Fraude fiscale : Credit Suisse inquiété par la justice américaine

 |   |  375  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Après UBS, Credit Suisse fait à son tour l'objet d'une enquête aux Etats-Unis. La justice américaine s'intéresse à l'aide qu'aurait fournie la banque aux citoyens américains pour échapper au fisc.

Le Credit Suisse a annoncé ce vendredi qu'il faisait l'objet d'une enquête de la part du ministère américain de la justice. L'enquête concerne les services internationaux de banque privée proposés aux citoyens américains, a indiqué la deuxième banque suisse.

Avant le Crédit Suisse, la banque UBS avait déjà été visée par une enquête aux Etats-Unis. En 2009, UBS avait alors dû accepter de payer une amende de 780 millions de dollars. Elle avait également donné son accord pour révéler l'identité de plus de 4.400 détenteurs de comptes pour éviter des poursuites.

"A la lumière de nos obligations légales en Suisse, nous continuerons de coopérer avec les autorités américaines pour résoudre ces problèmes", explique Credit Suisse dans un communiqué.

D'autres banques européennes pourraient être inquiétées. La justice américaine mène une enquête sur plusieurs établissements afin de déterminer s'ils ont aidé des citoyens américains à échapper au fisc. Outre Credit Suisse, Julius Baer, la Banque Cantonale de Bâle et HSBC, première banque en Europe sont également concernés.

Un porte-parole de Julius Baer a déclaré à l'agence Reuters que la banque n'avait pas été contactée par le ministère de la justice américaine (DoJ) jusqu'à présent et personne n'était disponible à la Banque Cantonale de Bâle dans l'immédiat. Du côté du Département fédéral des finances à Berne, un porte-parole a indiqué que le ministère avait pris note de l'enquête.

Berne et Washington vont continuer de négocier en marge de l'enquête, selon Teresa Nielsen, analyste à la banque Vontobel. "Actuellement il est difficile de dire si cela va déboucher sur une plainte et une amende contre Credit Suisse", a-t-elle ajouté.

"Il est regrettable que les Etats-Unis ne ciblent que les institutions suisses alors que la tendance en Suisse est à la transparence et à la conformité légale" indique pour sa part Jay Rubinstein, responsable de la fiscalité américaine du cabinet Withers et basé à Zurich. "Mais ce n'est pas surprenant de voir le DoJ se concentrer sur les établissements présents aux Etats-Unis compte tenu des enjeux", selon lui.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :