La future Banque publique d'investissement muscle encore sa capacité d'intervention

 |   |  266  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Reuters)
Les moyens alloués à la future Banque publique d'investissement ont été de nouveau augmenté, pour atteindre environ 40 milliards d'euros selon Libération.

La Banque publique d?investissement (BPI) pourrait être dotée de 40 milliards d?euros environ selon le quotidien Libération. Soit 10 milliards d?euros de plus que le projet initial.
Ce, parce que la mission de la BPI semble également s?élargir, du financement des seules PME et ETI à celui de toutes les entreprises, selon Les Echos.
Par ailleurs, le rôle des régions dans le fonctionnement opérationnel de l?institution sera prépondérant. En effet, Pierre Moscovici, ministre de l?Economie, a récemment déclaré que "dans la pratique, 90% des décisions de la BPI seront prises en régions". Avant de préciser que "les régions définiront les orientations et les priorités de la BPI avec l?Etat, aussi bien au niveau national qu?au niveau local".

La question de la gouvernance reste entière

Reste une question d?envergure à trancher : celle de la gouvernance, dont la composition n?est toujours pas arrêtée. Libération précise que les régions disposeront de deux sièges au conseil d?administration et présideront les comités qui seront chargés de débloquer les prêts aux PME candidates. Par contre, pour ce qui est du futur patron de la BPI, la question reste ouverte.
Sachant que le Premier ministre Jean-Marc Ayrault souhaite qu'"à la fin de l'année cette Banque publique d'investissement, une fois le décret d'application pris, soit opérationnelle et que les premiers contrats soient signés". Le projet de loi doit être présenté le 17 octobre en conseil des ministres.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/10/2012 à 15:42 :
Les déclarations de la ministre du CE ce matin vont dans le sens de mon commentaire du 30.9, encore faudrait il être + explicite sur le transfert des assurances Coface.
a écrit le 30/09/2012 à 13:04 :
au dela des pbs de gouvernance du nouvel ensemble,il conviendrait de connaitre son périmètre et ses fonctions; sur ces 2 sujets,le lien entre innovation et exportation me semble essentiel; une étude commune d'Oseo et d'Ubifrance réalisée en 2010 l'avait bien montré.Pour renforcer la synergie des 2 thèmes, il me parait indispensable que la bpi intègre les missions d'Ubifrance mais aussi les dispsitifs d'assurance publique export actuellement gérés par la Coface,filiale du groupe bancaire BPCE.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :