Crédit Agricole : le cauchemar grec n'est pas (encore) terminé

 |   |  330  mots
Au total et depuis son acquisition en 2006, Emporiki a déjà coûté plus de 10 milliards d'euros au Crédit Agricole - Copyright Reuters
Au total et depuis son acquisition en 2006, Emporiki a déjà coûté plus de 10 milliards d'euros au Crédit Agricole - Copyright Reuters
Pour céder sa filiale grecque Emporiki, Crédit Agricole devra encore y injecter entre 600 et 700 millions d'euros, révèle le Wall Steet Journal, citant des sources ayant connaissance du dossier. Un montant qui s'ajouterait à l'augmentation de capital de 2,3 milliards d'euros réalisée l'été dernier. Une décision sur la vente d'Emporiki est attendue dans la semaine.

Avant de pouvoir céder Emporiki, Crédit Agricole va encore mettre la main au portefeuille. La banque française devra encore injecter entre 600 et 700 millions d'euros dans sa filiale grecque, affirme ce lundi le Wall Street Journal, citant des sources des secteurs privé et public ayant connaissance du dossier. Un montant qui s'ajouterait à l'augmentation de capital de 2,3 milliards d'euros réalisée l'été dernier et qui confirme donc l'estimation d'un surcoût de 3 milliards d'euros au total pour que la Banque verte puisse quitter la Grèce. Au total et depuis son acquisition en 2006, Emporiki a déjà coûté plus de 10 milliards d'euros au Crédit Agricole.

Car pour que Crédit Agricole revende sa filiale, la Banque centrale grecque exige qu'Emporiki soit suffisament solide. En août dernier, Crédit Agricole avait indiqué que le ratio de fonds propres durs Core Tier 1 d'Emporiki s'élevait à 15%, soit bien plus que les exigences réglementaires, rappelle le Wall Street Journal. Mais d'après un analyste cité par le quotidien américain, ce ratio pourrait chuter fortement au cours des prochaines années compte tenu des pertes en capital. Selon lui et au rythme actuel, il pourrait  atteindre 4,2% en 2014.

Dernier élément et toujours selon des sources du Wall Street Journal, la banque française devra également s'engager à maintenir ouverte sa ligne de crédit actuelle à Emporiki pour trois années supplémentaires afin d'assurer le niveau de liquidités de l'établissement grec. "Le coût d'une sortie du Crédit agricole se révèle être assez cher pour les français (...) Cette vente ne va pas se résumer à une simple remise des clés", a déclaré l'une des sources, qui indique qu'une décision sur la vente d'Emporiki est attendue dans la semaine, voire dès ce mercredi lors d'une réunion du conseil de Crédit agricole. Trois banques grecques sont candidates au rachat d'Emporiki : Alpha Bank, National Bank of Greece et Eurobank.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/09/2012 à 23:01 :
Crédit Agricole : la folie près et loin de chez vous ! Et dire qu'un philosophe prétentait il n'y a pas si longtemps, que le bon sens était la chose la mieux partagée au monde! A sa décharge convenons qu'il n'avait pas suffisamment decartes en main pour comprendre le futur sinon il aurait certainement écrit:" Je spécule donc je suis"!
a écrit le 24/09/2012 à 22:23 :
Vous souvenez-vous des annonces dithyrambiques du crédit agricole quand il a pris le contrôle d'emporiki ?
Les dirigeants qui ont l'idée de cette excellente affaire touchent-ils leur retraite chapeau ?
a écrit le 24/09/2012 à 21:00 :
La banque centrale grecque agit avec le Crédit agricole comme le Gouvernement grec agit avec l'union européenne : soutirer le maximun d'argent de la zone euro aux moindres frais. Si des grecs subissent lourdement la crise, une grande partie de la population profite largement des largesses de l'union européenne!
a écrit le 24/09/2012 à 17:58 :
les jours du CA sa sont comptés au secours francois
a écrit le 24/09/2012 à 17:58 :
Qui paye ? le client du credit n agricole ? et quelles cadres dirigeants vont perdre leur place pour avoir fait des choix aussi calamiteux ? par ce que moi si je fais une connerie à 10 000 fois moins je suis viré avec pertes et fracas ! qu'en disent les actionnaires ?
Réponse de le 24/09/2012 à 19:51 :
les actionnaires sont les dindons de la farce grecque ! pas de dividende cette année , des cours qui se sont effondrés : l'action fut vendue en 2001 à 16,60 lors de son introduction sur le marché voyez son cours ! et le credit agricole devrait afficher : le bons sens c'était le passé , plutôt que le bon sens c'est l'avenir !
les cadres dirigeants ne sont pas vraiment touchés : pauget est parti avec un pactole et chiffet s'apprête à s'en aller avec une retraite dorée....
Réponse de le 24/09/2012 à 22:58 :
le flottant ne représente que 10% c'est surtout les caisses régionales qui doivent être heureuse, et il y a une différence entre crédit agricole SA et votre agence bancaire du coin de la rue renseignez vous
a écrit le 24/09/2012 à 17:41 :
J'étais en Grèce il y a quelques jours encore, pour des loisirs, j'ai eu d' énormes difficultés pour retirer du liquide aux DAB, les opérations quasi toujours refusées, sous divers prétextes incohérents, ceci avec mes cartes Visa et Master....peu de filiales de grands groupes internationaux, j'ai finalement trouvé un DAB de la CITI Bank qui m'a sauvé les vacances...
Je suis actuellement en Turquie, ici pas de problèmes, même avec les banques locales, ça coule à flot !
a écrit le 24/09/2012 à 13:15 :
Où est passé tout cet argent ? Pendant ce temps des milliardaires hellènes se la coulent douce à Gstaad !
a écrit le 24/09/2012 à 11:54 :
la premiere banque a fermer les guichets en fait faillitte
a écrit le 24/09/2012 à 11:34 :
10 milliards de pertes cela fait l'équivalent de 2 Kerviel...
Pour cette fois, les traders n'y sont pour rien !
Réponse de le 24/09/2012 à 13:22 :
Avec 10 milliards d'?, la France se paye 2 porte-avions nucléaires !
a écrit le 24/09/2012 à 10:28 :
très surprenant de penser que quelqu'un peut être assez fou pour mettre 600 millions d'euros dans une filiale puis la vendre 1 euro.. et également de penser que des banques grecques exangues puissent être en position de racheter des actifs qui posent problème..la vente ne peut se faire..les seules solutions et recapitaliser et garder ou le dépôt de bilan pour la filiale grecque..
Réponse de le 24/09/2012 à 13:48 :
Je parie sur le dépôt de bilan.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :