Alipay bloqué aux Etats-Unis : derrière la géopolitique, l'enjeu des données personnelles

 |   |  801  mots
Le fameux Comité sur les investissements étrangers aux Etats-Unis (CFIUS) s'inquiétait de « la sécurité de données pouvant servir à identifier des citoyens américains » dans le cas d'un rachat de MoneyGram par Ant Financial, le PayPal chinois.
Le fameux Comité sur les investissements étrangers aux Etats-Unis (CFIUS) s'inquiétait de « la sécurité de données pouvant servir à identifier des citoyens américains » dans le cas d'un rachat de MoneyGram par Ant Financial, le PayPal chinois. (Crédits : Heinz-Peter Bader)
Le rachat de MoneyGram par le chinois Ant Financial, filiale d'Alibaba, a été bloqué par les Etats-Unis, pour des raisons de "sécurité nationale". L'essor fulgurant d'Alipay et WeChat fait peur aux Américains.

L'offre d'achat était amicale, les bans publiés mais le mariage sino-américain a été bloqué net par les autorités : le fameux Comité sur les investissements étrangers aux Etats-Unis (CFIUS, présidé par le secrétaire au Trésor, avec des représentants de différents ministères), qui se prononce au regard des questions de sécurité nationale, n'a pas donné son accord, obligatoire, à l'acquisition du texan MoneyGram par le chinois Ant Financial. Ce géant de la Fintech, issu de la galaxie du géant de l'e-commerce Alibaba, connu pour son service Alipay, était prêt à débourser 1,2 milliard de dollars en cash.

« L'environnement géopolitique a considérablement changé depuis que nous avons annoncé la première offre d'Ant Financial il y a près d'un an », a déclaré Alex Holmes, le directeur général de MoneyGram, dans un communiqué conjoint des deux groupes. « Malgré nos efforts incessants pour travailler de manière constructive avec le gouvernement américain, il est maintenant devenu clair que le CFIUS n'autorisera pas cette fusion.»

L'annonce a fait chuter l'action MoneyGram de 9% à Wall Street mercredi, et à nouveau de 3,3% jeudi. Sa capitalisation est retombée à 630 millions de dollars.

Lors de son dernier tour de table, le PayPal chinois avait été valorisé plus de 60 milliards de dollars.

Sécurité des données personnelles des citoyens américains

MoneyGram, numéro deux mondial du transfert d'argent derrière son compatriote Western Union, avait fait l'objet d'une bataille boursière il y a quelques mois. Un autre candidat, l'américain Euronet, lui aussi texan, qui avait essayé de le racheter à plusieurs reprises par le passé, avait surenchéri de 15% sur Ant Financial (un peu plus d'un milliard de dollars en actions) et souligné que son offre ne présentait pas le risque juridique d'un passage sous les fourches caudines du CFIUS. Il avait ainsi mis en avant le fait que:

« Le traitement et la préservation de l'historique financier personnel de millions de clients américains sur dix ans par MoneyGram pourrait compliquer l'enquête du CFIUS et les mesures potentielles à prendre. »

MoneyGram et Ant Financial auraient proposé à trois reprises des concessions pour tenter d'obtenir le feu vert du CFIUS, mais ce dernier s'inquiétait précisément de « la sécurité de données pouvant servir à identifier des citoyens américains » selon des sources proches du dossier citées par Reuters.

Alipay, le service aux plus de 520 millions d'utilisateurs, est devenu incontournable, comme son rival WeChat Pay intégré à l'application de messagerie WeChat du groupe Tencent, devenu « la plus grande banque du monde » en nombre d'utilisateurs. Alibaba et WeChat sont très en avance sur les géants du Web américains, de Google à Facebook, sur l'intégration du paiement au sein de leurs applications. L'essor fulgurant de ces deux nouveaux mastodontes du paiement en ligne et mobile, qui s'étendent hors de l'Empire du Milieu à travers les touristes chinois, fait sans doute peur à l'administration Trump. Il y a un an, le président américain avait reçu très cordialement Jack Ma, le patron d'Alibaba, qui avait pris des engagements sur l'emploi, visiblement insuffisants.

Lire aussi : Avec le paiement, Messenger s'allie aux banques et concurrence PayPal, Leetchi et Lydia

Un nouveau leader 100% américain

Au-delà du paiement et des questions de blanchiment d'argent, ce sont donc les données personnelles associées aux transactions qui font de MoneyGram un acteur potentiellement stratégique aux yeux du gouvernement américain. Vue d'Europe, où la prédominance des GAFA aspirateurs de données fait craindre une "colonisation numérique", l'affaire ressemble à l'arroseur arrosé.

Malgré le refus du CFIUS d'adouber leur mariage, MoneyGram et Ant Financial ont décidé de nouer une alliance stratégique, dans plusieurs pays, dont la Chine, l'Inde, les Philippines et les Etats-Unis, dont les contours n'ont pas été précisés.

Cependant, MoneyGram pourrait ne pas rester seul longtemps. Euronet, qui possède Ria, le numéro trois mondial du transfert d'argent, se montre moins empressé, du moins officiellement.

« Euronet continue de croire qu'il y a une logique commerciale évidente à rapprocher Euronet et MoneyGram. Cependant, des développements importants ont été révélés par MoneyGram depuis [notre] offre et Euronet n'a pas réalisé d'évaluation du business à ce moment-là. Si nous considérons toujours qu'une transaction avec MoneyGram serait logique, rien ne garantit qu'une offre soit soumise ou qu'une transaction se fasse en définitive », a réagi le groupe dans un communiqué.

Une tiédeur qui fait comprendre entre les lignes qu'Euronet ne proposera pas le même prix s'il revient à la charge. Le rapprochement donnerait naissance à un nouveau numéro deux mondial du transfert d'argent 100% américain et même 100% texan. De quoi ravir sans doute Donald Trump, sans doute moins les actionnaires.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/01/2018 à 10:42 :
uncle sam n'est pas idiot!
toutes les boites non chinoises se font bouter hors de chine, mais les chinois veulent quand meme aller faire leurs emplettes ailleurs.......
il fallait les laisser acheter 49% du capital, et demander des transferts de technologie de la chine vers les usa..........
puis utiliser la methode chinoise........
a écrit le 05/01/2018 à 10:18 :
Logique c'est l’avènement du protectionnisme américain et donc du "america first", les chinois préservent leur marché en interdisant les sites internet américains afin de laisser le temps aux leurs de propspérer et ensuite quand ceux-ci ont 500 millions de clients ils les lâchent sur le marché mondial.

La concurrence est ainsi totalement faussée permettant à trump d'interdire cette façon de faire.

Pendant que Trump galvanise le marché américain en le protégeant, nous autres vieux européens décadents, campés sur l'avidité de nos possédants, sommes incapables de réagir face à ce tsunami qui nous emporte.

L'Europe succombe, vite un frexit.
Réponse de le 06/01/2018 à 21:57 :
Logique. La Chine partait de rien, il fallait qu'elle se protège et laisse suffisamment de temps à ses entreprises stratégiques de prendre de la maturité et d'aller se battre face aux autres.

Si vous partez de zero et entrez dans un jeu où les règles ont été écrites par et pour ceux qui y participent vous n'avez aucune chance. En Chine, la politique a dominé l'économie, tout comme aux usa. Le libéralisme s'applique à l'économie mais reste sous tutelle de la politique et donc du peuple. Au final, même si les chinois vivent sous un régime autoritaire, ils sont plus maitres de leur destin que les européens, où la politique plie sous les règles d'une oligarchie financière, comme en France. Au sens premier du terme (democratie : le pouvoir au peuple) la chine n'est pas moins démocratique que beaucoup de pays dont les institutions sont démocratiques.
Réponse de le 07/01/2018 à 11:39 :
Comme vous dites le protectionnisme est une stratégie logique pour protéger son marché et ses emplois que les pays, il n'y a pas que la Chine, appliquent régulièrement.

On aimerait juste comprendre pourquoi l'UE ne protège JAMAIS ses salariés avec du protectionnisme, elle protège son oligarchie mais pas les citoyens. Elle n'est là que pour les intérêts des plus riches laissant les peuples se déchirer entre eux.

Vite un frexit.
a écrit le 05/01/2018 à 10:17 :
Logique c'est l’avènement du protectionnisme américain et donc du "america first", les chinois préservent leur marché en interdisant les sites internet américains afin de laisser le temps aux leurs de propspérer et ensuite quand ceux-ci ont 500 millions de clients ils les lâchent sur le marché mondial.

La concurrence est ainsi totalement faussée permettant à trump d'interdire cette façon de faire.

Pendant que Trump galvanise le marché américain en le protégeant, nous autres vieux européens décadents, campés sur l'avidité de nos possédants, sommes incapables de réagir face à ce tsunami qui nous emporte.

L'Europe succombe, vite un frexit.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :