DBS, première banque d'Asie du Sud-Est s'étend en Indonésie

 |   |  343  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
La première banque d'Asie du Sud-Est annonce ce lundi le rachat de l'indonésienne Danamon pour 9,1 milliards de dollars de Singapour (5,5 milliards d'euros environ).

La singapourienne DBS, première banque d'Asie du Sud-Est en termes d'actifs, a annoncé lundi le rachat de l'indonésienne Danamon, pour 9,1 milliards de dollars de Singapour (5,5 milliards d'euros). Déjà présente dans le pays aux 240 millions d'habitants, DBS marque ainsi sa confiance accrue dans l'économie indonésienne. Ce rachat propulsera Danamon, qui compte 3.000 succursales et 6 millions de clients, à la cinquième place en Indonésie. De son côté, DBS - 15% de bénéfice net en 2011, à 3,04 milliards de dollars de Singapour -  poursuit une stratégie d'expansion régionale.

"L'Indonésie est un marché asiatique intéressant... Danamon est une franchise très attractive. Avec elle, nous serons en mesure de diversifier de manière significative nos revenus et de poursuivre la consolidation de notre position" en Asie, a expliqué le directeur général de DBS, Piyush Gupta. L'opération, qui devrait être finalisée au cours du deuxième semestre, "démontre la confiance que DBS porte dans l'Indonésie", a ajouté le président de DBS, Peter Seah, louant la "solidité de l'économie indonésienne" comme l'a prouvé, selon lui, le récent passage de sa notation internationale dans la catégorie "investissement", très convoitée.

6% de croissance en Indonésie

Depuis 2005, le plus grand pays musulman de la planète connaît une croissance d'environ 6% l'an. Selon l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), elle va s'accélérer pour atteindre en moyenne 6,6% entre 2012 et 2016, faisant de l'Indonésie l'économie la plus dynamique en Asie du Sud-Est. Cette bonne santé a poussé l'agence de notation Moody's à relever en janvier la note souveraine du pays, qui passe de Ba1 à Baa3, soit dans la catégorie "investissement", un mois après une décision similaire de l'agence d'évaluation Fitch. Le quatrième plus grand pays de la planète, a ainsi quitté la catégorie "spéculative" dans laquelle les agences de notation l'avaient relégué depuis les années 1997-98, marquées par une profonde crise économique et politique.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :