Alors qu'elle bondit aux États-Unis, l'inflation reste contenue dans la zone euro

Dans la zone euro, la hausse des prix reste en dessous de la cible de 2%, selon François Villeroy de Galhau, incitant la Banque centrale européenne à poursuivre sa politique accommodante. Au même moment, de l'autre côté de l'Atlantique, l'accélération de l'inflation n'aboutit pas non plus à un resserrement monétaire prématuré.

3 mn

L'inflation reste en dessous de notre cible de 2% estime François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France et membre du Conseil des gouverneurs de la BCE.
L'inflation reste en dessous de notre cible de 2% estime François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France et membre du Conseil des gouverneurs de la BCE. (Crédits : Axel Schmidt)

Alors que les prix se sont envolés de 5% sur un an en mai aux États-Unis, l'inflation de la zone euro monte mais reste en dessous de la cible de 2%, a estimé vendredi François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France. Face à cela, la Banque centrale européenne (BCE) compte maintenir sa politique accommodante.

"L'inflation monte, mais reste en dessous de notre cible de 2% en moyenne (...) Il faut garder le cap, une inflation à moyen terme de 2%", a-t-il déclaré sur Radio Classique.

La BCE maintient sa politique accommodante

Jeudi, la BCE a indiqué que l'inflation devrait atteindre 1,9% en 2021 avant de revenir à 1,5% en 2022. La Banque centrale européenne a ainsi relevé ses prévisions d'inflation en zone euro, en raison de facteurs "temporaires" liés à la reprise économique et à la hausse des prix de l'énergie. Les précédentes estimations de mars faisaient état d'une inflation attendue à 1,5% en 2021, 1,2% en 2022, et 1,4% en 2023.

Toutefois, pour 2023, les prévisions restent inchangées, a indiqué la présidente de l'institution. De plus, Christine Lagarde a souligné que la hausse des prix restait bien inférieure à l'objectif de la banque centrale, soit un taux légèrement inférieur à 2% en rythme annuel.

Lire aussi 3 mnLa BCE à l'épreuve de la reprise et de l'inflation

La BCE, qui table sur une croissance de 4,6% cette année et de 4,7% l'an prochain pour la zone euro, a aussi annoncé le maintien du soutien massif au crédit et à l'activité.

"La situation européenne est assez différente de la situation américaine. L'inflation sous-jacente est de 0,9% en zone euro. (...) Nous pouvons être au moins aussi patients que la Réserve fédérale américaine car la situation est différente en zone euro", a ajouté François Villeroy de Galhau.

Lire aussi 4 mnLa BCE se dit prête à parer à toute remontée injustifiée des taux d'intérêt

Une hausse des prix plus marquée aux États-Unis

Aux États-Unis, l'inflation a été tirée notamment par l'augmentation des prix des voitures d'occasion (+7,3%), pour lesquelles la demande reste forte puisque beaucoup d'Américains ont profité du télétravail pour quitter les centres-villes.

De plus, l'économie américaine est marquée par une forte hausse de la demande, alimentée à la fois par la réouverture de l'économie consécutive à la campagne de vaccination à marche forcée, et par les milliers de milliards de dollars injectés dans celle-ci par le gouvernement fédéral. Le déséquilibre entre l'offre et la demande tire les prix à la hausse.

La question est désormais de savoir si cette inflation ne durera que quelques mois, ou beaucoup plus longtemps. La Banque centrale américaine, la Fed, table ainsi sur un retour à la normale, autour de 2%, d'ici à quelques mois.

"Nous continuerons à voir, (...) je pense pendant le reste de l'année, des taux d'inflation plus élevés qui pourraient être d'environ 3%", avait déclaré la secrétaire au Trésor américain Janet Yellen le 5 juin, invoquant des "facteurs transitoires". "Je ne vois pas cela comme permanent."

Pour ce qui est de la France, "cette année, nous aurons plus de croissance et un peu moins d'inflation", a par ailleurs indiqué le gouverneur de la Banque de France. Laquelle publiera ses prévisions pour l'Hexagone lundi soir, selon ce dernier.

(Avec AFP)

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 11/06/2021 à 19:37
Signaler
Les gérontocrates ne veulent pas mourir dignement en débranchant leur coeur artificiel... il faudra donc attendre la phase terminale du cancer pour les oublier avec amertume.

à écrit le 11/06/2021 à 19:20
Signaler
avec le pétrole qui a pris 40% depuis le premier janvier, le blé qui a pris 6.4 %, l'acier qui a pris +241%, le manque de semi-conducteur,..".la hausse des prix reste en dessous de la cible de 2%, selon François Villeroy de Galhau" Ah bon ??

à écrit le 11/06/2021 à 19:05
Signaler
décidément nous avons tout oublié ou pire la France n'a plus aucun vécu. Nous devrions savoir que le problème de l'inflation sciemment voulu par les Etats Unis va nous revenir en pleine face quant eux auront réussi à la dompter. Comme cela ils cont...

à écrit le 11/06/2021 à 16:42
Signaler
M. Villeroy de Galhau doit faire ses courses avec le M. le Directeur de l'Insee, c à d en excellente compagnie... Nous les damnés de la terre faisons mine de croire que les prix de l'alimentaire ne font que grimper : aveugles que nous sommes !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.