Le gendarme boursier français veut protéger les épargnants face à d'éventuels "Madoff"

 |  | 164 mots
Lecture 1 min.
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
La priorité de l'Autorité des marchés financiers (AMF) cette année sera de mieux protéger les épargnants en surveillant plus étroitement les établissements financiers et leurs produits.

L'AMF (Autorité des marchés financiers) a dressé ce lundi son bilan annuel. Une première pour son nouveau patron, Jean-Pierre Jouyet, ex-secrétaire d'Etat aux affaires européennes.

S'il a annoncé les procédures engagées par son institution l'an passé (97 enquêtes ouvertes, 22 sanctions), il a surtout souligné vouloir mettre l'accent sur la protection des épargnants, notamment après l'affaire Madoff.

Dans ce but, l'AMF a prévu de se réorganiser courant 2009 pour mieux surveiller les acteurs financiers à partir de 2010. L'Autorité compte notamment mieux encadrer les campagnes commerciales sur les produits d'épargne, jugées parfois trompeuses. Pour mieux en vérifier le bien-fondé, l'AMF pourrait recourir des achats "anonymes" ("blind test") de produits financiers pour vérifier si l'information financière correspondante est véridique.

L'Autorité des marchés financiers va aussi créer un "comité des risques" et rendre son système de sanction plus efficace via un renforcement de la coopération entre les superviseurs nationaux et internationaux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Des centaines de boites de gestion n'ont jamais eu la visite de la COB puis de l'AMF depuis qu'elles ont été agréées pour certaines depuis des décennies. Bilan : Certaines d'entre elles sont toujours dirigées par des margoulins qui se fichent bien de la règlementation, de la conformité et du contrôle interne. Ces individus, fruits de la "Bourse à la Papa" des années 80-90 n'ont qu'une obsession : Plumer les clients par tous les moyens, en farcissant notamment leurs mandats de fonds pourris pour lesquels ils touchent des rétrocessions. L'AMF devrait aller voir plus souvent ces boutiques qui sont bien souvent des filiales d'établissements connus "bien propres sur eux" et dotés de Responsable de la conformité et du contrôle interne "potiches", dénués de pouvoir et de moyens.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
L'AMF a agréé sans sourciller des fonds de trésorerie dits "dynamiques" qui ont fait perdre de l'argent aux épargnants. Vraiment beau boulot ! Elle ferait mieux de regarder de plus près les OPCVM quelle agréer avant de s'attaquer aux pseudo "Madoff Français" qui n'existent pas.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
lES POURRIS POUSSENT COMME LA MAUVAISE HERBE! MAIS TOUT A UN EFFET BOULIER DANS L'UNIVERS TÔT OU TARD!
UN SEUL GAGNANT EN FINAL ..DIEU?QUE L'ON Y CROIT OU QUE L'ON Y CROIT PAS!
BARAKA-BASHAD!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
L'AMF devrait s'assurer davantage de l'autorité et des moyens dont disposent effectivement les organes de contrôles des établissements (RCSI et autres RCCI) face à des dirigeants qui sont bien souvent des "croyants non pratiquants de la conformité et du contrôle interne". Elle devrait par ailleurs trouver un dispositif pour réellement protéger ces fonctions très exposées, coincées entre le marteau du business et l'enclume de la règlementation. Il n'est en effet pas facile de combattre des agissements limites ou répréhensibles pour le client quand ils sont mis en oeuvre par ceux qui vous paye. Le RCSI/RCCI est seul et il faut manger.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Madoff, est certe un escroc, (tromperies des clients etc.) mais en fait le schéma de ponzi n'est -t'il pas réalisé par les banques commerciales? Madoff est tombé car les institutionnels et grands établissements financiers ont réclamés leurs fonds massivement..
Mais que se passerai t'il si chacun d'entre nous allais réclamer à nos banques le cash disponible sur nos comptes? L'effet serai le même! nous ne sommes "garantis" (en France) qu'a hauteur de 70K? et encore, en cas de problèmes, avant de toucher cette garantie...
Madoff n'est certe pas un ange, mais la manière dont le traite les médias, ce n'est que du lynchage afin de mieux couvrir la médiocrité de nos propres "gérants de fonds" autres banquiers et assureurs.
Si je ne me met pas en vindicateur, finalement en y réfléchissant bien, Madoff n'est pas plus responsable que les milliers de banquiers et autres sociétés de gestion qui nous entoure!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :