Royaume-Uni : Theresa May va-t-elle se convertir au "soft" Brexit ?

 |   |  1004  mots
Des opposants au Brexit manifestent à Dublin, en Irlande, le 25 avril dernier. Parmi leurs revendications : pas de frontière fermée entre le Nord et le Sud de l'île.
Des opposants au Brexit manifestent à Dublin, en Irlande, le 25 avril dernier. Parmi leurs revendications : pas de frontière fermée entre le Nord et le Sud de l'île. (Crédits : Brexit en Irlande Dublin)
Alors que la Première ministre négocie actuellement les termes d'un accord d'entente avec la leader du Democratic Unionist Party (DUP) Arlene Foster, de nombreuses voix au sein de son camp (et au-delà) s'élèvent pour réclamer un changement de stratégie du Royaume-Uni face au Brexit.

Un contingent réduit de 318 conservateurs et 262 travaillistes regonflés à bloc après un résultat inespéré, jeudi 8 juin. Quelque cinq jours après l'élection générale anticipée, les députés britanniques tout juste (ré)élus ont retrouvé (ou découvert, pour 87 d'entre eux) les fauteuils verts de la Chambre des communes, ce mardi. Motif : l'ouverture de la nouvelle session parlementaire avec l'élection du président de la Chambre, à moins d'une semaine de la date initialement prévue pour le début des discussions entre le Royaume-Uni et l'Union européenne en vue du Brexit.

Initialement, seulement. Car la confusion politique qu'a engendré le revers subi par Theresa May la semaine dernière va vraisemblablement contraindre les Britanniques à repousser de quelques jours les premiers rounds de négociations, en dépit des pressions allemandes et de l'appel à "ne pas perdre de temps" de Michel Barnier dans Le Monde daté du 14 juin. Mais pas seulement. L'approche du nouveau gouvernement conservateur, remanié ce week-end par la Première ministre pour tenter de réunifier les membres d'un parti furieux d'avoir perdu leur majorité absolue, pourrait bien également se retrouver modifiée.

Un vote en partie contre le "hard Brexit"

En faisant de l'élection anticipée une sorte de référendum sur sa propre vision du Brexit, Theresa May a pris le risque de se voir désavouée. Les résultats tombés tout au long de la nuit de jeudi à vendredi derniers ont confirmé ce worst case scenario. Le fait que les Britanniques aient refusé d'accorder une majorité renforcée à leur Première ministre traduit en partie un rejet du "hard Brexit" promu par la leader conservatrice. (La moitié des anciens électeurs UKIP, d'ailleurs, ont préféré de manière inattendue le "soft Brexit" des travaillistes.) Un constat partagé par l'ancien Premier ministre, successeur de Margaret Thatcher en 1990, John Major :

"A mon sens, le concept de hard Brexit est en train de devenir intenable", a-t-il affirmé sur BBC Radio 4. "Les opinions de celles et ceux qui souhaitent rester [dans l'Union européenne] vont devoir davantage être pris en compte désormais. Le hard Brexit n'a tout simplement pas été soutenu par l'électorat dans cette élection."

Au sein du parti conservateur, d'autres ténors se sont déclarés en faveur d'un rapprochement avec la position des travaillistes sur la question, à l'image de l'ancien ministre des Affaires étrangères William Hague. Au nord de la frontière avec l'Ecosse, la dirigeante locale du parti, Ruth Davidson, à qui Theresa May doit le gain de 12 sièges au détriment des nationalistes écossais, appelle même à un consensus transpartisan sur le Brexit, pour éviter qu'il ne devienne "le Brexit des Tories". Une position qui séduit d'autres figures politiques de premier plan, comme la Première ministre écossaise Nicola Sturgeon et les députées travaillistes Harriet Harman et Yvette Cooper, ainsi qu'une majorité de Britanniques, à en croire un récent sondage YouGov.

La question nord-irlandaise

Autre élément qui pourrait pousser Theresa May à assouplir son approche vis-à-vis de l'Union européenne : l'Irlande du Nord. Partisans du Brexit, ses alliés loyalistes du Democratic Unionist Party (DUP), avec qui elle négocie actuellement une alliance pour pouvoir gouverner avec une majorité "absolue" à Westminster, souhaitent néanmoins que la frontière avec la République d'Irlande reste ouverte. Un point qui figure d'ailleurs dans le Top 3 des priorités de l'Union européenne lors des négociations. En cas de "hard Brexit" ou de "no deal" en 2019, rien ne permet en effet d'assurer avec certitude que la frontière entre l'Ulster et l'Eire reste poreuse.

Quant aux intentions de Theresa May, elle restent pour l'heure plutôt floues. Après avoir promu Damian Green, partisan du "Remain" avant le référendum, au rang de Premier secrétaire d'Etat en fin de semaine dernière, elle a nommé Steve Baker, l'un des plus fervents soutien de la sortie de l'UE, au sein du ministère pour le Brexit, mardi après-midi. La leader conservatrice marche en effet sur des œufs, vis-à-vis de ses députés : en l'absence de majorité absolue, May se trouve à la merci de la faction la plus eurosceptique, laquelle pourrait remettre en question son leadership si les négociations s'orientent vers un "soft Brexit". Un risque que la Première ministre souhaitait initialement éliminer en... amplifiant sa majorité lors de l'élection anticipée.

Mais qu'est-ce qu'un "soft Brexit" ?

Mais, quand bien même la Première ministre changerait d'avis (ou son successeur, ou même une autre majorité en cas de nouvelle élection générale anticipée), reste à savoir à quoi ressemblerait un "soft Brexit". Un improbable accord pour rester dans le marché commun ? Une période de transition plus longue ? Adopter un ton moins belliqueux et privilégier l'impact économique du Brexit sur les Britanniques plutôt que l'immigration pourrait, par exemple, être un bon début.

Macron et Schäuble pas contre un changement d'avis britannique

Interrogé par Bloomberg à l'occasion du G20 Germany Day, le ministre des Finances allemand Wolfgang Schäuble a affirmé que le Royaume-Uni "trouverait porte ouverte" s'il décidait finalement de rester dans l'Union européenne. "C'est au gouvernement britannique de prendre ses propres décisions", a-t-il affirmé. Conscient que l'élection générale anticipée a plongé le pays dans un épais brouillard, Schäuble a reconnu qu'il "faut [lui] laisser quelques jours" pour définir sa position sur le Brexit.

Emmanuel Macron, qui recevait Theresa May à l'Elysée mardi soir, a pour sa part assuré aux Britanniques que "tant que les négociations seront en cours, il y aura toujours la possibilité de rouvrir la porte". Interrogée sur un potentiel changement de position sur le Brexit, la Première ministre s'est de son côté contentée de déclarer qu'elle souhaitait faire du Brexit un succès et que le Royaume-Uni souhaitait conserver un partenariat "spécial" avec l'Union européenne.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/06/2017 à 8:05 :
Tic tac tic tac, qu ils prennent leur temps...déjà 3 mois quelle a envoyé l'Art 50, plus que 21 et encore il faut de la marge pour que les 27 et eux votent l'accord. Les lemmings se rapprochent du bord de la falaise.

J'en peux plus de me marrer, envoyant l'extreme gauche, l'extreme droite et autres complotistes être devenus des grands supporters de celui qu ils considèrent (considéraient?) comme le 51état européen.

La démagogie et la haine el UE n'ont pas de limite. On en voit les merveilleuses conséquences en GB.
a écrit le 14/06/2017 à 21:16 :
Les anglais ont déjà résistés sous les bombes aux allemands, rien ne les empêchera de se barrer de l' univers carcéral de l' UE !

C' est Farage pourvoyeur du Brexit qui nous le rappelle.

`Dans une interview du 26 octobre 2016, Nigel Farage déclarait : " Certains souhaitent un gouvernement mondial. En fait, l'Union Européenne est leur banc d'essai. Mais je suis très confiant sur le fait que ça échouera, personne n'en veut. Personne n'a jamais voté pour et ça ne marche pas dans les faits. L'économie ne marche pas, la politique ne marche pas donc je suis très confiant. La chose contre laquelle j'ai toujours combattu va s'écrouler et disparaître. Et ce qui suivra sera un retour vers les démocraties libérales des Etats-nations où nous aurons une Europe avec du commerce entre les pays, des relations amicales, où tout risque de guerre sera éliminé ".
Réponse de le 14/06/2017 à 23:05 :
... sauf que dans les 24h qui ont suivi l'annonce du vote en faveur du Brexit... Nigel Farage reconnaissait avoir menti pendant toute la campagne électorale !!! Alors ses interviews...
Réponse de le 15/06/2017 à 0:06 :
@23h05, sauf que c'est faux même si c'est ce que racontent systématiquement les medias orientés.
a écrit le 14/06/2017 à 18:52 :
Pour écrire et titrer ainsi un tel article , c'est le signe que son auteur ne connait rien aux britons ni à leurs politiques .
Réponse de le 15/06/2017 à 0:04 :
Ou alors c'est que ca correspond a la ligne idéologique de la Tribune.

#ReviensGodin
a écrit le 14/06/2017 à 9:32 :
Et la volonté du peuple anglais on en fait quoi ?

- Heu... la quoi ?
Réponse de le 14/06/2017 à 13:56 :
Nos amis britanniques viennent de voter et c'est pour ça que le hard brexit a du plomb dans l'aile. Après le soft brexit est une farce , si les britanniques ne font que des concessions, cela reviendra à être un pays qui a les devoirs de l'UE sans en avoir tous les droits.
Réponse de le 14/06/2017 à 16:47 :
"Nos amis britanniques viennent de voter et c'est pour ça que le hard brexit a du plomb dans l'aile"

Est-ce que vous comprenez ce que vous écrivez ?

Les électeurs anglais ont voté pour la sortie de l'UE, le reste c'est de l'enfumage linguistique.

Soit le RU sort de l'europe soit non et on voit bien que l'oligarchie espère profiter de ces élections, qui n'ont rien à voir avec la sortie de l'europe vu que les travaillistes ne se sont pas prononcés contre.

Croire les histoires qu'on se raconte a un nom.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :