Les 5 patrons qui auraient déjà dû être mis à la porte

Ils sont toujours à la tête de grandes entreprises, pourtant ils auraient dû prendre la porte il y a un moment si l'on en croit Adam Hartung, qui dresse son top 5 des patrons qui n'ont plus rien à faire à leur poste, dans un billet posté sur le site du magazine Forbes. And the winner is...
AFP - Steve Balmer, patron de Microsoft
AFP - Steve Balmer, patron de Microsoft (Crédits : AFP)

Il y a au moins cinq patrons qui mériteraient d'avoir été mis à la porte depuis longtemps, écrit Adam Hartung sur le site web du magazine Forbes. Inspiré par l'affaire Yahoo et son nouveau président limogé quelques mois à peine après son arrivée pour cause de C.V. truqué, l'auteur ne mâche pas ses mots et donne son classement des cinq pires dirigeants d'entreprises actuels.

#5. John Chambers, Cisco Systems

A la tête de Cisco depuis 1995, il a vécu une période faste au cours des premières années avec l'arrivée d'internet. En 2001, l'action Cisco a atteint 70 dollars l'unité. Depuis, le groupe souffre d'une conjoncture moins favorable, avec des budgets réduits chez les clients et un marché qui se tourne de plus en plus vers le cloud computing. Pour Adam Hartung, il est indéniable que John Chambers a fait du bon boulot lorsque Cisco se trouvait sur un marché en pleine croissance. Mais depuis le début des années 2000, Cisco a été incapable d'innover et de se repositionner sur le marché du cloud en proposant des services ou applications, critique-t-il.

#4. Jeffrey Immelt, General Electric

Comme Cisco, General Electric (GE) a vécu ses plus belles heures en 2001. Mais en 2009, l'action était à 8 dollars. La faute à Jeffrey Immelt, explique Adam Hartung poiur qui le patron de GE a fait l'erreur d'emprunter la voie de la facilité en gérant de l'argent et non une entreprise de produits et services. Sauvé de la faillite par Berkshire Hathaway General Electric vit sur ses acquis, même si son titre vaut un petit 19 dollars soit un tiers de moins que lors de la prise de fonction de Jeffrey Immelt.

#3. Mike Duke, WalMart

Pas besoin d'aller jusqu'au bilan économqiue de l'entreprise, pour pouvoir affirmer que Mike Duke aurait dû être remercié il y a un bon moment. Etre au courant du versement des pots-de-vin à des officiels étrangers et fermer les yeux pour s'assurer un business doré aurait été suffisant. Le fait que le patron de WalMart ait tenté de changer le droit américain pour réduire les répercussions légales aurait dû achever de convaincre que Mike Duke n'avait définitivement rien à faire à la tête du groupe, explique Adam Hartung. Car "il est clair que l'entreprise et son Bureau savaient que monsieur Duke était prêt à faire n'importe quoi pour tenter de doper la croissance de WalMart, même si c'était contraire à l'éthique et potentiellement illégal". Le pire, continue l'auteur, c'est que cette méthode ne portant pas ses fruits, puisque depuis 2000, les résultats du groupe n'ont pas décollé.

#2. Edward Lampert, Sears Holdings

Il n'est pas directeur général mais président de Sears Holdings. Pourtant son impact sur le troisième groupe de distribution aux États-Unis est bien réel. "Monsieur Lampert a détruit Sears", assène le commentateur, "il n'a jamais eu aucune idée de comment créer de la valeur chez Sears et il aurait certainement quitté l'entreprise il y a plusieurs mois étant donné que les attentes très élevées n'ont jamais été atteintes".

#1. Steve Ballmer, Microsoft

"Sans nulle doute le pire directeur général", le big boss de Microsoft tué l'avenir de Microsoft dans quelques marchés lucratifs à la croissance impressionnante comme l'industrie des tablettes, ou le marché des smartphones. Son autre crime est d'avoir sacrifié la croissance et les bénéfices non seulement de son entreprise mais aussi de l'"écosystème" : Dell, Hewlett-packard ou encore Nokia ont subi par ricochet les choix contestés de Steve Ballemer. Son incompétence s'est répercutée bien au-delà de Microsoft en matière de destruction de la valeur des portefeuilles des actionnaires, et de l'emploi, insiste Adam Hartung. Et les actionanires voient clairement les résultats des politiques menées par ce "vendeur de PC" : l'action a chuté de moitié depuis son arriéve à la tête de groupe.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 31/10/2013 à 22:13
Signaler
Les 5 patrons qui auraient déjà dû être mis à la porte lose weight http://guevara.blogger.hu/2013/10/31/you-don-t-need-to-settle-for-the-destiny-of-currently-being-chubby

à écrit le 21/05/2012 à 15:34
Signaler
Il faudrait peut-être ajouter à cette liste le patron d'ALCATEL-LUCENT. Qu'en pensez vous?

à écrit le 19/05/2012 à 19:47
Signaler
La liste pourrait être longue ! mais ces grosses têtes ont toujoutrs de bonnes raisons pour se maintenir , du fait aussi de leurs relations priviligiées et de leurs réseaux privés une secte de priviligiés souvent intouchables...

à écrit le 19/05/2012 à 9:48
Signaler
Vous oubliez Varin chez PSA : bilan nul et boite en cours de dépeçage par GM.

à écrit le 18/05/2012 à 21:34
Signaler
Jamie Dimon???

à écrit le 18/05/2012 à 17:32
Signaler
Il y a une seule erreur : à propos de Monsieur Balmer. On ne peut vouloir une vision à long terme qui signifie la survie de l'entreprise face aux crises et prentendre qu'elle se jette sur tous les segments pourris de l'industrie même pas créatrice d'...

à écrit le 18/05/2012 à 14:08
Signaler
Existe-t-il un tel classement pour les patrons français ? européens ? Si oui où est-il disponible , Sinon, il faut le créer ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.