L'État prend en main le sauvetage de Groupama

 |   |  647  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
La Caisse des dépôts, appelée en renfort, s'apprête à racheter la participation de l'assureur dans la foncière Silic, et à acquérir pour 300 millions d'euros des titres de préférence dans Gan Eurocourtage. Tir groupé qui a mis hors jeu tous les autres prétendants pour reprendre Silic.

Devant l'urgence à réagir, l'État a décidé de passer à l'action. Pour renflouer, d'ici au 31 décembre, le ratio de solvabilité de l'assureur Groupama qui s'est nettement érodé ces derniers mois en raison de son exposition à la dette souveraine mais aussi de la chute de ses placements financiers, il n'y avait, certes, pas trente-six solutions. Du coup, le bras financier de l'État, à savoir la Caisse des dépôts est à la manoeuvre. Selon le schéma dévoilé samedi par « Le Figaro », l'apport de fonds propres proviendrait d'une double opération.

D'abord du rachat de la particpation de Groupama dans Silic, comme nous l'évoquions déjà dans nos précédentes éditions, et ce, via la foncière de la CDC, Icade. Ensuite de l'acquisition pour 300 millions d'euros d'actions de préférence de la filiale Gan Eurocourtage. Projets qui restent encore soumis au vote des différentes instances décisionnelles et dont les contours ne sont pas précisément définis.

Cela étant, ce schéma décidé en plus haut lieu est intelligent. D'abord, il permet à Groupama de passer avec succès le premier examen de l'ACP (l'Autorité de contrôle prudentiel) du 31 décembre, lui laissant tout loisir de s'atteler, ultérieurement, à la vente de ses actifs stratégiques. En cédant Silic et une partie de Gan Eurocourtage, l'assureur se donne également les moyens de récupérer des fonds conséquents, ces deux entités étant considérées par les professionnels comme de véritables pépites. La cession des 44 % dans Silic est, enfin, largement plébisicitée par les syndicats de Groupama, cette opération étant indolore socialement. Reste à connaître les modalités de ce « deal ». On devrait en savoir plus d'ici à la fin de la semaine, un comité d'entreprise extraordinaire de Groupama étant prévu ce jeudi.

La puissance de feu de la Caisse des dépôts n'est plus à démontrer. Et elle vient, ici, à point nommé. Au grand dam, sans doute, des candidats à la reprise de Silic qui auraient bien « croqué » cette foncière dotée de très beaux actifs immobiliers et très bien placée dans le projet du « Grand Paris ». Mais ils avaient en face d'eux un groupe étatique capable de mobiliser plusieurs centaines de millions d'euros en l'espace de quinze jours et surtout de proposer une offre globale intégrant le rachat d'autres actifs de l'assureur en mal de fonds propres.

Situation qui n'est pas pour déplaire à Serge Grzybowski, le patron d'Icade qui met, ici, la main sur une entité dotée de 3,5 milliards d'euros d'actifs parfaitement complémentaires avec les siens. Et lui permettra d'accélérer son projet stratégique de créer la première foncière française. Et ce, après avoir vendu en 2009 son parc de logements et son pôle d'administration de biens. L'an passé, il a acquis la Compagnie La Lucette auprès de Morgan Stanley, soit un portefeuille d'actifs de 1,6 milliard d'euros totalisant une surface de 675.000 m2. À fin 2010, le patrimoine d'Icade était évalué en valeur de marché à 6,1 milliards d'euros.

Reste maintenant à voir comment Groupama entend poursuivre sa politique de rééquilibre de ses fonds propres dans un contexte réglementaire toujours plus exigent. L'assureur compte d'autres participations financières cotées en Bourse. Mais contrairement à Silic, la vente de ce portefeuille dégagerait, aujourd'hui de lourdes moins-values. Cette option n'est sans doute pas envisagée dans l'immédiat. Il y a aussi l'opportunité de sabrer dans le portefeuille d'actifs immobiliers détenus en direct par le groupe de Thierry Martel. Mais là encore, cette solution ne peut être envisagée dans la précipitation. Sans parler de la cession de Gan Assurances, évoquée ces dernières semaines mais qui ne semble pas avancer.

Le contours de l'assureur s'apprête, en tout cas, à être profondément redessiné. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/12/2011 à 11:14 :
C'est de la concurrence déloyale en rapport avec les "petites mutuelles" qui sont prés de leur sous et qui n'ont pas les moyens de se développer face à des géants comme grapamou. Nous les petits qui va nous sauver?
a écrit le 12/12/2011 à 11:24 :
elle est mal la cerise...
a écrit le 05/12/2011 à 22:11 :
où sont les responsables de cette mutuelle ?
a écrit le 05/12/2011 à 13:37 :
ET IL OU LE DISCOUR DE MADAME PARISOT QUI NOUS DISAIT QU'IL FALLAIT ACCEPTER LA PRECARITE AUTANT EN AMOUR QUE SUR LE PLAN PROFESSIONNEL QUE LA VIE ETAIT UN RISQUE ET ELLE NOUS DIT QUOI LA DAME MAINTENANT ? JE VOIS QUE CEUX QUI JOUAIENT LES FIERS A BRAS SONT CEUX QUI CRIENT LE PLUS FORT AUPRES DES ETATS . QUEL HONTE. HONTE A VOUS.
a écrit le 05/12/2011 à 13:20 :

Et quand on pense que Groupama devait rentrer en bourse !...
C'est une honte que toute ces stés d'assurance magouillent avec le fric des clients!
Qui va arrêter tout çà ?
a écrit le 05/12/2011 à 13:15 :
ce groupe s'est précipité pour acheter le plus de laboratoire de biologie médicale (GIE) avec prix de rachat démentiels....depuis ce très mauvais choix, groupam fait des pertes...s'est de la faute de ses chefs....ils n'ont qu'à payer leur incompétence de leur poche!!!!!!!!!!!!!!!!!
a écrit le 05/12/2011 à 12:49 :
Encore un assureur qui s'est pris pour un trader.... et qui coule avec ses créances pourries !!
Réponse de le 05/12/2011 à 13:29 :
Encore un assureur ??? c'est la premier depuis environ 20 ans à qui il arrive des difficultés... Il ne faut pas confondre banquiers et assureurs
Réponse de le 05/12/2011 à 15:47 :
On n'arrête pas de parler de l'exposition des banques aux dettes souveraines mais on oublie trop que les plus exposés sont les investisseurs institutionnels : assurances, caisses de retraites, mutuelles, etc... qui ont de nombreux fonds directs à placer, alors que les banques, en ont certes, mais elles ont sourtout des fonds indirects (c'est à dire appartenant aux clients) et que ce sont les placements des clients qui en pâtiront surtout...
a écrit le 05/12/2011 à 11:25 :
L allemagne sauve commerzbank en souscrivant a une augmentation de capital...la caisse des depots en rachetant surement un bon prix des actions...Trouvez la difference...
a écrit le 05/12/2011 à 9:33 :
"Vive le libéralisme" de Sarkozy-l'interventionniste.Cet homme,c'est tout et le contraire de tout.En 2007,un violent germanophobe,en 2011 un germanophile indigné;de 2007 à 2011,plus 500Mds de dette publique (dont 200 peuvent être attribués à la crise),en 2012,une dette à 92% du PIB,mais il veut imposer la règle d'or à tout le monde.
Il veut parler au nom du "couple" franco-allemand,mais il fait sourire outre-Rhin.
Incompétent et prétentieux,il fait perdre du temps à la France,se limitant à une gesticulation démagogique,à la mise en place de ses amis et aux modifications de
structures et de mécanismes demandés par les représentants des détenteurs du grand capital (comme disait l'autre),son bilan sera de ceux qu'il faudra oublier dans
l'histoire économique française,sinon comme "modèle" des actions à ne pas
mener,des "mesures" à ne pas prendre.
Réponse de le 05/12/2011 à 10:51 :
D'un autre coté, Hollande ne sait même pas défendre ses amis lors de la commission des investitures, il ne sait pas défendre son parti avec la négociation avec les verts, je pense que s'il est élu, les allemands vont pouffer de rire, et vont se réjouir, comme ils l'ont fait quand nous avons instituer les 35 heures. Quand on voit l'évolution de l'activité industrielle des 2 cotés du Rhin, on constate qu'ils avaient raison.
a écrit le 05/12/2011 à 9:15 :
Vive le libéralisme se Sarkozy!
a écrit le 05/12/2011 à 9:02 :
Le monde agricole va être content, l'état monte aux créneaux, il pourra continuer à voter pour la droite, comme il le fait régulièrement, le lobby de l'agriculture porte sa croix, et les politiques l' aident!!!! mais j'aimerai quand même savoir de quel chapeau il sort cet argent, puisqu'il nous dit qu'il n'y en a plus ! Groupama aurait dû demandé aux céréaliers d'ouvrir leur porte monnaie, pensez qu'ils le feraient?
a écrit le 05/12/2011 à 7:36 :
encore de l'argent pour les groupes financiers pendant que les particuliers eux coulent a pic !
Réponse de le 05/12/2011 à 8:17 :
Il faut être pistonné

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :