Avec l'agrégateur Nestor, la Maif concurrence les banques

 |   |  276  mots
L'assureur mutualiste explique dans un communiqué faire le pari d'un modèle économique dans lequel une marque reconnue et inspirant confiance devient l'interlocutrice privilégiée de la relation bancaire et financière sans avoir à intégrer dans son offre un compte bancaire.
L'assureur mutualiste explique dans un communiqué faire le pari d'un modèle économique "dans lequel une marque reconnue et inspirant confiance devient l'interlocutrice privilégiée de la relation bancaire et financière sans avoir à intégrer dans son offre un compte bancaire". (Crédits : Reuters)
L'application lancée par l'assureur mutualiste permettra de regrouper l'ensemble du "patrimoine bancaire" d'un particulier et d'optimiser la gestion du budget familial. Ce service d’agrégation est également proposé par plusieurs banques en ligne.

La Maif a décidé de s'attaquer au secteur bancaire en lançant un agrégateur de comptes, un service capable, selon elle, de mettre à terme la main sur la relation client des établissements traditionnels, et cela, sans même proposer de compte bancaire. Baptisé "Nestor", ce produit sera proposé en novembre au grand public et permettra de regrouper sur une seule application l'ensemble du "patrimoine bancaire" d'un particulier et d'optimiser la gestion du budget familial.

L'assureur mutualiste explique dans un communiqué faire le pari d'un modèle économique "dans lequel une marque reconnue et inspirant confiance devient l'interlocutrice privilégiée de la relation bancaire et financière sans avoir à intégrer dans son offre un compte bancaire".

De nombreuses banques en ligne françaises proposent déjà des services d'agrégation de comptes, longtemps regardés avec méfiance par les grandes banques traditionnelles.

Les télécoms et les associations de consommateurs comme futurs acteurs ?

Ces services permettent en effet aux banques digitales de devenir, à partir d'un simple compte secondaire gratuit, l'interlocuteur privilégié de clients domiciliés dans une banque traditionnelle, si l'interface et l'expérience client sont à la hauteur.

Boursorama a, par exemple, fait le choix d'acheter et d'intégrer l'agrégateur Fiduceo. D'autres, comme la banque en ligne Fortuneo et aujourd'hui la Maif, ont demandé à l'agrégateur Linxo de leur fournir un service en marque blanche.

Outre des agrégateurs indépendants, d'autres acteurs pourraient essayer de s'imposer sur ce créneau comme des opérateurs télécoms, des associations de consommateurs ou encore des géants de l'internet américain comme Google, Apple , Amazon et Facebook.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/06/2016 à 2:37 :
ça sent les failles de sécurité et la collecte de données privées.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :