Royaume-Uni : le travailliste Sadiq Khan, nouveau maire de Londres

 |  | 397 mots
Le député Sadiq Khan, membre de l'opposition travailliste britannique, a été élu maire de Londres.
Le député Sadiq Khan, membre de l'opposition travailliste britannique, a été élu maire de Londres. (Crédits : © Paul Hackett / Reuters)
Le travailliste Sadiq Khan, qui l'emporte avec 57% environ des suffrages et près de 14 points d'avance, succède à la tête de la métropole de 8,6 millions d'habitants au conservateur Boris Johnson, qui occupa ces fonctions pendant huit années.

Sadiq Khan, député travailliste, a remporté l'élection municipale de jeudi à Londres avec 57% environ des suffrages et près de 14 points d'avance. Il bat ainsi son rival conservateur Zac Goldsmith pour devenir le premier maire musulman de la capitale britannique.

M. Khan, ancien avocat des droits de l'Homme, succède à l'excentrique conservateur Boris Johnson, un partisan d'une sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne à qui l'on prête l'ambition de devenir Premier ministre.

Un duel entre deux mondes

Confirmée tard dans la nuit de vendredi à samedi, l'élection de Sadiq Khan, fils d'un chauffeur de bus pakistanais et qui a grandi dans une HLM au sud de Londres, prend une valeur tout à fait symbolique dans ce scrutin qui l'opposait à Zac Goldsmith, fils du financier milliardaire Jimmy Goldsmith.

"Cette élection n'a pas été sans controverse, et je suis très fier que Londres ait choisi aujourd'hui l'espoir contre la peur et l'unité contre la division", a déclaré le nouveau maire de Londres dans un bref discours prononcé après la proclamation de sa victoire.

"La peur n'améliore pas notre sécurité, elle ne fait que nous affaiblir, et la politique de la peur n'est tout simplement pas la bienvenue dans notre ville", a-t-il poursuivi.

Campagne nauséabonde

Sadiq Khan, donné gagnant par les enquêtes d'opinion d'avant scrutin, a toujours conservé son avance sur son rival malgré les accusations lancées par ce dernier selon lesquelles le candidat travailliste était proche de prêcheurs radicaux et qu'il fournissait de "l'oxygène" aux extrémistes. Pour sa défense, Sadiq Khan a expliqué qu'il avait combattu l'extrémisme toute sa vie et qu'il regrettait d'avoir partagé des tribunes avec des orateurs porteurs d'opinions "abjectes".

Il a parallèlement accusé Goldsmith d'avoir recours à une rhétorique similaire à celle de l'Américain Donald Trump pour diviser les Londoniens en fonction de leur religion et d'être déconnecté des réalités en tant que membre d'une élite fortunée.

Parti travailliste en perte de vitesse

Si les travaillistes peuvent se réjouir de ce succès électoral à Londres, en revanche les résultats en Ecosse et au Pays de Galles montrent que l'opposition et son nouveau chef, Jeremy Corbyn, ancré très à gauche, ont perdu des sièges. Il n'ont toutefois pas subi la déroute que certains leurs prédisaient.

(Avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/05/2016 à 17:24 :
sa religion aurait-elle été mentionnée s'il relevait d'une autre confession?
a écrit le 08/05/2016 à 23:09 :
CETTE ELECTION PROUVE QU A VALEUR A DIPLOME EGAL ON PEU TRAVAILLE POUR LE BIEN DUNE VILLE ET QUE LA FOIE RELIGIEUSE ET UN LEURE AJECTES POUR LES INBECILES ET LES IGNIORANTS? TOUS LES PAYS ET LES ENTREPRISES QUI INTEGRE DES GENS VENUE D ALLIEURS NE L ON JAMAIS RECRETE ? CAR L EMIGRATION ONT FAIS LEURS FORTUNE?
Réponse de le 09/05/2016 à 12:02 :
@verite: encore faut-il que les immigrés apportent une plus-value au pays concerné, et cela passe par parler correctement leur langue, n'est-ce pas :-)
a écrit le 08/05/2016 à 8:51 :
La bonne nouvelle, c'est qu'il va vider calais pour remplir londres.
Ah, la richesse de la diversite, la chance de Londres. Mdr
Réponse de le 08/05/2016 à 20:26 :
@Pat68: excellente idée ! Il ne peut tout de même pas laisser les frères dans la mouise à Calais :-)
a écrit le 07/05/2016 à 19:37 :
L' immobilier fer de lance de la croissance Anglaise...touche à sa fin départ des oligarques
Russes et bientôt des monarchies du golfe, il est temps de faire revenir le citoyen lambda
qui n' en a pas les moyens . Bien joué les Anglais ni voient que du feu....vive la Reine .
a écrit le 07/05/2016 à 13:14 :
Le Royaume-Uni s'enferme dans une crise majeure non seulement pour ses moyens mais aussi de ses valeurs et de son identité. Cette dérive, voulue par le communautarisme censé en faire la puissance, en organise petit à petit maintenant la déchéance. Les accords de Bretton-Woods suivis de ceux de la Jamaïque en 1976 ont dessaisi UK de l'arnaque magnifique de l'adossement des devises mondiales à l'or ... anglais. Quarante ans plus tard le pays dérive ouvertement, à peine retenu par sa richesse pétrolière dont les prix ont entre-temps explosé. Ce que les anglais pensaient posséder leur échappe car ils n'ont jamais prévu de plan B, tout juste un plan A'. Pour ces raisons ils n'ont pas adopté l'euro, freinant des quatre fers à ce qui était le symbole de leur ruine, mais l'attaque est mondiale qui impose un serpent monétaire invisible mais bien actif pour toutes les devises occidentales. Ils y sont englués. Ce point est donc dépassé dans la stratégie.Tout autant celui du Brexit. Si les "anglais" ont intérêt à sortir de l'UnionEuropéenne, UK ne partage pas toujours cet avis, le tout tendant à l'explosion de cette union dans l'Union. Toutefois, quand bien même le Brexit aurait lieu, il ne s'agirait que d'un ralentissement bref à la marche des choses : le pays est soumis à des tensions sur lesquelles il n'a plus prise et sa posture androgyne Travailliste/Ultra Libérale dans une même pensée n'a plus les moyens de ses théories. Celle travailliste n'avance plus car les moyens manquent et la pauvreté s'installe, celle libérale non plus car le monde l'a submergée par une masse monétaire qui l'écrase. Comment batre des gens connus pour être plus forts que soi, accepter même l'engagement, pour seulement tenter une reversion bien modeste à des programmes sociaux dont on ne voit pas le bout ? Le Millenium aura été un leurre pour UK, il l'a tenu en éveille pour un ou deux tempo mais, désormais, figure comme un rêve-arnaque. Le pays et ses habitants pensent alors que remplacer les anglais incapables par des "plus qu'anglais" étrangers permettra de sauver le navire. Cette théorie recommencée (on l'a pensé des juifs) est si peu crédible que ceux qui le peuvent ont déjà mis les chaloupes à la mer.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :