Découvrez la liste des entreprises françaises les plus exposées au Japon

Du luxe au nucléaire, de grands secteurs et entreprises français risquent d'être touchés par la catastrophe survenue au Japon. Revue de détail.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Plusieurs entreprises françaises sont exposées aux conséquences économiques du séisme et du tsunami qui ont frappé vendredi le Japon , mais à différents titres. Pour certaines d'entre elles, l'archipel constitue un marché important, et un coup d'arrêt de l'économie nippone dans le sillage de la catastrophe ne manquerait pas d'avoir un impact direct mais aussi indirect si ce sont des partenaires japon ais qui sont touchés.  La filière nucléaire française pourrait quant à elle souffrir d'un regain de réticences concernant cette énergie du fait des incidents rencontrés dans plusieurs centrales japon aises à la suite du tsunami.

Voici les principales entreprises françaises exposées à ces différents risques:
 

Renault :
Nissan, partenaire japo ais de Renault au sein de l'alliance Renault-Nissan, a fermé ses quatre usines d'assemblage au Japon et aucun site ne devrait rouvrir lundi. Nissan, deuxième constructeur japon ais, fabrique 22% de ses véhicules dans l'archipel.

PSA Peugeot Citroën

Toutes les usines japonaises de Mitsubishi resteront fermées lundi et mardi en raison des incertitudes entourant l'approvisionnement en pièces détachées, a indiqué un porte-parole de PSA Peugeot Citroën, dont le constructeur japonais est partenaire. L'Ion et la C-Zéro électriques de PSA sont dérivées de l'iMiev de Mitsubishi et fabriquées sur le sol japonais.

Valeo

L'équipementier automobile Valeo possède neuf sites de production au Japon , dont quatre en JV, et deux centres de Recherche & Développement. Deux usines ont subi des dommages matériels qui ont nécessité un arrêt de l'activité, mais celle-ci a repris progressivement lundi. Le groupe a récemment accru son exposition dans l'archipel en rachetant Niles, spécialiste nippon des commandes au volant.

Areva
Areva ne construit pas de réacteur au Japon , où il vend seulement du combustible.

Alstom

Alstom ne possède sur place qu'une petite activité de service.  Mais pour les analystes de Cheuvreux, le séisme au Japon pourrait avoir pour conséquence de retarder certaines décisions d'investissement.

LVMH

L'archipel est le deuxième marché mondial du luxe après les Etats-Unis et au coude-à-coude avec la Chine. Le secteur du luxe risque donc de subir les effets du séisme et du tsunami qui ont dévasté le nord-est du Japon. Pour LVMH, le pays représente 9% des ventes.

Hermès

Pour Hermès, l'archipel est le premier marché (19% du chiffre d'affaires).

PPR

Le pôle luxe de PPR réalise quant à lui 14% de son chiffre d'affaires au Japon .

L'Oréal

L'Oréal réalise pour sa part environ 2,5% de son chiffre d'affaires dans le pays.

Scor
L'assurance et la réassurance font partie des secteurs qui devraient subir de lourdes conséquences financières en raison des dégâts matériels causés par le séisme et le tsunami. Credit Suisse a estimé que les dégâts pourraient atteindre jusqu'à 180 milliards de dollars. Le groupe de réassurance Scor a dit lundi qu'il n'avait pas encore chiffré le coût du tremblement de terre.

Axa

Le groupe n'était pas non plus en mesure de donner ses effectifs dans le pays et la part du Japon dans ses activités.  Axa a environ 8.000 collaborateurs au Japon , où l'assureur français réalise autour de 5% de son chiffre d'affaires. Le groupe est essentiellement présent dans le pays à travers ses activités d'assurance-vie.

Air Liquide

Air Liquide emploie 2.700 personnes au Japon , pays qui pèse pour 9% environ dans le chiffre d'affaires du groupe. Le principal site de production d'oxygène d'Air Liquide dans l'archipel est toujours en fonctionnement, mais un certain nombre d'unités de production des clients du groupe ont subi des dommages matériels.

Alcatel-Lucent
Le fabricant d'équipements télécoms Alcatel-Lucent a fait savoir lundi que ses employés présents au Japon étaient en sécurité et que ses établissements étaient intacts.  Le groupe franco-américain réalise environ 19% de ses ventes en Asie-Pacifique, mais la Chine et l'Inde représentent la majorité de cette proportion. Alcatel, qui ne détient pas d'usine en propre dans le pays, s'est refusé à tout commentaire concernant ses clients, les opérateurs télécoms, dans le pays.

STMicroElectronics

STMicroelectronics, qui réalise 18% de son chiffre d'affaires total dans la zone Japon et Corée, ne détient pas d'usine de fabrication au Japon .  Le fabricant de semi-conducteurs ne commente pas pour l'instant l'éventuel impact sur ses ventes de la catastrophe nippone.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.