Blanchiment : Credit Suisse sanctionné dans le scandale 1MDB

 |   |  554  mots
Des centaines de millions de dollars ont été détournés du fonds souverain malaisien 1MDB. Certaines banques se sont montrées peu regardantes sur les transferts de fonds, manquant à leurs obligations en matière de lutte contre le blanchiment d'argent.
Des centaines de millions de dollars ont été détournés du fonds souverain malaisien 1MDB. Certaines banques se sont montrées peu regardantes sur les transferts de fonds, manquant à leurs obligations en matière de lutte contre le blanchiment d'argent. (Crédits : OLIVIA HARRIS)
Dans l'affaire du détournement d'argent du fonds souverain malaisien, le gendarme financier de Singapour a infligé une amende de 453.000 euros à la banque suisse. Le régulateur helvétique lui a juste adressé une réprimande.

C'est un vaste scandale politico-financier dont on n'a peu parlé en France. 1MDB, du nom du fonds souverain malaisien, 1Malaysia Development Berhad, dont des centaines de millions de dollars, peut-être 3,5 à 4 milliards, ont été détournés, pour enrichir des hommes d'affaires proches du pouvoir. Cette affaire de corruption fait l'objet d'enquêtes dans au moins six pays, dont Singapour, la Suisse, le Luxembourg et les Etats-Unis, et éclabousse jusqu'au Premier ministre, Najib Razak, qui nie toute malversation. L'argent détourné aurait servi à acheter de l'immobilier de luxe, un jet privé et même à financer en partie le tournage du film "Le loup de Wall Street" de Martin Scorsese avec Leonardo di Caprio.

Deux ans après les premières révélations dans la presse, des sanctions tombent. Contre les banques peu regardantes sur les transferts de fonds.

Le gendarme financier de Singapour (l'autorité monétaire, qui est aussi la banque centrale) vient de boucler son enquête et annonce avoir infligé une amende de 700.000 dollars singapouriens (environ 453.000 euros) à Credit Suisse et de 900.000 dollars singapouriens à la banque du pays United Overseas Bank (UOB).

"Le rapport sur Credit Suisse et UOB a révélé des infractions aux règles de lutte contre le blanchiment d'argent et des défaillances dans les contrôles. Ceci inclut des manquements à leur obligation de vigilance vis-à-vis de leurs clients et une surveillance insuffisante des transactions et des activités des clients. La MAS n'a cependant pas détecté de défaillances de contrôle généralisé au sein de ces banques", précise la Monetary Authority of Singapore dans son communiqué.

"Réprimande écrite" en Suisse

Le gendarme financier singapourien a déjà mis à l'amende six banques dans l'affaire 1MDB, dont la suisse UBS et les britanniques Standard Chartered et Coutts (Royal Bank of Scotland). Il a également imposé une interdiction d'exercer à trois banquiers (à vie pour deux d'entre eux), d'autres établissements, suisses aussi : Falcon Bank, qui a perdu sa licence bancaire à Singapour et a déjà écopé d'une amende (de 2,5 millions de francs) de l'autorité fédérale de surveillance du marché financier helvétique, la Finma, et la banque privée de Lugano BSI (Banca Svizerra Italiana), qui a été lourdement sanctionnée par la Finma pour sa négligence et a finalement été dissoute.

L'autorité helvétique s'est montrée plus clémente avec Credit Suisse. Elle a expliqué que, au terme d'une "enquête approfondie" au sujet de ses agissements en lien avec le fonds souverain malaisien 1MDB, elle avait adressé une réprimande écrite à la deuxième banque suisse, qu'elle n'a pas rendue publique.

"Au cours de l'enquête, il n'a pas été établi que la banque s'était rendue coupable de violations systématiques de la loi. Cependant, la Finma a envoyé à la banque une réprimande écrite relative à ses manquements concernant ses procédures contre le blanchiment d'argent", a indiqué ce mardi un porte-parole de la Finma à l'agence Reuters.

Plusieurs banques sont suspectées dans l'affaire 1MDB, dont la filiale luxembourgeoise de la banque privée Edmond de Rothschild. Le rôle de Goldman Sachs (dont un ex-employé, Tim Leissner, a été interdit d'exercice pendant 10 ans par le régulateur singapourien), notamment dans l'émission d'un emprunt obligataire de l'Etat malaisien, fait aussi l'objet d'une enquête aux Etats-Unis.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/05/2017 à 18:17 :
La seule Banque à avoir été sanctionnée, c'est la BSI . Elle a été littéralement écartelée, son nom sera banni. La FINMA dans un communiqué tonitruant de 2016 a dit que BSI a terni le blason des banques suisses! Rien sur CS ou UBS ou Cutts...
BSI qui ne jouit d'aucun appui politique Suisse (Banque de la Suisse italophone) à payer pour les autres. FINMA a dit vouloir donner l'exemple au monde entier, démontrant que les suisses son intransigeants en matière de respect des lois bancaires, de l'étique etc..
BSI était l'épine dorsale de la Suisse-italienne et avec elle s'envolent des milliers d'emplois.

a écrit le 30/05/2017 à 13:29 :
"Au cours de l'enquête, il n'a pas été établi que la banque s'était rendue coupable de violations systématiques de la loi"

Si on pouvait appliquer le même principe en droit commun (droit commun qui ne s’applique qu'aux pauvres en somme):

"Mais monsieur le juge je n'ai pas brulé les 48 feux rouges de mon trajet, je n'en ai brulé qu'un seul ! Alors veuillez noter mon honnêteté quand même hein !

La sémantique tellement tordue dans tous les sens sous toutes ses formes qu'elle n'a dorénavant plus aucun sens, au secours.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :