BNP Paribas : le titre plonge, la banque menace ne pas racheter Fortis

 |   |  443  mots
Le titre a perdu plus de 17% en Bourse. La banque française menace de ne pas racheter Fortis Belgique si elle ne peut en prendre le contrôle rapidement. Hier soir, elle a lancé un avertissement sur ses résultats et annoncé la suppression de 5% de ses effectifs.

Très mauvaise nouvelle du  côté de BNP Paribas. La banque dirigée par Baudoin Prot qui n'avait de cesse d'affirmer qu'elle tirait son épingle du jeu de la tourmente financière est rattrapée par la crise. Dans un communiqué publié à 18h45 après la clôture de la Bourse, elle fait savoir que sa banque de financement et d'investissement, la division CIB, affichait à fin novembre une perte avant impôt de 710 millions d'euros. Sur ce montant, il faut y inclure la perte liée à l'affaire Madoff de 350 millions d'euros. Un montant que la banque a dévoilé dès dimanche soir. 

La perte enregistrée à fin novembre  est liée selon la banque aux "violents contrecoups qui perdurent depuis fin septembre" à la suite de la faillite de Lehman Brothers. Car à fin septembre, cette même division CIB avait dégagé un résultat avant impôt positif de 879 millions d'euros. Autrement dit, CIB a perdu plus de 1,5 milliard d'euros en deux mois.

Dans ce contexte, BNP Paribas indique qu'elle met en oeuvre un ensemble de mesures dont une réduction des effectifs de l'ordre de 5% au niveau mondial de sa filiale, qui emploie actuellement quelque 14.000 personnes environ. Soit environ 700 postes.

BNP Paribas précise que le groupe BNP Paribas est "naturellement très largement bénéficiaire sur les onze premiers mois de l'année". Cela dit, cette lourde perte ne manquera pas de relancer les spéculations sur la nécessité pour BNP Paribas de procéder à une augmentation de capital.

De plus, d'après la presse belge, la banque de la rue d'Antin renoncera à racheter d'importants actifs du bancassureur belgo-néerlandais Fortis si elle ne peut pas entrer dans son capital immédiatement. Les quotidiens "Le Soir" et "De Tijd" affirme que le PDG du groupe, Beaudouin Prot, a prévenu les autorités belges dimanche qu'il "commençait à se poser des questions", après le gel de sa prise de contrôle par la cour d'appel de Bruxelles jusqu'au 16 février prochain.

Le rachat par la banque française de 75% de Fortis Banque Belgique et de la totalité de Fortis Insurance Belgium, pour un total de plus de 14,5 milliards d'euros par échange d'actions et en numéraire devait se tenir cette semaine. BNP Paribas avait prévu de demander à ses actionnaires l'autorisation d'augmenter son capital pour financer l'opération. Mais compte tenu de la conjoncture actuelle, il n'est pas sûr qu'il obtienne une réaction positive.

En Bourse, le titre a perdu ce mercredi 17,24% à 34,22 euros, proche de son plus bas niveau historique. Il a été réservé à la baisse en tout début de matinée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
le PDG à sans aucun doute remis sa démission et renoncé bien entendue à toute indemnitée de départ. Mais je crois que je rève
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
bof, en un temps aussi court Kerviel a fait plus de trois fois mieux...Yapas à s'inquiéter pour Paribas
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Il font quoi dans cette division CIB , des actions, des obligations????Comment ont ils pu perdre autant en 2 mois?
C'est vrai que par les temps qui courrent 1,5 Milliard ? c'est pas grand chose, mais quand même !!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Ils n'ont que ce qu'ils méritent. Ils ont fait preuve d'arrogance dans leurs affaires comme dans leur vie. Ils ne leur reste plus qu'à perdre leur emploi, puisque ça faisait partie de leur package. Ils ne recommenceront peut-être plus.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Si cet article relate une évaluation sincère , ce qui demeure difficile à croire tant la mystification a régné dans la partie bancaire désignée par le sigle "B.F.I.", l'annonce de BNP Paribas devrait être accompagnée d'autres chez ses confrères. Car les centaines de milliers de milliards de fausse monnaie qui ont été fabriqués par les professions financières provoquent peu à peu un dégorgement de boues toxiques qui multiplient les scandales de traders,courtiers,acrobates en tous genres.
Et si la clientèle des réseaux de banques se défie après avoir été dupée , il faudra inévitablement "réduire" la voilure d'un commerce ressenti nauséabond et simplifier les produits , notamment les plus sophistiqués comme les dérivés en vue d'une transparence plus convaincante pour attirer à nouveau le chaland.
En attendant ,on ne manquera pas de se parer des plumes du paon, par nécessité de concurrence.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
S'ils sont largement bénéficiaires, pourquoi supprimer des emplois. Il ne faut pas être trop gourmand sinon 1 milliard 500 millions de perte en 2 mois tu te prends dans les dents !!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Bonjour Frédéric,
On sort enfin les mistigris du palcard ...
Bien Amicalement./.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Le "chevalier blanc" de la finance française est enfin bien obligé d'ouvrir ses placards... Quelle personne sensée pouvait croire que la BNP n'était pas prise comme les autres établissements français dans la crise... La sanction doit être plus sévère à avoir voulu cacher la vérité des prix !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Réponse à NN. Croyez vous vraiment que se sont les postes de dirigeants que l'on va supprimer? C'est hélas les employés qui vont trinquer. Et eux j'en suis sure ne partiront pas avec un pactole. Je suis de tout coeur avec les employés de la BNP qui doivent se poser des questions sur la fiabilité de leurs dirigeants. Ils vont subir et subir encore, restriction effectif, restriction de frais de fonctionnement. Mais soyez rassuré les hommes à la tête de la BNP continueront eux à bien vivre (voiture, chauffeur, repas au frais de la princesse et sans parler des salaires, stock et primes diverses et variées).
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
n'oublions pas que les salariés sont , en grande partie , motivés par les " variables " , participation ,intéressement , PEE , et ....qu'ils trinquent ....à la BNP et ailleurs ......
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
@JEF
quelque soit leur résultats et quelque soit les conséquences, licenciement, le cercle fermé et trouducuiste des hauts dirigeants fait qu'ils retrouvent TOUJOURS un poste (france ou étranger)... ne vous inquietez surtout pas pour eux...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Bon débarras, dehors toute cette racaille et tout le monde au boulot. Il serait temps que l'on reprenne conscience que travailler c'est produire de la richesse de la vrai et pas du vent. Produire en France et pas sous-traiter à des négriers qui nous pompent de l'argent, de la technologie et nous vendent de la mauvaise qualité et du chomage.N'oublions pas non plus qu'après les crises graves, il y a toujours eu une guerre !!! A quand la prochaine et contre qui ???? je vous laisse deviner....
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
et oui joss moi aussi j ai fait ce beau reve il suffit de le transformer en realite
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Tant en Belgique qu'en France, nous avons à faire à une meute gigantesque de requins blanc (mangeurs d'hommes)et qui sévissent à tous les nivaux de pouvoir auusi bien dans les sociétés financières qu'à l'Etat, clients, épargnants, actionnaires sont devenus pour ces prédateurs new look que des quantités négligeables dont ils ne feront qu'une bouchées, en espérant une retour de boomerang proportionné.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Ici et allieurs c'est le bordel partout.. Fortis,DEXIA et les autres quid quid
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
L'année semble se terminer comme elle avait commencé sur fonds de scandale financier, parce que des banquiers trop âpres au gain se sont laissés bernés par des modèles mathématiques soit disant infaillibles , laissant miroiter qu'avec 1 de fonds propre on pouvait en fabriquer 15, 18, voire même 22 selon les différentes panoplies de banques vantées il y a encore un an et demi comme des modèles de vertu et d'éthique.Tous leurs conseils d'administration a priori tous sortis du même sérail ont cru aux sirènes de l'argent "facile", c'est toute leur gouvernance qui est à revoir ainsi que leur mode de développement...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Réponse à JEF : je plains en effet les plus modestes des employés qui vont perdre leur emploi. Ceux auxquels je pense sont les heureux traders et autre illuminés qui avec leur jargon incompréhensible et leurs Porsche Cayenne paradent à Paris et Londres. Ils n'ont pas de limite et ont été formattés pour ça. C'est à cause de leur "inventivité" que tous ces malheurs arrivent. Sauf que, à ne rien vérifier, leur management a commis des erreurs impardonnables. Ils doivent donc partir. La banque doit redevenir une profession servant l'économie et non qui se sert de l'économie. Cessons d'obliger les salariés à utiliser un compte en banque coûteux pour percevoir leurs salaires.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
je ne suis pas certain que tout est connu!! et il doit bien y avoir d'autres surprises, les dirigents semblaient un peu trop sur d'eux mêmes!! et si les banquiers Français décidaient de se soutenir de temps en temps au lieu de vouloir se tuer les uns les autres???? non???
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
reponse à jeff

Sauf erreur de ma part les salariés des banques françaises
ont de jolies primes (13eme,14me,15eme mois...) ,ces petits avantages ne viennent pas du ciel mais bien de leur direction qui ont magouillé pour engranger des profits . Ces petits salariés n'ont pas demissionnés ,et ne demissionnent pas , quand leur entreprise font payer le moindre petit service à des clients parfois modestes.
Maintenant qu'ils se fassent licencier ne va pas m'empecher de manger...ce que je vais faire d'ailleur...

a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
ha bravo c'est une bonne nouvelle pour le pee des pauvres employés qui deja sont trés mal payés et de plus il n'y aurra surement pas de participation et d'interessement
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
comme d 'habitude, les banquiers font la pluie et le beau temps mais la tour dorée n'est jamais atteinte bien au contraire car ils ont tous un parachute d'or au cas ou il faudrait sauter sans oublier les milliards de profit au cours de ces dernieres années.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Il devient urgent que le "grand bond" dirige la banque plus sereinement en se délestant de son obsession Américaine en particulier Californienne et dise la vérité . Sur l'image il est aussi appelé à soigner sa coiffure. Quant au deneur de le leçon Pébereau il est appelé à s'intéresser de plus prés à la banque plutot qu'à réserver le plus clair de son temps à Bercy ou à l'élysée si non qu'il dégage à l'UMP . En tout état de cause ces deux là ont perdu beaucoup de crédit si non tout leur crédit alors dehors......................
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Avec sans doute un benefice autours des 4 milliard d'euro, BNPParibas demeurera la 1ere banque francaise, la 2de entreprise francaise et une des 10 plus grandes banques mondiales....
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Tout à fait JEF, c'est comme cela que ca se passe chez Natixis : 1600 personnes dehors, mais pour les dirigeants aucune sanctions ...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Lorsqu'on ne connait pas le fonctionnement de la BNPP on se tait.
Chez BNPP une suppression de poste n'est pas une suppression d'emploi, même si le collaborateur concerné préfère partir volontairement pour aller à la concurrence.
une perte en chaîne c'est quoi. C'est un constructeur automobile qui stoppe ses chaînes de fabrication. Ensuite c'est le sous-traitant qui ne peut plus livrer, puis le fournisseur du sous traitant etc...malheureusement le travailleur de base souffre de cette situation, ça c'est triste. Alors quand on ne maîtrise pas les notions élémentaires de l'économie, il faut avoir l'intelligence est de se taire.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Je peux vous en parler un peu de l'attitude des dirigeants BNP Paribas qui ont laissé tomber leurs employés dans plusieurs pays pour soit disant ne pas diminuer leur profits
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Il n'y a jamais la volonté de dissimuler de BNP P; Il faut se souvenir qu'elle a été la première à communiquer lors de la crise des subprimes. Je trouve que les marchés suréagissent à la nouvelle. Cette situation, exceptionnelle, n'entame en rien ma confiance dans cet établissement dont la culture du risque est une constante
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
ddnnnnnnnnnnn
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
arrêter,la crise c'est pour les pauvres ca ne changera pas,nous les jacous,et les riches ou les mafieux,les comtes de Lansacs
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Calmos, ne nous prends pas pour des imbéciles... la BNPP a joué sur la suffisance de ses dirigeants pour faire croire aux marchés que, eux, ne s'étaient pas couverts auprès des réassureurs concernés par les subprimes... tous les réassureurs ont été concernés ! Que les engagements sur LEHMAN ne porteraient pas à conséquence, etc, etc... Pas de provisions, un bel habillage financier ! Toutes les banques, même gérées avec "qualité" (si tenté que ce terme puisse être utilisé...) sont gérées globalement de la même façon. La BNP a voulu maintenir le couvercle sur la marmite, pensant en avoir la force ! La vérité jaillit, et je peux craindre une explosion en vol à mentir ou cacher la vérité...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Enfin que voit on?

Nous avons des marchés dérivé et à terme à somme globalement quasi nulle. C'est à dire que ce que perde les uns les autres le gagne. Outre le fait de planquer certains actifs pourris dans des produits sophistiqués, l?autre élément qui fausse l?équation est le fait de comptabiliser comptant, c'est-à-dire aujourd?hui des revenus futurs pour les valoriser au prix dit de marché. ( Réévaluation des positions au prix Mark to Market). La boucle est presque bouclée puisque les bonus sont alors calculés sur ces gains futurs évalués au prix du jour..
Deuxio, ceux qui ont "spielé" l'ont fait avec un argent qui n'est pas le leur mais celui de leur mandataires, Banques ,caisses de retraites, des fonds , des sicav.. en créant un monde de gains virtuels avec des taux de progression dissociés de l'économie réelle. Un tel système ne peut pas perdurer indifféremment et implique des réajustements périodiques et brutaux ( Banque Herstatt, Baring,?) ?et aujourd'hui les Sub prime, Lehman Brothers et tout ceux que le Trésor Américain et les diverses institutions internationales envisagent de renflouer.
Croire que le systéme va s?autoréguler est une vue de l?esprit. On se trompe de cible et l'on manque de clairvoyance. Les hommes sont ainsi fait qu?ils chercheront à maximiser leur gains pour compte propre, pour s?octroyer avantages et rémunérations, mais aussi pour les acteurs que sont les traders et pour les actionnaires. Medof n?a pu réussir son escroquerie qu?en s?appuyant sur la cupidité de tous les acteurs, persuadés de mieux tirer leur épingle du jeu. Tout çà se fait sur le dos et au détriment du collectif.
L'une des solutions, proposées par J ATTALI est de mettre fin aux marchés a terme et à ses effets de leviers dévastateurs et sans commune mesure avec l'économie réelle.
En rendant le marché liquide, en y insufflant de nouvelle liquidité, en renflouant les banques , on perpétue le jeu et l?on permet à chaque jeune trader, par le biais du mark to market d'empocher immédiatement des résultats sur le futur .. aux frais de la collectivité. et on recommence jusqu'à la prochaine crise.

a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
la BNP à moins de 34 euros?J'en subodore qui à ce prix vont une fois encore s'en mettre plein les poches en revendant dans un an ce qu'ils auront acheté à un prix de braderie aujourd'hui
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
AFFAIRE MADOFF ;

On veut nous faire croire que les institutions finançières sont tombés dans le piège de la pyramide de MADOFF et bien entendu vous pouvez êtes sùr qu'ils étaient au courant et qu'ils la pratiquaient allégrement depuis des années , avec celle de la toupie aussi .
On nous dit que le monde va réguler les pratiques des spéculateurs , c'est une plaisanterie , car on ne peut pas réguler et interdire les pratiques délictueuses des institutions bancaires internationales qui font circuler chaque jour à travers la planéte des milliers de milliards de dollars; le métier même de Banquier ne se justifie que parcequ'il est un spéculateur, sinon nous n'aurions pas besoin des banques et celles-ci se sont depuis bien longtemps accaparés la circulation de l'argent (des liquidités) à travers toute la planète et jamais personne ne pourra leur enlever ce pouvoir .
On ne doit, en tant qu'entreprise ou particulier, jamais faire confiance à une banque , car son mètier c'est de faire le commerce de l'argent et quand vous avez , soit besoin d'elle pour vos crédits ou si vous placez votre argent chez elle , sachez que vous prenez toujours un risque , même si celle-ci vous assure du contraire ; il faut que la banque gagne de l'argent avec votre argent , c'est une régle immuable et il n'y a pas d'exception ; nos chefs d'état le savent mais ne peuvent (...) .
BNP Paribas est une banque mondiale avec des ramifications partout et comme toutes les grandes banques , a des services hautement spécialisés dans la spéculation internationale avec à sa disposition des mathématiciens dit de génie qui ont mis en pratique dans la finance des calculs hautement sophistiqués sur la probalité probale , mais jamais certaine et quand ils se plantent cela fait mal ; donc cette banque aussi , comme les autres ,spécule à haute dose , jusqu'au jour ou!!!!!!!! , ça casse .
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Enfin que voit on? BNP Paribas n'a guére fait plus ou moins que d'autres.

Nous avons des marchés dérivé et à terme à somme globalement quasi nulle. C'est à dire que ce que perde les uns les autres le gagne. Outre le fait de planquer certains actifs pourris dans des produits sophistiqués, l?autre élément qui fausse l?équation est le fait de comptabiliser comptant, c'est-à-dire aujourd?hui des revenus futurs pour les valoriser au prix dit de marché. ( Réévaluation des positions au prix Mark to Market). La boucle est presque bouclée puisque les bonus sont alors calculés sur ces gains futurs évalués au prix du jour..
Deuxio, ceux qui ont "spielé" l'ont fait avec un argent qui n'est pas le leur mais celui de leur mandataires, Banques ,caisses de retraites, des fonds , des sicav.. en créant un monde de gains virtuels avec des taux de progression dissociés de l'économie réelle. Un tel système ne peut pas perdurer indifféremment et implique des réajustements périodiques et brutaux ( Banque Herstatt, Baring,?) ?et aujourd'hui les Sub prime, Lehman Brothers et tout ceux que le Trésor Américain et les diverses institutions internationales envisagent de renflouer.
Croire que le systéme va s?autoréguler est une vue de l?esprit. On se trompe de cible et l'on manque de clairvoyance. Les hommes sont ainsi fait qu?ils chercheront à maximiser leur gains pour compte propre, pour s?octroyer avantages et rémunérations, mais aussi pour les acteurs que sont les traders et pour les actionnaires. Medof n?a pu réussir son escroquerie qu?en s?appuyant sur la cupidité de tous les acteurs, persuadés de mieux tirer leur épingle du jeu. Tout çà se fait sur le dos et au détriment du collectif.
L'une des solutions, proposées par J ATTALI est de mettre fin aux marchés a terme et à ses effets de leviers dévastateurs et sans commune mesure avec l'économie réelle.
En rendant le marché liquide, en y insufflant de nouvelle liquidité, en renflouant les banques , on perpétue le jeu et l?on permet à chaque jeune trader, par le biais du mark to market d'empocher immédiatement des résultats sur le futur .. aux frais de la collectivité. et on recommence jusqu'à la prochaine crise
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Je rentre de Belgique. Le cabinet du premier ministre qui a négocié la vente de Fortis avec Mr Prot a fait des pressions sur la justice belge. Ce soir, la majorité des politiques belges demande la demission du premier ministre. L'opinion publique est entrain de s'opposer vivement à ce rachat dans ces conditions convaincus que l'Etat Belge a laissé partir sa plus grosse entreprise privée pour une croute de pain.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
askro va lui couper la tete souvenez-vous "qq'un doit payer" caisse de noisettes de l?Ecureuil.
Sans parachute, mais un matelas bien rembourré il est bien épais quand la chute est grande
ils connaissent des secrets d'etat (france afrique ...)
rigole pas tout ca avec notre fric
putain ... on etait riche
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
BFI ou CIB : Banque de Financement International / Corporate Investment Bank... en gros de la banque d'affaires, trading pour compte propre et de financement de projets, genre Goldman Sachs ou Lazard. Jusqu'à dimanche, seule BNP et GS avaient annoncé une année 2008 bénéficiaire pour leur activités de banque d'affaires.
Pour ce qui est de Fortis, si le deal se fait pas, les ratios (genre Tier one) de la banque vont pas tenir longtemps avec une baisse de la capitalisation boursière de 50% depuis l'offre sur Fortis. Si en plus le gvt belge est soupconné de pression sur la justice et d'avoir bradé la boîte... A noter tout de même deux choses :
- la justice belge demande à BNP d'attendre Février pour se prononcer... mais exige de BNP de continuer de fournir Fortis en liquidité, qui sans ca partirait au tapis de suite. comprenne qui pourra.
- BNP a l'habitude des rachats semi-hostiles houleux... en 1999 c'est en volant Paribas à la Société Générale qui pensait l'affaire dans le sac que BNP Paribas a été crée. Si Fortis se fait pas, ils iront chercher une autre banque avec beaucoup d'assets mais peu de liquidité/capi. C'est pas ce qui manque en ce moment.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
MMM a raison BNPPARIBAS doit laisser tomber FORTIS. Les actionnaires Belges seront ruinés et la Begique et ses habitants aussi cer la Belgique ne pourra pas supporter tous ce personnel au chômage. Quand FORTIS sera liquidé alors BNPPARIBAS récupérera une partie de toute sa clientèle "gratuitement" le reste allant aux autre banques européennes trop contente de tomber sur un tel gateau. Voilà le résultat qu'obtiendront les actionnaires Belges qui veulent les liquidités des banques françcaises sans débourser quoi que soit. Les escrocs ce sont eux.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
hello
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Voila ce qui arrive. Prout a voulu jouer au PIRATE en spoliant FORTIS
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
MMM et mpoux ont raison. Que BNP laisse tomber FORTIS. FORTIS n'a pas besoin de BNP. Le deal prévoit 9 milliards d'euros pour Fortis Banque mais en actions BNP qui ne valent donc plus que 4,5 milliards aujourd'hui... et Fortis a + de fonds propres que BNP
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
les petits actionnaires de Fortis font echouer la reprise par BNP de certaines des activités,très bien, que BNP retire son offre et que Fortis soit mis en liquidation, les petits actionnaires pourront tapiser leurs murs de leur titre, il auront tout perdu y compris leur gouvernement.....
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Fortis de la mrd "Lippens" et les autres ..plus interessannt ..ou alors uniquement la Banque Assurance de Fortis

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :