Laurence Parisot juge "énorme" la rémunération de Maurice Lévy, mais ne la condamne pas

 |   |  305  mots
La présidente du Medef condamnerait la rémunération De M.Lévy si son entreprise était en difficulté Copyright Reuters
La présidente du Medef condamnerait la rémunération De M.Lévy si son entreprise était en difficulté Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
la polémique continue sur la rémunération de Maurice Lévy. Laurence Parisot la juge "énorme". Mais elle ne la condamne pas, car Publicis n'est pas une entreprise en difficulté

 La présidente de l'organisation patronale Medef, Laurence Parisot, a refusé dimanche de condamner la rémunération de 16 millions d'euros que va recevoir cette année Maurice Lévy, le patron du groupe publicitaire Publicis, tout en reconnaissant son caractère "énorme". La révélation lundi par latribune.fr de cette rémunération  à titre différé depuis 2003, a déclenché une polémique dans la classe politique en pleine campagne présidentielle."La rémunération qui a été attribuée à Maurice Lévy est liée à la performance de cette entreprise, Publicis, qui a des résultats exceptionnels et est un leader mondial du marché publicitaire", a souligné la patronne du Medef, au Grand Rendez-vous Europe 1/I>Télé/Le Parisien-Aujourd'hui en France.

Laurence Parisot a rappelé que la philosophie du code de principes mis au point par le Medef et l'Association française des entreprises privées (Afep), dont Maurice Lévy est le président, est "que ce qui n'est pas acceptable, ce sont les rémunérations élevées quand les entreprises sont en difficulté ou amenées à opérer des restructurations". Pour Publicis, "ce n'est pas le cas", a-t-elle relevé. "C'est à l'actionnaire de définir les critères et de les valider. Ce qui a été fait très clairement (ndlr, dans le cas de Maurice Lévy)". "Il n'empêche que c'est une rémunération énorme", a-t-elle reconnu. Laurence Parisot a souligné que les modes de rémunération des dirigeants d'entreprises avaient évolué puisqu'il n'existait plus de "parachutes dorés" pour les dirigeants ayant échoué dans leur tâche. 

"Néanmoins il y a de nouvelles idées et de nouvelles pratiques à trouver" au niveau des rémunérations, a-t-elle estimé, indiquant que ce travail avait été confié au comité éthique du Medef.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/06/2012 à 23:35 :
D'ou sortent tout ces Lévy ?
Bernard, Elisa?bête?, Maurice
a écrit le 19/06/2012 à 18:44 :
Elle trouve enorme(donc la trouve scandaleuse) mais ne la condamne pas....Langue de bois quand tu nous tiens.Et en meme temps elle va surveiller le coup de pousse au smic qui represente que dalle....Allez,dehors parisot!
a écrit le 28/04/2012 à 0:07 :
cette article me fait penser au vieux dicton " c'est l'hôpital qui se moque de la charité " mais en citant des dictons " il faut balayer devant sa porte, avant de critiquer un lieu ou une personne ".
a écrit le 03/04/2012 à 8:36 :
plus faux cul que ça, c'est impossible. Cette personne est bien la "digne" représentante du patronat.
a écrit le 02/04/2012 à 23:21 :
Parisot Sarko meme combat mettre les ouvriers sur le sable fermer les usines Française pour délocaliser et avoir encore plus de profit des moins que rien à envoyer en suisse avec perte et fracas !!! Mais confisquer leur avoir avant !!
a écrit le 02/04/2012 à 12:04 :
Au fait çà fait combien en francs des années 2000 ? 10 milliards ?
a écrit le 02/04/2012 à 10:57 :
"De nouvelles pratiques confies au comite ethique du medef".... Ca laisse reveur
a écrit le 02/04/2012 à 10:34 :
Dans quelles entreprises Mme Parisot fait partie du coseil administration et touche des jetons de non pardon de presence??? Debut d explication...
a écrit le 02/04/2012 à 5:09 :
Madame Badinter administrateur de Publicis a vendu 18 ME d'action Publicis sans faire la une du JT comme M Levy.Comme quoi il faut mieux ne pas travailler....ou peut etre etre de gauche.....
a écrit le 02/04/2012 à 1:09 :
dans les faits, ce sont les propriétaires qui décident de la rémunération d'un patron !
mais il est vrai que les médias ne supportent pas la réussite !!
Si ce sont les politiques qui eux-mêmes s'en mettent plein la poche et là, pour le coup, avec votre argent, cela, les français et surtout les médias l'acceptent sans problèmes.
la rémunération d'un ministre ou d'un président : à quoi correspondt-elle ? que créé-t-ils comme richesse ?? AUCUNE CE SONT DES INUTILES !!!!!
a écrit le 01/04/2012 à 17:33 :
Le probleme etant que, ne la condamnant pas, elle et le MEDEF se mettent tout le monde a dos et perdent, aux yeux de l'opinion, toute credibilite pour de futures negociations avec les syndicats et le gouvernement. Reveillez vous Mesdames et Messieurs du MEDEF, vous ne pouvez rester isoles dans votre tour d'argent, les temps changent..
a écrit le 01/04/2012 à 13:40 :
incompatibilité entre éthique et medef .
Réponse de le 01/04/2012 à 23:09 :
Vrai. Ils sont obtus ces gens qui veulent vous démontrer qu'ils savent négocier...???

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :