La BPI ne pourra pas se passer des Régions

 |   |  397  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Lors d'un déplacement dans la banlieue de Montpellier, Pierre Moscovici, le ministre de l'Economie a déclaré que "90% des décisions" de la future Banque publique d'investissement (BPI) seront prises par les régions.

Les régions ont-elles gagné leur bras de fer contre Paris dans le dossier de la Banque publique d?investissement (BPI). Peut-être. Lors d?un déplacement à Lavérune, dans la banlieue de Montpellier, Pierre Moscovici a précisé les contours de l?organisation de la nouvelle structure qui sera présentée le 17 octobre en conseil des ministres qui rassemblera la banque publique Oseo, CDC Entreprises et le Fonds stratégique d?investissement (FSI).

Un véritable partenariat ?

"La BPI est fondée sur un partenariat entre l'Etat et les régions. Dans la pratique, 90% des décisions de la BPI seront prises en régions. Les régions définiront les orientations et les priorités de la BPI avec l'Etat, aussi bien au niveau national qu'au niveau local", a expliqué le ministre, précisant que des guichets uniques seraient mis sur pied en régions, "au plus près des entreprises.

Faire plaisir à tous

La partie n?était pas gagnée d?avance. Ces dernières semaines, les présidents de Région, et en particulier Alain rousset, le président de l?Association des régions de France (ARF), ont multiplié les déclarations et les pressions pour que les territoires ne se contentent pas d?un simple rôle de consultant. Concrètement, ils réclamaient que le schéma de la BPI se dessine de la manière suivante : une holding centrale et des filiales régionales où les Régions seraient à la décision. Problème, cette organisation ne séduisait pas Bercy qui semble depuis avoir fait marche arrière pour satisfaire à la fois les élus locaux et? François Hollande. Le 31 août, en déplacement à Châlons-en-Champagne, le Président de la république avait déclaré que la BPI serait ?déconcentrée sur les territoires et qu?elle travaillerait en cohérence avec les régions qui seront associées à ses décisions et orientations?.

Le soutien de l?Europe

Autre enseignement de ce déplacement ministériel dans l?Hérault, "la BPI devra aussi s'articuler avec les financements européens. Notre modèle, c'est le mille-pattes, pas le mammouth: un pied partout où il faut, lié à un tronc souple qui coordonne et pilote le mouvement (...) Etat, collectivités locales, corps sociaux et acteurs économiques seront ainsi unis", a déclaré Pierre Moscovici.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/10/2012 à 17:16 :
Si la BPI aide vraiment les PME régionales ayant des difficultés à trouver des ressources: Bravo
Si la BPI fait comme Oseo et finance largement des grands groupes français qui n'ont aucun mal à trouver des financements : cela ne sert à rien
a écrit le 25/09/2012 à 14:19 :
bonnet rose et rose bonnet : les régions sont à gauche, comme les communes, l'assemblée, le sénat, l'éducation nationale, les médias, les syndicats, la magistrature...et la dette c'est qui ? les politiques + fonction publique. Et donc on confie une partie du gateau aux régions, normal ils gérent bien !!!! sans compter les retours d'ascenceur, les caisses noires, le financement des partis, tout le monde se sert. Cf dernière en date : 100 millons d'euros de caisse noire pour les députés, restriction, ils auront 10% ern moins mais hors de question d'auditer !!!!! l'économie de la nation est une chose bien trop sérieuse pour être confiée à des politiciens, à quand une assignation par un collectif citoyen pour détournement massif organisé de l'argent public et incompétences notoires de gestion ?
a écrit le 25/09/2012 à 14:15 :
Je peux me tromper. Mais je pense que c'est une bonne solution. Décentraliser les décisions des futures projets et des crédits en mobilisant les acteurs du terrain. Pour la supervision, je ne sais pas. à voir. Mais bon, vu les commentaires, tout le monde préfère que ce soit à Paris que soient prises les décisions pour leur région...Je crois rêver.
a écrit le 25/09/2012 à 11:47 :
quelle bonne nouvelle !! la région décidera des prêts à accorder, puis, si les dits prêts ne le sont pas, qui paiera ????????????????????
par ailleurs pourra avoir un prêt non remboursable à intérêt 0 que les copains des copains !!!!!!!!
a écrit le 25/09/2012 à 7:57 :
En faite, l'usine ressemblerait au CIF mais en moins performant, et avec plus d'actionnaires bizarre, y-a du boulot !!!
a écrit le 24/09/2012 à 21:35 :
Ce sera beaucoup mieux si tout le monde s'en mêle et peut piocher dans la caisse !!
Plus on est de fous plus on rigole !!!
a écrit le 24/09/2012 à 18:51 :
ca sent un peu le gaz cette usine !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :