Réforme de la zone euro : Merkel reste inflexible face aux idées de Macron

La chancelière allemande Angela Merkel a réaffirmé, dimanche 10 juin à la télévision allemande, son opposition à l'une des idées phares de la réforme de la zone euro d'Emmanuel Macron, qui veut la doter d'un important budget d'investissement à trois chiffres en milliards d'euros. Le chef de l'Etat français a fait savoir qu'il se montrerait "tenace" dans ses négociations avec la chancelière allemande.
La France et l'Allemagne tentent de finaliser des propositions communes pour la réforme de la zone euro avant le sommet de l'UE, le 29 juin.
La France et l'Allemagne tentent de finaliser des propositions communes pour la réforme de la zone euro avant le sommet de l'UE, le 29 juin. (Crédits : Michaela Rehle)

Le conseil des ministres franco-allemands sur la réforme de la zone euro, c'est dans moins de dix jours (le 19 juin). Et Angela Merkel se montre toujours inflexible sur la question du budget d'investissement, une des mesures phares de la réforme soutenue par Emmanuel Macron, qui le veut conséquent. "Je ne dit pas qu'il n'aura rien de ce qu'il veut", a-t-elle déclaré dimanche 10 juin à la télévision allemande.

Et d'ajouter que le président français a fait des propositions "dont il sait depuis longtemps qu'elles ne sont pas les bonnes selon moi".

Investir 1 ou 2% du PIB dans la zone euro

Il y a quelques jours, la chancelière allemande avait concédé dans les colonnes du Frankfurter Allgemeine Zeintung la création d'un budget d'investissement, mais limité à quelques dizaines de milliards d'euros, loin des souhaits de départ d'Emmanuel Macron, qui table plus sur un montant à trois chiffres en milliards d'euros. Ainsi dimanche, elle a insisté sur son idée "d'investir 1% ou 2% du PIB dans la zone euro".

Si l'Élysée s'est félicitée de ce petit pas en direction de la position d'Emmanuel Macron, ce dernier a souligné, lors d'une conférence en marge du sommet du G7, qu'il restait "un gros travail à faire d'ici au Conseil de juin".

« Nous aurons des échanges dans les prochaines semaines mais moi je veux un accord ambitieux pour juin et surtout je veux une projection à cinq-dix ans. Et vous me connaissez, je serai tenace sur ce sujet », a-t-il précisé.

Selon une source gouvernementale interrogée par l'AFP, le ministre français des Finances Bruno Le Maire et son homologue allemand Olaf Scholz ont déjà discuté pendant près de 14 heures dans un hôtel parisien, à partir de samedi après-midi jusqu'au petit matin dimanche, sans toutefois parvenir à un accord.

Pour autant, Paris et Berlin se disent toujours "déterminés" à trouver rapidement un compromis sur la réforme de la zone euro avant le sommet (très attendu) de l'UE le 29 juin prochain.

Lire aussi : Réforme de la zone euro : Angela Merkel répond enfin à Emmanuel Macron

Une politique d'asile commune "nécessaire"

De son côté, Angela Merkel est aussi revenue dimanche soir sur l'un des autres grands chantiers de réformes : la crise migratoire. Elle a martelé la nécessité d'une politique d'asile commune et d'un partage du fardeau migratoire au nom des leçons de la crise de 2015. Cette position a été rejetée par plusieurs pays européens, en particulier ceux de l'Est qui ne veulent pas voir s'imposer de demandeurs d'asile.

« Si nous voulons agir ensemble, alors nous avons besoin d'un standard d'asile commun, et si nous voulons renforcer la liberté de circulation, alors il nous faut un vrai système de garde-frontières européens », a-t-elle dit. Ces réformes sont essentielles, « même si cela ne plait pas à certains qui ont une frontière extérieure de l'UE ».

Et d'ajouter :

« Je vais y jeter toutes mes forces, car sinon l'Europe est menacée ».

(avec AFP et Reuters)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 14
à écrit le 13/06/2018 à 6:11
Signaler
Il se prépare un gachis monumental ... Depuis le départ,chaque pays pense pouvoir vivre au dépend de l'autre, et les hommes politiques entretiennent les préjugés ou fabriquent des mensonges contre les autres peuples dans l'espoir de maintenir le s...

à écrit le 12/06/2018 à 11:51
Signaler
Il faut l'excuser, mais il est vrai qu'elle n'a pas le profil de la souplesse !

à écrit le 12/06/2018 à 4:45
Signaler
« Je vais y jeter toutes mes forces, car sinon l'Europe est menacée ». L'Europe est déjà foutue, ma chère Angela. Le Merkozysme ou le nationalisme de l'Axe franco-allemand est venu à bout d'une idée qui aurait pu changer le monde et l'avenir de l...

à écrit le 11/06/2018 à 21:22
Signaler
" Angela t 'es dépassée..ta vision est celle du passé..les RUSSES, les Chinois , les Turcs doivent bien rigoler...ce n' est pas tes merko, Audi et Bmw qui arrêteront les chars blindés, les flots d' immigrés ou les alliances populo-aliénés dans quelq...

le 11/06/2018 à 23:38
Signaler
Angela suit les avis de son loin prédécesseur Helmut Schmidt: „Si vous avez des visions, allez voir votre medecin“.

à écrit le 11/06/2018 à 18:14
Signaler
L'Allemagne ne roule que pour elle, à savoir sa puissance économique et laisse le mauvais "travail" à la France, à savoir mener les opérations militaires en se disant solidaire. Un peu facile, ce n'est pas comme cela qu'une Europe se construira. I...

à écrit le 11/06/2018 à 17:34
Signaler
L'Union est ingérable tant qu'elle reste dirigée par un conciliabule de 27 chefs d’État, qui en plus n'ont souvent que les intérêts égoïstes de leur pays en tête. Il faut un gouvernement européen élu directement par les citoyens.

à écrit le 11/06/2018 à 17:01
Signaler
Il n'y a que la France a croire a l'existence du couple franco-allemand, c'est bien pour cela qu'elle continue a pédaler dans la semoule!

à écrit le 11/06/2018 à 15:58
Signaler
Mon voisin, qui a trois bagnoles dont une très belle Italienne, est criblé de dettes. Je l'ai aperçu l'autre jour à la Banque de France car il discutait son dossier de surendettement. Nous avons une toiture adjacente qui, malheureusement, laisse pa...

le 11/06/2018 à 18:03
Signaler
Il faudrait déjà que vous lui rembousiez les dettes dont il vous a fait cadeau dans un élan de générosité indu alors qu'il avait tout cassé chez vous en tuant au surplus quelques membres de votre famille....il ne faut forcement croire que les uns son...

à écrit le 11/06/2018 à 13:45
Signaler
la mémé flingueuse est de retour.....on commençait à s'ennuyer ferme! Le NEIN reprend du poil de la bête.....

à écrit le 11/06/2018 à 13:22
Signaler
Et donc vu que l'Allemagne ne joue pas le jeu européen nous faisons quoi ? Nous continuons de nous faire exploiter par els allemands avec un avenir désastreux assuré sans rire ? C'est bien beau les dogmes les gars mais c'est pas ça la vérité, cel...

le 11/06/2018 à 14:01
Signaler
Et si les pays du Sud avaient tort ? En l’occurrence nous savons que les pays européens n’ont que peu de marge de manœuvre du fait de leurs déficits publics… Et oui, il faut collectivement faire des économies. Nos sociétés ploient sous la charge fisc...

le 11/06/2018 à 15:15
Signaler
"Une famille aurait déjà réorienté ses dépenses depuis longtemps. " Mais vous parlez de quoi ? "Je serais contribuable allemande, j’apprécierais" Ah mais j'en suis sûr sauf qu'il y a plus de 500 millions d'européens et 70 millions d'allem...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.