Groupama a validé son augmentation de capital

 |   |  685  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Le conseil d'administration réuni vendredi a acté une recapitalisation à hauteur de 500 millions d'euros, levés auprès des caisses régionales.

L'assureur vert est en train de tout mettre en oeuvre pour sauvegarder son indépendance. Lors du conseil d'administration réuni vendredi, une augmentation de capital de 500 millions a été validée à l'unanimité. Et ce sont les neuf caisses régionales qui mettront au pot pour recapitaliser Groupama SA. Une décision qui avait été actée cet été pour être mise en ?uvre fin novembre. Et qui ne pouvait pas mieux tomber dans le calendrier... Seule différence par rapport à la décision initiale, et qui a nécessité quelques pourparlers avec les présidents de caisses régionales : la prise d'effet de l'augmentation de capital se fera sans attendre le 1er semestre 2012. L'assureur souhaite en effet que l'opération soit intégrée aux arrêtés de compte 2011.

Pour autant, cela ne résout en rien le problème de solvabilité du groupe. En effet, la marge de solvabilité étudiée par le régulateur et par les agences de notation est celle qui figure dans les comptes combinés. Dans le cas présent, l'opération s'apparente à un transfert d'argent en interne, des caisses régionales vers Groupama SA. Cela n'a donc pas d'impact sur la marge de solvabilité du groupe.

Par contre, cela pourrait permettre à une activité « malade » logée dans Groupama SA, comme l'international ou l'assurance vie de reprendre le dessus, et donne un peu d'air et de marge de manoeuvre au groupe.

Pour conserver son autonomie et renflouer ses fonds propres, l'assureur dispose d'autres solutions : réaliser des opérations sur ses actifs financiers pour « dérisquer » son bilan ou étudier des cessions d'actifs industriels et financiers.

La marge de solvabilité de l'assureur s'est érodée et doit atteindre le minimum requis par les autorités de contrôle (100%) au 31 décembre. Toutes les opérations financières possibles sont donc en train d'être menées pour pouvoir les intégrer aux arrêtés de comptes 2011 et pour éviter d'y passer des provisions pour dépréciation durable. L'assureur a ainsi cédé « un bloc important de dettes souveraines » selon Le Monde. Et il a procédé à la cession d'actifs immobiliers appartenant au Gan pour la somme de 22 millions d'euros selon l'Argus de l'assurance. D'après différents analystes, l'assureur vert aurait besoin de trouver plusieurs milliards pour remédier à cette situation.

La CFE-CGC avait aussi interpellé François Baroin en début de semaine sur les besoins de recapitalisation du groupe, en lui envoyant une lettre dans laquelle elle « demande au gouvernement de mettre en place le plus rapidement possible l'étude de la recapitalisation de ce groupe pour lui permettre, comme les banques, de passer ce cap difficile ».

Crédit Agricole, qui dispose d'une organisation semblable à celle de Groupama, est également en train de procéder à la finalisation d'une augmentation de capital via ses caisses régionales, d'un montant de 5.5 milliards d'euros. La banque verte souhaite aussi inscrire cette opération dans ses arrêtés de comptes 2011.

Le syndicat des agents Gan (Snagan) a quant à lui été reçu jeudi par la direction générale de Groupama, alors que les rumeurs de cession du Gan vont bon train. « Toutes les options, y compris la vente de Gan Assurances sont aujourd'hui à l'étude. Il m'a été affirmé qu'aucune décision ne serait prise dans la précipitation. L'objectif du groupe est de ne pas brader ses actifs et de ne pas donner prise aux rumeurs quelques fois inexactes qui alimentent la presse », déclare Dominique Baralla, présidente du Snagan. Avant d'ajouter que « la vente du réseau Gan Assurances n'est pas présentée par le directeur général comme une priorité ».

La direction de Groupama confirmait effectivement dans La Tribune du 24 novembre : « Nous ne prendrons pas de décision dans la précipitation. Nous avons ouvert beaucoup de chantiers et aucun scenario n'est encore arbitré ».

Dans un communiqué, la CFDT appelle quant à elle chaque salarié à saisir les parlementaires pour les sensibiliser à la situation du groupe, et la direction générale « à la mesure, à la raison et aux bonnes décisions ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/01/2012 à 16:34 :
bonjour,

je vis sur un bateau avec lequel je suis partit faire un tour du monde avec femme et enfant.
Nous avons eu la malheur de choisir groupama comme assurance.
En partant de Cherbourg, le bateau à dématté au large de La Hague avec pas mal de dégâts à bord mais heureusement pas de blessés..
Et depuis trois mois, groupama nous promène, nous redemande pour la millième fois des papiers que nous leurs avons déjà envoyé et qu'ils prétendent ne pas avoir reçu, envoie un sapiteur faire une contre expertise trois mois après la première
Bref ils nous promène et font tout pour ne pas nous payer.
Alors quand on vous dit que les clients ne doivent pas s?inquiéter, je ne dis qu'un chose : Barrez-vous avant d'avoir besoin d'eux !!!!!
Nous sommes a la rue depuis trois mois avec une petite fille de 5 ans !
Merci groupama...
a écrit le 27/11/2011 à 10:41 :
La seule véritable augmentation de capital consiste, pour les actionnaires, à mettre la main à la poche et "remettre au pot".
En interne, les mouvements de fonds, simples transferts, ne sont qu'une régularisation. les analystes ne s'y tromperont pas.
a écrit le 26/11/2011 à 17:30 :
Vous avez cas faire comme dans le privé au lieu de pleurnicher au près du gouvernement car ce sont nos impôts qui paie encore la facture de vos gestion hasardeuses, pas de prime de fin d'année,pas de bonus, baisse des salaires des dirigeant car l'entreprise et mal géré, suppressions de postes, est oui il faut dégraisser le mammouth, allez un peu de responsabilisation avec tout les salaires astronomique que vous vous versez et faite votre boulot !!!!!!!!!!!!!!!
Réponse de le 27/11/2011 à 7:09 :
Groupama est un groupe PRIVE. A 100%. Donc soyez rassurés vos impôts ne servent pas Groupama. On se renseigne avant de dire n'importe quoi.
Réponse de le 28/11/2011 à 7:09 :
comme le dit très justement alsbo Grouapama est à 100% privé, donc le mammouth je le recherche... pas de garantie d'emploi, pas d'augmentation garantie ... Etant salarié de cette entreprise en n'ayant pas de garantie d'avenir (les suppressions de poste ne se font pas dans le privé par les départ en retraite, mais par des licenciement) je trouve déplorable de tel propos qui ne sont en fait que des propos de haine pour tout ce qui n'est pas sa petite personne. KENSO quel est votre travail ... fonctionnaire ? ou salarié du privé ? dans le 2nd cas je vous souhaite de joyeuses fêtes avec une épée de Damoclès au dessus de la tête
Réponse de le 29/11/2011 à 19:32 :
a ALSBO
je pense que vous devriez mieux regardez, " La CFE-CGC avait aussi interpellé François Baroin en début de semaine sur les besoins de recapitalisation du groupe, en lui envoyant une lettre dans laquelle elle « demande au gouvernement de mettre en place le plus rapidement possible l'étude de la recapitalisation de ce groupe pour lui permettre, comme les banques, de passer ce cap difficile ».
on parle bien d'argent public la non ?
a écrit le 26/11/2011 à 15:27 :
Pas étonnant que Cerise se fasse de plus en plus tirer les oreilles pour rembourser les sinistres.
a écrit le 26/11/2011 à 0:07 :
Que de d?lation, une groupe qui a un historique rural, qui a oubli?es fondations, le paysan qui s'est battu pour cr? les mutuelles agricole, toutes ces valeurs oubli? pour le seul int?t du gain
Réponse de le 28/11/2011 à 9:08 :
oui, comme le dit xavier, ce sont les agriculteurs qui doivent se sentir lésés !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :