Société Générale ferme le robinet des prêts à l'aéronautique et à la marine

 |   |  308  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le groupe bancaire a appelé des investisseurs asiatiques à faire des offres de reprise de son portefeuille de prêts au secteur aéronautique.

Frédéric Oudéa l?avait annoncé le 12 septembre : 4 milliards d?euros de capital doivent être "libérés" d?ici 2013. Une libération qui tient à la cession de certains actifs, comme le financement d?avions, le "shipping" (financement des flottes de bateaux), ou le financement d?immobilier commercial.

Le Wall Street Journal rapporte ainsi que Société Générale a fait un appel du pied à des investisseurs asiatiques pour la reprise de son portefeuille de prêts aux secteurs de l?aviation et de la marine, dont la valeur se monterait à plusieurs milliards de dollars. Le quotidien ajoute que le groupe aurait aussi décidé de stopper le financement d?opérations d?achat d?entreprises par effet de levier (LBO) aux Etats-Unis et en Asie.

Il y a deux jours, le Financial Times rapportait également que Société Générale mettait en vente des crédits immobiliers représentant plus de 600 millions d'euros. Selon le journal, Société générale devrait recevoir de nombreuses offres, émanant surtout de fonds d'investissement, pour un portefeuille de prêts consentis à des magasins et à des entreprises en France et en Allemagne. La banque anticipe une perte de 50% par rapport à la valeur originale des crédits, accordés avant la chute du marché immobilier en 2007.

Frédéric Oudéa avait précisé que la majorité des cessions viendrait de sa branche Global Investment Management and Services (GIMS) et des services financiers spécialisés, qui regroupe des entités comme TCW, Newedge ou Amundi.

Et la banque a annoncé le 15 novembre qu?un plan social était ouvert dans sa branche banque de financement et d?investissement (BFI) et concernerait plusieurs centaines de personnes en France et à l?étranger. Selon Bloomberg, 200 postes au moins seraient visés aux Etats-Unis, soit environ 10% de ses effectifs en BFI outre-Atlantique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :