Groupama se donne trois mois pour vendre sa filiale Gan Eurocourtage

 |  | 655 mots
Lecture 3 min.
Copyright Reuters
En pleines négociations sur une nouvelle aide des créanciers privés à la Grèce, la direction a réuni le comité central d'entreprise pour annoncer la mise en vente de Gan Eurocourtage et de Groupama Insurances, son activité au Royaume-Uni.

La conjonction des événements est trop flagrante pour n'être qu'une coïncidence. La direction générale de Groupama a convoqué une réunion extraordinaire du comité central d'entreprise (CCE) mercredi soir pour annoncer la mise en vente, ensemble ou séparément, de ses filiales Gan Eurocourtage et Groupama Insurances, son activité de courtage au Royaume-Uni. Soit la veille des négociations qui ont eu lieu à Athènes pour une nouvelle participation des créanciers privés au sauvetage du pays (lire ci-dessus). Or une décote supplémentaire sur les obligations grecques (la précédente ayant coûté à l'assureur 1,5 milliard d'euros) et une nouvelle dégradation de Groupama entraînerait l'assureur au fond du gouffre. Aujourd'hui noté BBB- par Standard and Poor's, il entrerait alors dans la catégorie dite spéculative.

D'où le "timing" serré évoqué par la direction, qui souhaite que l'affaire soit conclue sous... trois mois. Sachant que, sans l'aide des créanciers privés à la Grèce, celle-ci serait en situation de défaut dans... trois mois. Un analyste évoque le même délai : "il faut trouver une solution de place rapidement pour Groupama. La situation n'est pas tenable. Cela ne peut pas attendre un an, cela doit être fait dans les trois mois".

L'assureur cherche aussi à vendre sa pépite tant qu'il en est encore temps. "Il y a urgence par rapport à Gan Eurocourtage, qui est aujourd'hui pénalisé dans son business à cause de la notation de Groupama", déclare Martial Le Pennec, délégué central CFDT. Malgré une marge de solvabilité de 350%, Gan Eurocourtage souffre d'avoir la même notation que sa maison mère : ses dossiers peuvent être recalés lors d'appels d'offres ou il peut être exclu de certains régimes de co-assurance (lire La Tribune du 9 janvier).

A ce jour, c'est l'activité d'assurance de dommages de Gan Eurocourtage qui est mise en vente, la partie vie étant étudiée à part. La vente de Groupama Transport, dont la fusion avec Gan Eurocourtage est effective depuis le 1er janvier 2012, n'est, quant à elle, pas actée. Car le repreneur pourrait racheter Gan Eurocourtage dans son organisation au 1er janvier 2011.

A fin 2010, Gan Eurocourtage avait atteint un chiffre d'affaires de 819 millions d'euros (381 millions pour le dommages, 402 millions pour les professionnels et particuliers, et 36 millions pour les assurances collectives), Groupama Insurances de 549 millions d'euros.

300 millions promis par la CDC

Les repreneurs ne sont pas encore connus. Selon les représentants syndicaux, Covéa et Axa seraient hors jeu. La piste la plus sérieusement évoquée par la direction serait un acteur étranger. Le nom d'Allianz aurait été cité pendant le comité.

De plus, dans le cadre de cette cession, quid des 300 millions d'euros que la Caisse des dépôts (CDC) est censée injecter dans Gan Eurocourtage ? Si celle-ci est toujours résolue à les investir, ils ne sont pour l'instant pas débloqués. "Je m'interroge en tant que syndicaliste, mais aussi en tant que citoyen", déclare Philippe Goret, porte-parole de la CGT. Car la CDC va dépenser ses deniers pour soutenir une entreprise française, laquelle pourrait bien être rachetée par une société étrangère... "La CDC sera probablement très vite remboursée. Elle n'a plus aucune raison de rester dans l'aventure", affirme Martial Le Pennec.

Le volet social n'a pas encore été abordé. Pour la CFDT, un repreneur français conserverait moins de salariés qu'un repreneur étranger, du fait de la possibilité de réaliser des synergies. Sachant que la direction générale a pris des engagements vis-à-vis de représentants de l'Etat, qu'elle a rencontrés récemment, pour qu'il y ait le moins de dégâts possibles au niveau social. Selon la CGT, 2.500 à 3.000 salariés seraient concernés par l'opération, soit 5% à 7% de la masse salariale totale de Groupama. Un CCE doit de nouveau se réunir le 20 janvier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/01/2012 à 13:27 :
il n'est pas seulement question de solvabilité .Peut on continuer le développement externe et l'entrée en bourse lorsque votre rentabilité est faible?la solution dans toute entreprise est de ne pas avoir les yeux plus grands que le reste !de belles entreprises ne sont pas au CAC 40 et ne s'ent portent pas plus mal on le voit bien avec un cac à 3000 pts.Evidemment les arbres peuvent monter jusqu'au ciel et là qu'est-ce que l'on engrange en plue vlues mais quand ça descend!!!!!!! .Seule la rentabilité de l'entreprise réinvestie permet d'être indépendant du système financier et de la crise on s'en souviendra dans les années à venir ....
a écrit le 14/01/2012 à 12:27 :
Mal informés. Groupama n'est pas au bord du gouffre financier et a une trésorerie saine.
Le problème est le respect du ratio de fonds propres.
Ne dites pas n'importe quoi !
a écrit le 14/01/2012 à 11:42 :
Je trouve révoltant que lorsque vous tapez Groupama Actualites vous tombiez en même temps sur un article ventant " GROUPAMA 4 le Bateau" un gouffre financier qui continue a naviguer et la situation de licenciement vers lequel pourrait évoluer les salaries de Gan Eurocourtage filiale du Groupe parce que Groupama est au bord du gouffre financièrement surtout lorsque l'on fait partie de cette Société et que l'on sait que lorsque Groupama à racheté le Gan ses dirigeants se sont empressé de vendre son patrimoine immobilier qui était très important et que maintenant nous sommes tout nus sans parler des pubs de Cerise qui inonde toujours la radio et la télévision
a écrit le 13/01/2012 à 8:24 :
Qu'ils mettent dans le panier le bateau de Franck Camas
Réponse de le 13/01/2012 à 9:51 :
et qu'il demande à Cerise de s'abtenir de toute publicité....
Réponse de le 14/01/2012 à 11:44 :
Tout à fait d'accord sans parler des voeux de chaque Direction dans des endroits prestigieux

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :