Maurice Lévy dont la rémunération fait polémique quitte la présidence de l'Afep

 |   |  480  mots
Maurice Lévy, patron de Publicis - Copyright AFP
Maurice Lévy, patron de Publicis - Copyright AFP (Crédits : AFP)
Sous le feu des critiques à cause de la polémique sur les 16 millions d'euros de rémunération différée qu'ile touche depuis 2003, Maurice Lévy, le patron de Publicis, a annoncé sa démission de la présidence de l'Association française des entreprises privées (Afep).

La polémique sur les 16 millions d'euros de rémunération différée touchés Maurice Lévy aura eu raison de lui : l'emblématique de Publicis a démissionné de la présidence de l'Association française des entreprises privées, a-t-on appris jeudi soir. "J'ai décidé de mettre un terme à ma mission de président de l'Afep", écrit Maurice Lévy, en évoquant une décision "mûrement réfléchie", dans une lettre aux adhérents de l'association, qui regroupe le gratin des plus grandes entreprises privées de l'Hexagone.

Maurice Lévy explique en effet avoir fait part de son intention de jeter l'éponge au conseil d'administration de l'Afep pour la première fois le 28 mars.  Lors de l'assemblée générale, le 29 mai, le patron de Publicis avait reçu le soutien de la première actionnaire du groupe, Elisabeth Badinter, comme des petits porteurs qui n'avaient exprimé aucune réserve sur les 16 millions d'euros perçus.

Les politiques s'étaient emparés du sujet

En pleine campagne présidentielle, la révélation fin mars du versement de cette rémunération différée depuis 2003, avait valu à Maurice Lévy une volée de critiques à gauche, de François Hollande et plusieurs proches du candidat socialiste, dont Jérôme Cahuzac. Défendu par la présidente du Medef Laurence Parisot et par son groupe, le patron de Publicis n'avait pas non plus été épargné à droite, montré du doigt par le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan ou l'ancienne ministre du Budget Valérie Pécresse, qui avait jugé sa rémunération "disproportionnée".

Sans le viser, Nicolas Sarkozy avait fustigé les "rémunérations exorbitantes" votées par des actionnaires au "coeur à gauche", faisant allusion à Elisabeth Badinter, fille du fondateur de Publicis Marcel Bleustein-Blanchet et épouse de l'ancien ministre socialiste de la Justice Robert Badinter.

Pas de faute

"De faute, il n'y en a pas", martèle-t-il, rappelant les votes successifs des actionnaires pour valider ce mécanisme de rémunération à la performance. "Ma légitimité, je ne la tiens d'aucun homme politique, d'aucune caste", se défend-il. Se targuant d'avoir, à la tête de l'Afep, "mis sur la table" le problème "crucial" de la "compétitivité" de l'économie française, Maurice Lévy adresse une mise en garde à la classe politique et au gouvernement en prônant "des restructurations profondes" en sus de "la réduction des dépenses publiques et de la dette souveraine". "Plus on tardera et plus le réveil sera brutal et douloureux", défend-il.

Outre-Manche, une vague de critiques contre les hautes rémunérations des patrons surnommée "printemps des actionnaires" met également en cause le concurrent de Maurice Lévy. Et pourrait coûter au patron du géant de la publicité Martin Sorrell, son augmentation de 60% de salaire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/06/2012 à 16:50 :
Oui, il n'a pas fait la Société Publicis tout seul, son prédécesseur avait fait le principal. je sais de quoi je parle car j'ai travaillé 31 ans dans la 3è agence de pub en France, juste derrière Publicis.
Aux personnes qui écrivent sur ce forum, merci de ne pas faire de fautes d'orthographe, 8, 9 fautes dans un des deux textes.
Ce n'est pas vous qui auriez pu diriger Publicis ( rire) !!!
Réponse de le 15/06/2012 à 17:05 :
vous avez raison, je ne suis pas capable de diriger Publicis, je ne le recherche pas d'ailleur, cela m'évite des désagréments. sur ce site internet il faut savoir écrire vite et.... juste, sinon la page se réinitialise toute seule comme une grande, hihihi ;-)
a écrit le 15/06/2012 à 13:03 :
Sacré lui, la vérité si je mens, il a laissé des millions de personnes au chômage dans l?indifférence la plus totale, bien sur qu'il s'en va, l'Euro est mort, les rats quittent le navire, on lui a donné une bonne raison pour que l'on ne parle plus de lui, un humain de plus qui a vendu son âme pour de l'argent et du pouvoir.
Réponse de le 15/06/2012 à 15:20 :
tu dis n importe quoi, cela fait dix ans que ses primes ont ete voter, tous sa est générer par chiffre s affaire qui a évoluer au fil des années, aujourd'hui publiciste fait travailler des milliers de personnes, pour enmener un empire comme celui ci vers les sommets il ne suffit pas d aboyer sur une somme, il faut avoir des capacités énormes de reflexions et d analyses, apparaments ses qualités te fonts défauts .......
Réponse de le 15/06/2012 à 15:48 :
et bien sur il a fait cela tous seul, les employés sont une charge insupportable, le succès de l'entreprise ils n'y sont pous rien. seul le big boss a contribué au succès ! d'ailleur si il n'y avait que lui dans l'entreprise cela ferait encore plus de bénéfices ! le problème n'est pas qu'il soit récompensé, le problème c'est qu'il soit le seul. une entreprise c'est pas seulement le chef.
a écrit le 15/06/2012 à 11:36 :
Qu'il rende plutot les 16 millions....Alalala sacre maurice.Une prime a la performance,on se demande des lors pourquoi les salaries n'ont pas eu la meme prime?
a écrit le 15/06/2012 à 11:36 :
Qu'il rende plutot les 16 millions....Alalala sacre maurice.Une prime a la performance,on se demande des lors pourquoi les salaries n'ont pas eu la meme prime?
a écrit le 15/06/2012 à 10:40 :
il est évident que seul le patron créer le succès d'une entreprise, d'ailleur si il n'y avait que le patron les bénéfices seraient infinis.....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :