"Le crédit aux PME n'est pas assez rémunérateur" pour les banques

En marge de la publication des résultats semestriels d'Eurazeo, Patrick Sayer, le président du directoire de la société d'investissement, revient sur l'environnement économique compliqué qui entoure les PME françaises. Il évoque cependant quelques pistes pour soutenir les chefs d'entreprises.
Patrick Sayer, président du directoire d'Eurazeo
Patrick Sayer, président du directoire d'Eurazeo

La Tribune : Le contexte fiscal est-il un problème aujourd'hui pour les PME ?

Patrick Sayer : Non contente d'être lourde, la législation fiscale évolue en permanence. En outre, les PME doivent souvent payer des taxes avant même d'avoir généré un euro de chiffre d'affaires. On coupe leurs ailes avant qu'elles ne sachent voler ! Il y a ainsi une multitude de taxes en France qui font obstacle à l'expansion des PME. Il serait sain de rendre la fiscalité beaucoup plus progressive, car au final on empêche le talent de se développer.
La loi TEPA soutient les entreprises - même s'il ne faut pas occulter les abus qu'elle a suscités - il serait dangereux de la remettre en cause. Ce, surtout au moment où les banques ont de plus en plus de mal à financer les entreprises en fonds propres.

Comment expliquez vous cette désertion des banques ?

Les banques font d'abord face à leur manque de fonds propres qui a deux causes. La première est structurelle et elle est bien connue. Elle s'explique par le durcissement des ratios prudentiels qui, à niveau de fonds propres identique, leur permet d'accorder de moins en moins de crédits.
La seconde raison est, à mon sens, que contrairement aux banques américaines et anglaises, les banques françaises n'ont pas bénéficié, au plus dur de la crise de 2008 et 2009, d'augmentations de leurs fonds propres. Elles ont préféré passer par un système d'obligations qu'elles ont remboursées, ce qui n'a pas eu pour effet d'augmenter durablement leurs fonds propres.
Ainsi à partir du moment où les banques ne dégagent plus les même résultats que par le passé, avec un coût du risque qui augmente, un coût de la ressource qui croît et des ratios prudentiels qui se durcissent, les encours de crédits sont amenés tendanciellement à décroître.

Mais pourquoi alors les PME en souffrent-elles plus que d'autres ?

Il est naturel que les banques s'orientent vers les segments de marché les plus rémunérateurs. Or, pendant longtemps, le risque PME n'a pas été tarifé à sa juste valeur, il n'était pas valorisé assez cher. Seul un bon banquier de PME de proximité, avec de l'expérience, et dont le salaire est plus élevé, bénéficie de l'analyse statistique pour tarifer ce risque à sa juste valeur. Le crédit aux PME n'est de ce fait pas assez rémunérateur pour un certain nombre de banques.

La Banque publique d'investissement (BPI) aura-t-elle un rôle pour soutenir ces PME en manque de crédits bancaires ?

La création de la BPI vise à combler ce manque, ce qui n'est pas simple. Elle vise également à faciliter l'analyse du risque PME, dans une logique de partenariat avec les banques présentes en région. Si elle joue ce rôle d'expertise et de connaissance du tissu local, ceci permettra, au côté de l'établissement bancaire, de dégager un effet de levier et ce sera un succès. En revanche, si elle utilise l'argent public pour prêter à des conditions tarifaires avantageuses, ce sera une mauvaise initiative.

Quel sera votre rôle au côté de la BPI ?

Nous travaillons déjà en partenariat avec l'ensemble des acteurs de ce secteur. Un peu seulement avec Oseo qui est spécialisé dans le capital risque, et régulièrement avec le FSI, que nous avons notamment côtoyé dans le cadre de l'acquisition de 3S Photonics.
A l'avenir, je rencontrerai évidemment le président de la BPI et nous verrons ensemble quelle collaboration nous pouvons envisager.

Que fait Eurazéo pour aider les patrons des PME ?

Il faut avoir une bonne dose de courage, sinon d'inconscience, pour être patron de PME aujourd'hui. L'environnement économique est devenu extrêmement complexe pour ces entreprises. Il est dominé par une concurrence intense - qui prend plusieurs formes - et par la transformation des canaux de distribution. Le secteur industriel, notamment, subit l'émergence de produits moins chers fabriqués dans les pays à bas coûts, que les consommateurs ne différencient pas des produits locaux.
Parallèlement à cela, les relations des PME avec les grands groupes ne sont pas simples. En position de fournisseur, elles sont amenées à compenser les marges que les grands groupes n'ont pas pu réaliser avec les grands acheteurs. Et en position de clientes des grands groupes, elles obtiennent les ristournes les moins significatives. Il n'est donc pas évident de résister dans ce contexte.
Il faut savoir qu'un patron de PME est terriblement seul. Nous essayons donc de jouer un rôle qui peut par moment se rapprocher de celui d'entraîneur sportif. C'est pourquoi investir dans une PME est un exercice complexe : il faut à la fois analyser le couple produit/marché et composer avec la psychologie du dirigeant de l'entreprise pour évaluer ses forces, ses motivations et ses chances de se développer dans un environnement concurrentiel.
 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 11
à écrit le 04/09/2012 à 20:34
Signaler
Surprenant de lire qu'Oseo est spécialisé sur le capital risque : c'est bien mal connaître cette institution. D'ailleurs l'essentiel des articles concernant la BPI (sauf quelques exceptions notoires) montrent que le sujet du financement des PME est ...

à écrit le 31/08/2012 à 0:20
Signaler
Lorsque je travaillais dans la banque, les grosses sociétés avaient des taux réduits, les PME des taux souvent majorés. Ces dernières étaient vraiment rémunératrices. Les banques spécialisées sur les gros comptes ont toutes fait faillite.

à écrit le 30/08/2012 à 10:50
Signaler
Rien que des vérités et du bon sens !

le 30/08/2012 à 15:26
Signaler
donc un coup d'épée dans l'eau ... en France.

à écrit le 30/08/2012 à 9:53
Signaler
J'ajouterai également que si les PME vont mal en France, c'est aussi une question d'autofinancement. Dans beaucoup de pays qui nous entourent, notamment en Allemagne, les patrons de PME commencent par utiliser les fonds de leur société, quitte à se v...

le 30/08/2012 à 10:26
Signaler
Monsieur Patrick Sayer, président du directoire d'Eurazeo devrait secouer les cocotiers sous lesquels dorment les fonctionnaires qui prétendent faussement s'occuper d'innovation, fonctionnaires invétérés des siestes payés par l'Etat, les Régions, les...

le 30/08/2012 à 15:25
Signaler
oseophobe sors de ce corps !

à écrit le 30/08/2012 à 9:45
Signaler
La solution radicale pour permettre aux PME d'investir, c'est de libéraliser le droit d'accès aux investissements des particuliers dans les PME. Si chaque PME, ou Groupe de PME, pouvait créer sa propre holding financière de type FCPI [fonds commun de...

le 30/08/2012 à 10:20
Signaler
Tout à fait d'accord, d'autant plus qu'il y a une demande de la part des particuliers pour accéder à ce type d'investissement....Bcp de particuliers habitués à placer leur épargne sur des grands titres côtés en bourse pourraient migrer vers des inves...

le 30/08/2012 à 10:59
Signaler
A l'évidence, cette crise financière qui perdure fait la démonstration de ce que il y a moins de risques à investir au capital de PME et d'ETI innovantes, même au capital de Start Up Innovantes que d'acheter des actions des Banques dont les titres on...

le 30/08/2012 à 15:24
Signaler
un problème avec oseo? vous voulez en parler ?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.