Morgan Stanley : résultats trimestriels bien en deça des attentes

 |   |  495  mots
La banque américaine subit une perte de 2,24 dollars par action au quatrième trimestre, alors que les analystes ne tablaient que sur un déficit de 34 cents. Sur l'année, les comptes de Morgan Stanley restent dans le vert.

Encore une bien mauvaise surprise pour le secteur financier américain. Au quatrième trimestre de son exercice, Morgan Stanley affiche une perte de 2,2 milliards de dollars (1,56 milliard d'euros), soit 2,24 dollars par action. C'est pire que ce qu'attendaient les marchés: les analystes tablaient sur un déficit, mais de seulement 34 cents par action.

Cependant, la perte trimestrielle de la banque est moins importante que celle de l'année dernière. A la même époque en 2007, elle avait subi un résultat négatif de 3,58 milliards de dollars (2,54 milliards d'euros) en raison d'importantes dépréciaitions liées à la crise des "subprime"

La crise du crédit a conduit le groupe à des dépréciations d'actifs supplémentaires. Morgan Stanley a réduit fortement ses commissions dans la banque d'investissement et le courtage. Le groupe supporte également une charge de 5,2 milliards de dollars (3,68 milliards d'euros) hors intérêt et une perte sur investissement de 1,8 milliard de dollars au quatrième trimestre.

Sur l'année, l'établissement dégage tout de même un bénéfice, en raison de ses trois premiers trimestres dans le vert. Son résultat net sur l'année est de 1,7 milliard de dollars (1,2 milliard d'euros), un chiffre deux fois moins important que celui de l'exercice 2006/2007. Le bénéfice par action, lui, représente 1,45 dollar. Là encore, c'est beaucoup moins que les 3,45 dollars attendus par les analystes.

Le groupe paye aujourd'hui sa politique de risque plus laxiste adoptée en 2005. Pour concurrencer sa rivale Goldman Sachs, l'établissement new yorkais a développé des activités de LBO (financement par effet de levier) et s'est beaucoup exposé aux produits financiers adossés sur des crédits à risque, les fameux "subprime". L'an dernier, cette politique lui a coûté 9,4 milliards de dollars sur le seul quatrième trimestre. Goldman Sachs, qui a adopté une politique beaucoup plus conservatrice, a certes annoncé hier sa première perte trimestrielle depuis 1999, mais elle restait inférieur aux craintes des analystes.

Dans le détail, la banque d'investissement a dégagé un produit net bancaire (PNB équivalent du chiffre d'affaires pour les banques) de 788 millions de dollars au quatrième trimestre, soit moitié moins qu'un an auparavant. Sur un an, il s'établit à 4 milliards de dollars, en baisse de 36% par rapport au trimestre précédent.

Le quatrième trimestre a en revanche été très difficile pour les activités de trading et d'investissement, qui enregistrent respectivement des produits nets bancaires négatifs de 2,32 milliards de dollars et 2,92 milliards de dollars. Sur un an, le trading reste dans le positif avec un produit net bancaire de 5 milliard de dollars, mais l'investissement affiche un PNB négatif de 4,2 milliards.

Malgré ses mauvais résultats, le titre Morgan Stanley a terminé en hausse ce mercredi à Wall Street, après avoir ouvert en baisse. Il a progressé de 2,29% à 16,50 dollars. Le titre avait gagné de plus de 18% mardi, dans le sillage du rallye de Goldman Sachs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :