Entre les bateaux français et ceux de la Couronne, mais également entre les navires tricolores et ceux hollandais.

Pression de Bruxelles

En effet, le non-respect des engagements britanniques surchargent les zones de pêches communautaires de la Manche, de plus en plus occupées par les pêcheurs venus des Pays-Bas. Des professionnels de Boulogne-sur-Mer, premier port de pêche français et premier centre européen de transformation des produits de la mer, dénoncent ainsi depuis des mois "l'invasion de la flotte industrielle néerlandaise", qu'ils accusent de surexploiter les ressources de la Manche. Une situation qu'ils dénoncent depuis 10 ans mais aggravée selon eux par le Brexit.

"Le fait qu'on pêche moins dans les eaux britanniques provoque une redistribution des capacités de pêche", a souligné M. Barnier, interrogé sur les tensions entre pêcheurs français et néerlandais. "Les autorités françaises doivent soumettre cette question à Bruxelles, dans le cadre de la politique commune des pêches", a-t-il estimé.

Ces derniers mois, les accrochages se sont multipliés entre les flottes françaises et britanniques. Début mai, des dizaines de bateaux de pêcheurs normands et bretons s'étaient massés dans le port de Saint-Hélier à Jersey pour manifester leur mécontentement et défendre leur droit de continuer à pêcher dans les eaux de Jersey, provoquant l'envoi par Londres de deux patrouilleurs avant que la situation ne rentre dans l'ordre dans la journée.

(avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 12
à écrit le 23/08/2021 à 10:01
Signaler
Le premier problème et de loin , c'est la pêche industrielle des hollandais , la pêche électrique , qui vide la Manche et la mer du nord de leurs poissons,mais on ne peut pas compte sur Barnier avec son attitude anti-anglaise permanente ,pour arrête...

à écrit le 23/08/2021 à 9:44
Signaler
La peche est similaire a la "Cueillette", n'a aucun avenir. On ne va pas se brouiller avec nos voisins Britaniques pour soutenir cette activite d'un autre age.

à écrit le 23/08/2021 à 8:38
Signaler
c'est pas que la peche etait un dossier non negociable, c'est que c'est la porte ouverte a tout ce qui va suivre, dans une politique de petits pas; dans ce cas on applique des sanctions immediatement, bizarrement les negociations en sont facilitees; ...

à écrit le 22/08/2021 à 19:03
Signaler
Comment avait dit Chamberlain , en parlant de Hitler , que sa parole n'avait même pas la valeur du papier sur lequel elle avait été écrite ?? A appliquer au gouvernement anglais ....

à écrit le 22/08/2021 à 16:37
Signaler
Les anglais sont libres et l'UE est bien trop faible, des mots de nos européistes aux maux qu'ils génèrent.

à écrit le 21/08/2021 à 17:00
Signaler
L'UE aurait dû plutôt prévoir un gros budget pour reconvertir une partie dea pêche européenne et exiger une frontière entre l'Irlande du Nord et la République d'Irlande. Tout aurait été plus clair. Aux Anglais de se débrouiller avec leurs fanatiques ...

à écrit le 21/08/2021 à 15:17
Signaler
Les pauvres européens sont toujours surpris par la duplicité des anglais....ils sont seuls responsables car a trop vouloir un accord, l'EU a perdu son âme. M Barnier peut se vanter d'avoir arracher un accord, hélas, cet accord qui maintient le nord d...

à écrit le 21/08/2021 à 13:18
Signaler
C'est marrant ,quand le brexit a été acté et que tous les experts autoproclamés du paf ainsi que le monde médiatique avaient annoncé la fin des Anglais dans la semaine qui suivrait ,j'avais trouvé cela bizarre .Lorsque la faune du paf médiatique ,l...

à écrit le 21/08/2021 à 12:49
Signaler
Barnier, le loser du brexit. Et dire que ce rigolo est a un poste strategique. On comprend la situation de l'europe....

à écrit le 21/08/2021 à 9:14
Signaler
5 ans de négociations pour rien, sur payé à rien faire. Et Barnier voudrait être président de la france ?

à écrit le 20/08/2021 à 17:13
Signaler
Les pêcheurs français doivent aller pêcher dans les eaux britanniques , pourquoi respecterions nous les accords et pas les perfides , sous la protection de la marine nationale , tirez les premiers messieurs les rosbeefs !

le 21/08/2021 à 0:24
Signaler
Les pêcheurs français feraient mieux de se convertir à la pisciculture au lieu de provoquer leurs voisins britanniques qui n'ont pas détruit leur stock de poisson dans leurs eaux territoriales. A force de provocations, les britanniques risquent ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.