Et le nouveau patron du capital-investissement français devrait être… Michel Chabanel

 |   |  303  mots
Michel Chabanel, président de la société de gestion Céréa Partenaire, travaille depuis plus de 16 ans dans le financement d'acquisitions. LINKEDIN.
Michel Chabanel, président de la société de gestion Céréa Partenaire, travaille depuis plus de 16 ans dans le financement d'acquisitions. LINKEDIN. (Crédits : LinkedIn)
Le conseil d’administration de l’Afic, le lobby du capital-investissement en France, recommande à l’unanimité la candidature du président de Céréa Partenaire, pour succéder à Louis Godron.

Le lobby du capital-investissement français s'apprête à changer de patron. Pour succéder à Louis Godron, dont le mandat de deux ans arrive à échéance en juin, le conseil d'administration de l'Association française des investisseurs pour la croissance (Afic) recommande à l'unanimité la candidature de Michel Chabanel.

Une information que l'Afic a transmise, ce vendredi 23 mai, à ses quelque 270 adhérents, via sa newsletter hebdomadaire. Agé de 49 ans, Michel Chabanel est actuellement administrateur et trésorier de l'Afic, et président de Céréa Partenaire, une société de capital-investissement spécialisée dans les opérations de LBO (Leverage Buy-Out : acquisition par endettement) au sein du secteur agroalimentaire.

Une élection dans un contexte de reprise du capital-investissement

 Cela fait plus de 16 ans que Michel Chabanel travaille sur les LBO. Une expérience que cet ingénieur civil des Ponts et Chaussées, également diplômé de l'Ecole supérieure de commerce de Paris (ESCP), a notamment acquise chez Pragma Capital, la société de gestion dans laquelle il travaillait avant de rejoindre Céréa. Mais aussi au sein de banques, puisque Michel Chabanel a exercé chez Crédit agricole Indosuez, puis chez Royal Bank of Scotland, à chaque fois dans le financement d'acquisitions.

 C'est à l'issue de l'assemblée générale de l'Afic, le 18 juin, que le nouveau conseil d'administration de l'association se prononcera sur la candidature de Michel Chabanel. Une élection qui se déroule dans un contexte de reprise du capital-investissement français, les sociétés de private equity ayant levé 8,2 milliards d'euros en 2013, auprès d'investisseurs. Un montant non seulement en hausse de 64% par rapport à 2012, mais qui est de plus supérieur aux 6,5 milliards d'euros investis l'an dernier par le private equity français dans des PME non cotées en Bourse, du jamais vu depuis cinq ans.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/06/2014 à 8:49 :
Monsieur Chabanel représente sans doute un le capital investissement respectable ..... Mais qu'il se mette alors à condamner les pratiques qui n'ont plus rien à voir avec de l'investissement et avec l'économie tout court : à savoir les VAD, les CDS, le high frequency trading ; et la tricherie des "paradis fiscaux" qui sont des aberrations économiques voire de la délinquance financière... Il est vrai que ce sont surtout les banques qui se sont dévoyées de leur mission ...... mais les fonds off shore existent bel et bien. Ecoutez delamarche de "platinium gestion" sur BFM ou youtube pour ne pas être surpris par le big krach obligataire qui se prépare. Vous ne croyez tout de même pas que les QE iront jusqu'au ciel? il vous reste un peu de raison , enfin j'espère pour vous . La planche à billet a toujours conduit à des catastrophes graves ....et on atteint déjà des sommets au delà de 1929....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :