Les milliardaires européens voient leur fortune augmenter de 19%

 |   |  569  mots
L'Europe possède aussi ses milliardaires et notamment des personnalités à la tête de grandes entreprises. Le classement publié par le magazine suisse Bilan explique également que les milliardaires sont (beaucoup) plus riches que l'année dernière.
L'Europe possède aussi ses milliardaires et notamment des personnalités à la tête de grandes entreprises. Le classement publié par le magazine suisse Bilan explique également que les milliardaires sont (beaucoup) plus riches que l'année dernière. (Crédits : Reuters Ruben Sprich)
Le classement des cent milliardaires européens les plus riches vient d'être publié et l'année 2016 a marqué une forte progression de leur fortune. Une nouvelle fois, ce sont les dirigeants d'entreprise, portés par la croissance de leur secteur d'activités, qui dominent le classement.

Depuis cinq ans, le magazine économique suisse Bilan publie le Top 100 des milliardaires européens et cette nouvelle édition ne marque pas de grand changement même si les chiffres évoqués évoluent tous à la hausse.

Selon le magazine, la fortune des milliardaires européens a ainsi augmenté de 19% par rapport à l'édition 2016. D'ailleurs, une place dans ce classement était plus difficile à obtenir cette année puisqu'il fallait posséder un patrimoine d'au moins 7,1 milliards de francs suisses (6,48 milliards d'euros) contre "seulement" 6,2 milliards de francs (5,65 milliards d'euros) en 2016.

Une nouvelle fois, l'Allemagne compte le plus de milliardaires présents dans le classement avec 27 ressortissants répertoriés, loin devant la Russie qui en place 16 et la France qui en place 14. Si la Suisse compte seulement sept ressortissants dans le classement, le magazine note tout de même qu'un quart des milliardaires installés dans le classement résident dans ce pays...

Des fortunes issues d'entreprises

Sans trop de surprise, ce sont les patrons des grands groupes qui s'imposent dans ce classement puisque les dirigeants de la marque espagnole Zara, de LVMH en France et du sudéois IKEA forment le trio de tête.

Pour la cinquième année consécutive, l'Espagnol Amancio Ortega Gaona fondateur de l'enseigne Zara se place premier du classement avec une fortune estimée à 80 milliards de francs suisses soit un plus plus de 73 milliards d'euros. Portée par les résultats très positifs du groupe, sa fortune a connu une augmentation de 11,5 milliard de francs (10 milliards d'euros) en un an qui l'a même consacré homme le plus riche du monde pour quelques heures en septembre.

Le Français Bernard Arnault fait tout de même une entrée remarquée à la seconde place du podium après avoir été 5ème en 2016. Pour le patron du groupe de luxe LVMH, l'année passée a en effet été très florissante puisque sa fortune a progressé de 70% à 51 milliards de francs CHF (46,80 milliards d'euros). Cette augmentation aussi rapide s'explique, comme le note l'AFP, par la très forte hausse des actions des deux principales participations du milliardaire : Hermès et LVMH.

Le suédois Ingvar Kamprad fondateur d'IKEA clôt le podium avec ses 43,3 milliards de francs suisses (39,5 milliards d'euros) en augmentation de 11,5% par rapport à 2016. Le groupe est désormais dirigé par les trois fils du fondateur, qui était revenu en Suède en 2013 après plusieurs décennies passées en Suisse.

En plus de Bernard Arnault, cinq familles françaises se placent parmi les vingt premiers dont Liliane Bettencourt, fille du fondateur de l'Oréal qui passe quatrième avec une fortune de 40 milliards CHF (36,5 milliards d'euros) en hausse de 12% tout de même. Viennent ensuite la famille Hermès au 7ème rang, juste devant la famille Mulliez propriétaire des supermarchés Auchan et ses 33 milliards de francs suisses (30 milliards d'euros). En se plaçant respectivement 14ème et 18ème, les familles Dassault et Pinault restent stables dans le classement mais connaissent également une augmentation de leur fortune.

A noter, l'arrivée remarquée de James Dyson, fondateur de la société éponyme, puisque pour la première fois un nouveau venu apparaît dans le classement. Sa fortune de 8 milliards de francs suisses (environ 7,3 milliards d'euros) lui permet de se placer 82ème et cela doit le rendre heureux même si ce n'est probablement pas sa seule aspiration.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/01/2018 à 12:12 :
quand la bourse monte leur fortune augmente mais quand elle baisse elle diminue mais à ce moment là aucun journaliste ne le signale!!!!
a écrit le 05/07/2017 à 17:44 :
Nos milliardaires européens sont de plus en plus riche ...
D'où vient leurs nouvelles richesses , du travail de leur entreprise ou de leurs actions ?

Réponse : leurs actions !
C'est leur capitalisation boursière qui leur permettent d'augmenter considérablement leur fortune .

Pour ceux qui pensent que l'on deviens riche en travaillant peuvent ce plonger dans la bourse . La politique d'austérité ne fait certainement pas gonfler leur fortune autant que le quidam peut le penser car leurs moyens de production sont connu , leurs charges et leurs bénéfices aussi ...Et leurs produits ont augmentés de +\- du coût de la vie.

Pour mémoire je rappel que Les actions de Valeo ont pris 430% en 5 ans et pourtant les bénéfices de cette entreprise n'ont pas augmentés de cette valeur .Mais ceux qui disposaient d'un peu moins de 189 000€ il y a 5 ans ( prix d'un T3 en province ) qui ont joués avec l'action Valeo sont aujourd'hui millionnaire .

Si certains ont investi dans la pierre c'est parce que j'oubliais de vous dire : on peut tout perdre aussi !
C'est pour ça que l'actionnaire ne met pas ses œufs dans le même panier ...
a écrit le 05/07/2017 à 16:52 :
Tant qu'il s'agit d'entrepreneur qui ont creee de la valeur pour beaucoup (travail, Impot, taxe...) je suis 100% pour. Chacun doit avoir le droit de faire fructifier son entreprise et de la développer.
C'est beaucoup moins le cas pour les rentiers immobiliers qui ne produisent rien.
Enfin les générations suivantes ne sont pas légitimes, les impôts sur l'héritage devraient être beaucoup plus élevés (peut être jusqu'à 100% de taux marginal après 30M€ ?) => avec un héritage maximum de 30M€ on peut avoir un revenu d'un million par an sans bosser, ça suffit quand même juste pour avoir été fils de
Réponse de le 22/01/2018 à 12:31 :
Excellente motivation pour celui qui arrive à 30 millions d'euros pour continuer à progresser et ainsi créer de la richesse et par voie de conséquence des emplois! votre raisonnement est absurde;
a écrit le 05/07/2017 à 15:53 :
Les politiques d'austérité ont fait exploser les bénéfices des milliardaires et autres multimillionnaires. C'est bien pour ça qu'elles sont là d'ailleurs.
Réponse de le 22/01/2018 à 12:25 :
les politiques d’austérités ne sont pas du tout faites pour enrichir les riches mais pour augmenter la compétitivités des entreprises et par voie de conséquence augmenter l'emploi. car ceux qui paye la crise ce ne sont pas les salariés mais les chômeurs dont les revenus diminuent de plus de 30% immédiatement puis tombe à 0 aprés 18 mois!
a écrit le 05/07/2017 à 14:24 :
Voila le vrai visage de la crise : la concentration des richesses et le faible courage des politiciens (le mot est faible) à redistribuer ces dernières. Ce n'est pas du communisme, c'est juste le droit du pays où le CA été réalisé, d'avoir un ROI (infras, services publics, recherche, éducation, santé, sécurité, etc.). Je rappelle une nième fois que de telles concentrations ont toutes débouché sur des guerres (civiles, internationales, le trafic de drogue, les piratages physiques ou dématérialisés, etc.). Et nos dirigeants débonnaires laissent faire... parce qu'ils faudrait travailler, pardi ! Et puis comment faire de petits arrangements par la suite ? quoi ? corruption ? arf..
a écrit le 05/07/2017 à 13:44 :
Il est donc urgent de leur baisser l'ISF!
Réponse de le 05/07/2017 à 16:00 :
peut on évaluer leurs impots et donc leur contribution solidaire à la société civile qui les fait vivre

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :