Deutsche Bank éjectée du Top 15 au classement des banques privées

 |   |  558  mots
Avec 2.060 milliards de dollars d'actifs sous gestion, la banque suisse UBS conserve la 1re place du classement de Scorpio devant Bank of America, Morgan Stanley et Wells Fargo.*
Avec 2.060 milliards de dollars d'actifs sous gestion, la banque suisse UBS conserve la 1re place du classement de Scorpio devant Bank of America, Morgan Stanley et Wells Fargo.* (Crédits : Statista)
Pour avoir vendu des produits financiers toxiques avant la crise financière de 2007-2009, la banque allemande s'est vu infliger par la justice des Etats-Unis une lourde amende. Cette affaire a terni sa réputation et fait fuir certains de ses clients fortunés, l'activité banque privée chutant en conséquence de 28%. Le classement Scorpio fait autorité dans la gestion de fortune : les 25 établissements qui y figurent ont géré en tout 13.300 milliards de dollars, ce qui représente 63,2% du marché.

(Article publié le 7.08.2017 à 9:48, mis à jour à 14:45 avec précisions de DB, et 8.08 pour l'ajout du graphique)

Certes, l'année 2017 s'annonçait sous de bons auspices, avec un premier trimestre dans le vert, dopé par le rebond des activités de marchés, obligataires en particulier, mais l'activité de Deutsche Bank chutait de 10% au second trimestre à cause de piètres résultats dans le trading, la banque d'investissement, mais aussi notamment dans la banque privée. De fait, la plus grande banque allemande continue de payer les pots cassés des années précédentes, et notamment de la difficile année 2016. Et cela se voit dans le classement mondial des 25 plus grandes banques de gestion privée publié lundi par le cabinet Scorpio Partnership, palmarès où Deutsche Bank a chuté de cinq places.

Avec des actifs de 227 milliards de dollars (192 milliards d'euros) pour son activité de banque privée, en baisse de 28%, la banque allemande tombe à la 16e place de ce classement qui fait autorité dans la gestion de fortune.

Le département américain de la Justice a demandé en 2016 à Deutsche Bank de payer 14 milliards de dollars pour avoir vendu des produits financiers toxiques avant la crise financière de 2007-2009. La banque a finalement écopé d'une amende de 7,2 milliards de dollars et, selon l'agence Reuters, l'affaire a terni sa réputation et fait fuir certains de ses clients fortunés.

Toutefois, selon la banque allemande, la réduction de son activité de banque privée a une autre origine :

« La majeure partie de la baisse des actifs est attribuable à la vente de l'activité "Private Client Services" aux États-Unis, ainsi qu'à la décision d'arrêter de servir les clients de gestion de fortune « on-shore » dans une cinquantaine de pays, dans le cadre d'un programme de simplification et de réduction des risques », explique Deutsche Bank dans un mail qu'elle a adressé à la rédaction de La Tribune en réponse à cet article.

De fait, la banque allemande a réalisé d'importantes cessions d'actifs l'an dernier, notamment aux Etats-Unis, où dans le domaine de la gestion de fortune, elles ont représenté environ 50 milliards de dollars, mais également dans d'autres pays, rapporte notamment L'Echo.

Le podium 2017 : UBS, Bank of America, Morgan Stanley

Avec 2.060 milliards de dollars d'actifs sous gestion, la banque suisse UBS conserve la 1re place du classement de Scorpio devant Bank of America, Morgan Stanley et Wells Fargo.

L'autre grande banque helvétique, Credit Suisse, dont la gestion fortune est pourtant une des priorités, a reculé d'une position, laissant sa cinquième place à RBC Banque Royale du Canada.

La plus forte progression signée par une banque chinoise

La plus forte progression a été réalisée par China Merchants Bank, qui a gagné cinq places pour se hisser au 15e rang. Une autre banque chinoise, Bank of China, fait son entrée dans le classement en 24e et avant-dernière position.

Les 25 établissements classés par Scorpio ont géré en tout 13.300 milliards de dollars pour des clients détenteurs d'au moins 1 million de dollars, se partageant ainsi 63,2% du marché.

Le revenu d'exploitation du secteur a stagné en 2016 sous l'effet à la fois des taux d'intérêt négatifs et de la préférence croissante des clients fortunés pour des investissements passifs.

(Avec Reuters)

_______________________

* Un graphique de notre partenaire Statista

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/09/2017 à 5:17 :
j'en connais 3 associées qui sont pas mal aussi : caisse d'épargne - banques populaires - banque d'affaire natixis , avec la première citée par un placement boursier ou elle m'avait criminellement appâté je dois supporter un allégement de 4500 euros !
a écrit le 08/08/2017 à 23:28 :
Il y a toujours des banques suisses parmi les plus grandes banques de gestion de fortune. Visiblement il y avait pas autant d'argent noir en Suisse.
Beaucoup de bruit pour pas grand chose et surtout un bon prétexte pour mieux surveiller les citoyens maintenant.
Ce sont nos libertés qui se perdent....
a écrit le 08/08/2017 à 19:57 :
Bonjour,

Je pense qu'il serait intéressant d'expliquer cette dernière phrase : "la préférence croissante des clients fortunés pour des investissements passifs." ?
a écrit le 07/08/2017 à 14:12 :
au-delà de cette compétition entre établissements, on devrait insister sur les actifs gérés par nationalité des établissements: où en sont les européens, à comparer avec les établissements suisses et américains (USA et canada)? C'est un problème sérieux pour nos sociétés..
a écrit le 07/08/2017 à 14:06 :
Fin prête pour une OPA bestiale.....
a écrit le 07/08/2017 à 11:07 :
Comme on le voit avec les purges d'austérité qu'ils imposent à l'europe les créanciers allemands et donc leur VRP merkel, se referment sur eux-mêmes, ce manque d'ambition, de dynamisme, de clairvoyance, de prise d'initiative, de volonté de l'avant pour se concentrer sur son patrimoine, sur son passé qui a contaminé l'allemagne est en train d'anéantir l'europe.

Vite une frexit.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :