Bank of America plombé par ses cartes de crédit

 |   |  292  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
La banque américaine a passé une charge exceptionnelle de 10,4 milliards de dollars sur son activité de cartes de crédit qui souffre de la nouvelle réglementation.

Bank of America croule sous une perte historique. La première banque américaine par les dépôts a publié au troisième trimestre une perte nette de 7,3 milliards de dollars, la plus importante jamais subie. Elle est due à une charge exceptionnelle de 10,4 milliards de dollars sans laquelle Bank of America aurait enregistré un bénéfice de 3,1 milliards de dollars.

Cette charge est en réalité une dépréciation de son activité de carte de crédit. En début d'année, l'administration Obama a imposé une nouvelle loi limitant les commissions des cartes de crédit pour protéger les ménages les plus fragiles. Bank of America estime que cette loi amputera ce métier entre 1,8 et 2,3 milliards de dollars par an. La baisse de ses revenus va de fait diminuer la valeur de sa division, incitant Bank of America a passé cette charge sur les survaleurs.

Cette perte exceptionnelle intervient pourtant à un moment où Bank of America relève la tête en termes d'activité. Le métier de cartes de crédit se redresse puisque les provisions pour créances douteuses ont chuté de moitié sur un an à 3,1 milliards de dollars, reflétant l'amélioration de l'économie américaine. Elles ont même reculé de 18% par rapport au deuxième trimestre.

Même constat dans la banque d'investissement où les revenus ont progressé malgré une baisse générale du marché. A 7,1 milliards de dollars, ils ont seulement reculé de 6,5% sur un an et ont même augmenté de 18% par rapport au deuxième trimestre. Les profits de ces activités chutent toutefois de 36% alors que Bank of America a payé davantage d'impôt, notamment à cause de la taxe sur les bonus en Grande-Bretagne.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :