Affaire LVMH-Hermès : Bernard Arnault renonce à faire appel de son amende

 |   |  281  mots
LVMH a été condamné à payer une amende de 8 millions d'euros le 1er juillet dernier / Reuters.
LVMH a été condamné à payer une amende de 8 millions d'euros le 1er juillet dernier / Reuters.
LVMH a annoncé, ce mardi, qu'il ne ferait pas appel de son amende infligée, le 1er juillet dernier, par les autorités boursières. Le géant du luxe est accusé d'avoir masqué son entrée, en 2010, au capital de son concurrent Hermès.

LVMH devra payer. Le géant du luxe français a annoncé, ce mardi 3 septembre, qu'il ne ferait pas appel de l'amende de 8 millions d'euros, que lui ont infligé, le 1er juillet dernier, les autorités boursières. Le numéro un mondial du luxe a expliqué qu'il y renonçait dans l'intérêt de ses actionnaires et afin de ne pas "entraver la saine gestion de (sa) participation" dans Hermès.

LVMH (Louis Vuitton Moët Hennessy) a été accusé d'avoir masqué, en 2010, son entrée au capital de son concurrent français Hermès. Pour justifier cette amende, la Commission des sanctions de l'AMF avait invoqué la "gravité de manquements successifs à l'obligation d'information du public ayant consisté à masquer toutes les étapes de la prise de participation de LVMH dans le capital de la société Hermès".

Quand LVMH voulait rétablir la vérité devant la Cour d'appel

Dès l'annonce de l'amende, LVMH avait indiqué vouloir faire appel. "Le principe même de la sanction, et plus encore le montant de celle-ci" sont "totalement injustifiés", jugeait le groupe dans un communiqué, contestant alors "fermement" tout manquement d'information devant les marchés et affirmant vouloir rétablir "la réalité des faits" devant la Cour d'appel de Paris.

LVMH détient aujourd'hui 22,6% des parts d'Hermès. Pour éviter la prise de la société familiale par le groupe de Bernard Arnault, les actionnaires majoritaires d'Hermès - principalement la famille de son fondateur - ont créé, en octobre 2011, un holding, H51, rassemblant 50,2% du capital de l'entreprise.

>> Pour aller plus loin : LVMH contre Hermès: deux ans et demi de combats entre cracks du luxe.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/09/2013 à 12:52 :
L AMF n est au service que de l etat ! ça fait longtemps que tous le monde le sait !!!!
a écrit le 04/09/2013 à 10:36 :
Un aveu à peine masqué de la part Bernard Arnault. Oui il a masqué volontairement son entrée au capital d'Hermes. Oui il savait qu'il encourrait une amende de la part de l'AMF. Et oui il était prêt depuis longtemps à payer 8 petits millions d'euros face aux futurs bénéfices que vont engendrer la part d'Hermès dans son groupe.
L'AMF est pitoyable. Elle encourage de part la faible amende infligée et la non annulation des opérations de Bourse d'Hermès les pratiques utilisées par Arnault. Double langage : je tappote sur la tête les dirigeants en leur faisant la petite leçon, et derrière je sabre le champagne avec eux pour fêter leurs opérations menées avec succès. Après l'affaire EADS et le non-délit d'initié, voici l'affaire Hermès et le rideau de fumée !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :