LSE prend le contrôle de la chambre de compensation LCH Clearnet

 |   |  221  mots
Copyright AFP
Copyright AFP (Crédits : AFP)
Pour 463 millions d'euros, le groupe boursier britannique London Stock Exchange (LSE) va prendre une participation majoritaire, entre 50% et 60%, dans la chambre de compensation LCH.Clearnet.

Le groupe boursier britannique London Stock Exchange (LSE) va prendre une participation majoritaire d'au maximum 60% dans la chambre de compensation LCH.Clearnet pour 463 millions d'euros, ont annoncé vendredi les deux groupes dans un communiqué commun.

Le LSE et LCH.Clearnet menaient des discussions exclusives depuis le mois de septembre. Cette victoire du LSE succède à l'échec, l'été dernier, de la tentative de fusion avec le canadien TMX, gestionnaire des Bourses de Toronto et Montréal, qui avait été considéré comme un revers sérieux pour le patron de la Bourse de Londres, le français Xavier Rolet.

Le groupe LSE, gestionnaire des Bourses de Londres et de Milan, va prendre jusqu'à 60% du capital de LCH.Clearnet pour un maximum de 463 millions d'euros (ou 386 millions de livres) en numéraire, qui seront financés sur ses ressources et emprunts bancaires existants, indiquent-ils.

L'opération amicale devrait être finalisée au quatrième trimestre de 2012, après l'obtention d'autorisations des autorités compétentes, précisent les deux groupes.

Les chambres de compensation assurent une fonction centrale pour les marchés réglementés et de plus en plus importante sur les marchés de gré à gré puisqu'elles assurent la sécurité des opérations entre vendeurs et acheteurs, jouant en dernier ressort le rôle de fonds de garantie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/03/2012 à 11:33 :
2012 c'est le centenaire du naufrage du Titanic et le bicentenaire de la Bérézina c'est à dire l'épouvantable débandade des troupes de Napoléon Bonaparte (d'ailleurs célébrée comme il se doit en Russie). En France donc 2012 ce sera donc la bérézina de Sarkozy, le petit napoléon, et le naufrage de l'économie française et des finances françaises mais aussi de la stratégie française (y compris au plan géopolitique), nous ne sommes pas les numéro de l'industrie, ce sont les allemands et loin devant, nous ne sommes pas les numéro 1 de la Finance, les anglais encore une fois nous taillent des croupières (sur des sujets statréqiues comme on le voit avec LCH Clearnet), nous ne sommes pas les numéro 1 des services informatiques ou du net, puisqu'en Europe et dans le Monde ce sont les américains qui règnent en maîtres quasi absolus. Donc les lendemains vont être difficiles et c'est pas Oui Oui qui va nous sortir de l'ornière ou alors il va falloir qu'il soit inspiré par Dieu c'est à dire Bayrou, le nouvel Henri IV, il faut le souhaiter.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :