Santander achète la filiale polonaise de KBC

 |   |  451  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La banque espagnole fait une petite entorse dans sa récente stratégie de renforcement de capital pour se consolider en Europe de l'Est.

Santander était déjà numéro trois en Pologne en termes de bénéfice et de nombre d?agences. Il le sera désormais également en dépôts et en crédits. La banque espagnole a en effet annoncé mardi l?acquisition de la filiale polonaise du groupe de bancassurance belge KBC. Kredyt Bank sera ainsi absorbée par la filiale de Santander dans le pays, Zachodni WBK, via une opération libellée en actions (Santander acquerra 100 actions de Kredyt Bank pour 6,96 de Zachodni) qui se concrétisera au quatrième trimestre 2012.

 

Santander contrôlera 76,5% de la nouvelle entité, dont la valeur est estimée à environ 5 milliards d?euros. Le groupe présidé par Emilio Botín pourra racheter jusqu?à 5% des parts de KBC, qui compte se défaire des 16,4% qu?il possèdera dans l?entité une fois l?opération conclue.

 

Diversification géographique avant tout

 

Ce faisant, Santander se renforce dans l?un de ses « dix principaux marchés ». L?acquisition de Zachodni pour 4 milliards d?euros et son intégration dans le groupe en 2011 apportent aujourd?hui 3% du bénéfice, à 232 millions d?euros. La banque espagnole prévoit que ce chiffre atteindra 734 millions d?euros en 2015. « Cette opération prouve que Santander compte poursuivre sa diversification géographique, indépendamment des opérations qui pourraient avoir lieu en Espagne dans le cadre de la restructuration du secteur financier », analyse Nuria Álvarez, chez Renta 4. D?après la presse, Santander est l?un des derniers candidats au rachat d?Unnim, caisse d?épargne saisie par la banque d?Espagne.

 

Pourtant, depuis un an, Santander a accordé la priorité au renforcement de son bilan avec des ventes d?actifs pour 1,5 milliard d?euros et des provisions extraordinaires de 3,2 milliards qui ont plombé son bénéfice net de 35% en 2011. Cela lui a permis de remplir d?ores et déjà les critères imposés par l?Autorité Bancaire Européenne (EBA) avec un taux de core tier one de 9,01%. La banque affrontera par ailleurs sans difficulté les nouvelles exigences de couverture du portefeuille immobilier imposées par le Gouvernement de Mariano Rajoy au secteur financier.

La santé de Santander est telle qu'elle peut se permettre cette opération

 

« La solvabilité de Santander est telle que le groupe peut se permettre le luxe de cette opération », commente Nuria Álvarez. L?opération pourrait coûter jusqu?à 5 points de base de capitaux durs au groupe. Pour autant, « l?achat de Kredyt Bank ne signifie pas que la stratégie de renforcement du capital ait changé », estime Silvia Verde, chez Inverseguros. Pour l?analyste, « Santander continuera à privilégier le bilan et non les résultats en 2012 ».

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :