American Express supprime 10% de ses effectifs

 |   |  228  mots
Le groupe de service financier American Express dit Amex lance un plan d'économies drastique afin de faire face à la baisse des dépenses des titulaires de ses cartes de crédit. Sa mesure phare est la suppression de 7.000 postes, soit 10% de sa masse salariale.

Amex au régime sec. Le groupe de service financier a annoncé un plan d'économie de 1,8 milliard de dollars (1,4 milliard d'euros). Celui-ci inclut une réduction de 10% de ses effectifs et une baisse des coûts d'exploitation du groupe.

Ce ne sont pas moins de 7.000 emplois qui vont être supprimés par American Express, soit 10% de ses effectifs. Pour cela, le groupe a prévu une provision pour restructuration au quatrième trimestre comprise entre 370 et 440 millions de dollars, dont la majorité financera les départs de ses salariés. En outre, Amex va geler les salaires de ses cadres et les embauches en 2009, ce qui devrait lui permettre de réaliser 700 millions d'économies, selon lui.

Par ailleurs, le groupe compte diminuer ses dépenses en conseil et autres services professionnels, en voyages et en loisirs. Les économies prévues sur ces postes de dépenses sont de 125 millions de dollars l'an prochain. Les investissements du groupe ont également été revus à la baisse de 1 milliard de dollars.

Cette opération a pour but de renforcer la rentabilité du groupe, affectée par la baisse des dépenses des titulaires de la carte American Express et de la hausse des problèmes d'insolvabilité depuis quelques mois. Ainsi, au troisième trimestre, le groupe a vu son bénéfice net reculer de 24% à 815 millions de dollars (635 millions d'euros).
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
C est la fete du slip.... dans les 10 pourcent pourquoi pas un dirigeant d amex?....Pff tu parles c est encore le petit personnel qui va trinquer....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :