L'Espagne prévoit d'utiliser 60 milliards d'euros de l'aide européenne pour ses banques

 |   |  309  mots
Le ministre espagnol de l'Economie Luis de Guindos - Copyright Reuters
Le ministre espagnol de l'Economie Luis de Guindos - Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Pour recapitaliser ses banques en difficulté, le ministre de l'Economie espagnol Luis de Guindos a annoncé que Madrid comptait utiliser environ 60 milliards d'euros provenant de l'aide européenne, sur les 100 milliards d'euros mis à sa disposition. Le chiffre définitif sera connu mi-septembre.

L'Espagne va mobiliser environ 60 milliards d'euros provenant du plan de sauvetage accordé par ses partenaires européens afin de recapitaliser ses banques en difficulté, a annoncé le ministre de l'Economie Luis de Guindos dans un entretien à l'International Herald Tribune publié lundi. En juin, le consultant Oliver Wyman avait estimé que Madrid aurait besoin de 62 des 100 milliards d'euros qui ont été mis à sa disposition. Luis de Guindos a précisé que le chiffre définitif, qui sera rendu public dans un rapport d'audit attendu mi-septembre, ne devrait pas être éloigné de cette première estimation.

Une intervention de la BCE attendue...

Le ministre de l'Economie a ajouté lors de cet entretien, réalisé jeudi dernier, qu'il s'attendait à ce que la Banque centrale européenne (BCE) commence à racheter de la dette espagnole pour alléger le coût d'emprunt de Madrid. Il a précisé qu'une telle initiative de la part de la BCE ne signifierait pas que l'Espagne n'est pas en mesure d'atteindre ses objectifs de réduction des déficits budgétaires. "Le gouvernement espagnol reconnaît que l'intervention de la BCE sur le marché secondaire ne signifie pas qu'il doit relâcher ses efforts de consolidation budgétaire et nous devons assurer la BCE que nous allons tenir nos engagements", a-t-il dit.

...malgré les réticences de la Buba

Luis de Guindos a également assuré que la poursuite de la récession n'empêcherait pas Madrid de remplir ses objectifs, les rentrées fiscales étant pour l'heure conformes aux prévisions du gouvernement, et que ces objectifs pourraient même être revus à la hausse si l'Espagne bénéficie du soutien de la BCE. Le gouverneur de la Bundesbank, Jens Weidmann, a répété dimanche son opposition au rachat de dette par la BCE, estimant que celà pourrait provoquer une dépendance pour des pays comme l'Espagne.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/08/2012 à 15:18 :
malgré la crise c'est fou le pognon qu'on trouve pour les banques.
Réponse de le 27/08/2012 à 16:21 :
Mouaich... Sauf que c'est les banques, justement, qui "créaient" le pognon et que maintenant, la source est tarie.... Mais cépagrave. Elles ont toujours le pouvoir. Donc, c'est le principal.
a écrit le 27/08/2012 à 14:17 :
Je cherche toujours le formulaire pour obtenir moi aussi 60 milliards, quelqu'un peut m'aider?
Réponse de le 27/08/2012 à 23:42 :
Je cherchais aussi. On peut monter a deux auprès de la commission chmoldu si tu veux. On aura plus de chances a deux qu'a un ?
a écrit le 27/08/2012 à 14:13 :
il en faudrait 600 pour sauver les banques Espagnoles..!!!
Réponse de le 27/08/2012 à 15:32 :
Le total des créances douteuses tournerait pas "seulement" autour de 170 milliards en Espagne?
Si il faut 600 Mds, mieux vaudrait recréer tout le secteur financier espagnol de 0.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :