Zone euro : l'inflation repasse sous l'objectif de la BCE (2%) , mais inquiète toujours

Le taux d'inflation annuel en zone euro s'est légèrement replié en juin à 1,9% contre 2% en mai. Toutefois, sur un mois, les prix, tirés par la hausse de l'énergie, ont progressé de 0,3%. L'inflation continue d'inquiéter les banques centrales et les investisseurs, même si beaucoup pensent que le phénomène sera temporaire.

4 mn

Le taux d'inflation atteint 1,9% en juin, après avoir touché en mai un plus haut depuis octobre 2018 à 2%.
Le taux d'inflation atteint 1,9% en juin, après avoir touché en mai un plus haut depuis octobre 2018 à 2%. (Crédits : Cathal McNaughton)

Principale source d'inquiétude des banques centrales, le taux d'inflation annuel en zone euro s'est légèrement replié en juin. Il atteint 1,9%, après avoir touché un plus haut depuis octobre 2018 en mai à 2%, limite haute de l'objectif de la banque centrale européenne (BCE), selon des chiffres d'Eurostat parus mercredi.

Ces tensions sur les prix font craindre aux marchés financiers une remontée des taux d'intérêt. Mais la BCE et de nombreux experts jugent cette hausse de l'inflation "temporaire".

Made with Flourish

Lire aussi Alors qu'elle bondit aux États-Unis, l'inflation reste contenue dans la zone euro

Une inflation inégale au sein de l'UE

En juin, l'inflation a de nouveau été tirée par l'énergie (+12,5%, contre 13,1% en mai). Les tarifs des biens industriels hors énergie ont augmenté de 1,2% sur un an, après +0,7% en mai. Enfin, la composante de l'inflation pour le secteur alimentation, alcool et tabac a atteint 0,6%, après 0,5% en mai.

L'Estonie a enregistré le taux d'inflation annuel le plus élevé des 19 pays de la zone euro en juin à 3,7%, tandis que le Portugal a connu le taux le plus faible, l'indice des prix à la consommation ayant reculé de 0,6% dans ce pays. En Allemagne, première économie européenne, l'inflation a atteint ce mois-ci 2,1%, contre 1,9% en France, a détaillé l'institut européen des statistiques.

De l'autre côté du Rhin, où la stabilité monétaire fait figure de totem, le spectre de l'inflation inquiète particulièrement. Selon la Banque centrale allemande le 29 juin, l'inflation pourrait atteindre près de 4% d'ici la fin de l'année, ce qui "ronge [les] économies". Selon la Banque centrale allemande, la hausse des prix devrait toutefois se tasser d'ici 2022 dans le pays. Mais "il est possible, sous certaines circonstances, que [l'inflation] se réveille et redevienne un problème", a concédé lundi son président, Jens Weidmann, devant un congrès à Francfort.

Lire aussi « L'inflation ronge nos économies », l'Allemagne s'inquiète de la hausse des prix

"Après être passée sous la barre des 2% en juin, l'inflation de la zone euro devrait repartir à la hausse au second semestre, tirée par une inflation plus élevée en Allemagne", estime Andrew Kenningham, économiste en chef pour l'Europe de Capital Economics.

Il prévoit "que l'inflation dépassera 2,5% d'icin à la fin de l'année mais qu'elle retombera ensuite à environ 1% seulement en 2022 et restera faible à moyen terme".

Effet rebond

Autant en Europe qu'aux États-Unis, ce phénomène est lié à des effets conjoncturels, notamment la reprise des économies après le choc du coronavirus, une montée des prix de l'énergie, ou encore les pénuries sur les chaînes d'approvisionnement, bouleversées par la crise sanitaire.

Face à cette hausse de court terme, la Banque centrale européenne n'entend pas pour l'instant resserrer sa politique monétaire accommodante. Elle attendra pour cela un retour durable de l'inflation dans le sillage d'une conjoncture économique robuste.

Or celle-ci reste pour l'instant fragile et la menace du variant Delta renforce les incertitudes entourant la reprise. L'arrivée de ce nouveau variant pourrait en effet freiner la réouverture en cours notamment dans les transports, le tourisme et les loisirs.

Lire aussi Variant Delta : trop lente dans sa vaccination anti-Covid, l'Europe se dirige vers une quatrième vague

"La légère baisse de l'inflation globale en juin n'est pas si pertinente. Ce qui est plus important, c'est la poussée imminente de l'inflation des biens et services", estime toutefois Bert Colijn, économiste pour ING, selon qui les chiffres de juin offrent seulement un court répit aux banquiers centraux.

"Pour l'instant, la plupart des éléments indiquent qu'il s'agit d'un phénomène temporaire, mais les risques de hausse des perspectives d'inflation n'ont pas été aussi importants depuis des années et devraient tenir la BCE en haleine", a-t-il commenté.

(Avec AFP)

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 02/07/2021 à 10:31
Signaler
"l inflation inquiète les banques centrales" :)

à écrit le 02/07/2021 à 10:31
Signaler
"l inflation inquiète les banques centrales" Vous allez essayer de nous prendre pour des ânes encore longtemps hein... :)

à écrit le 01/07/2021 à 9:06
Signaler
L’inflation est un mal nécessaire pour permettre l’investissement du «  nouveau monde «  au détriment des populations qui sont exclus de ce nouveau «  monde «  de transition économique. Tout ceci est voulu , il le fait bien rire M Macron avec ses suj...

à écrit le 30/06/2021 à 23:05
Signaler
"L'inflation" à force de lire des commentaires contradictoires, bonne ou pas ? Ne serait ce pas devenu un "truc" qui n'a pas de sens, comme le niveau de la Dette par exemple..!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.