La banque de détail recrute au compte-gouttes

 |   |  551  mots
Les recrutements dans la banque de détail devraient chuter de 20% en France, en 2012, selon le cabinet Robert Walters. Copyright Reuters
Les recrutements dans la banque de détail devraient chuter de 20% en France, en 2012, selon le cabinet Robert Walters. Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'activité la plus résistante des banques françaises est à son tour gagnée par la crise. Le cabinet de recrutement Robert Walters pronostique une chute de 20% des embauches dans ces départements, cette année.

On sait que l'emploi n'est pas au beau fixe dans les métiers de banque de financement et d'investissement (BFI). Les activités de marchés (courtage, conseil en fusions et acquisitions, etc.) ont été les premières victimes de l'aggravation de la crise financière et des réductions de bilans des banques françaises, survenues il y a un an. Mais aujourd'hui, c'est au tour de la banque de détail d'être affectée.

Dans un communiqué publié en début de semaine, le cabinet de recrutement Robert Walters évoque un premier semestre «en demi-teinte», en matière de recrutement dans la banque de détail, «prudence» et «attentisme» des établissements bancaires obligent. Certes, contrairement à la BFI, on n'assiste pas à des plans de départs volontaires. Mais, «depuis cet été, c'est le calme plat au niveau des embauches», observe un spécialiste du secteur.

Un PNB au mieux en stagnation

Il faut dire que l'activité de la banque de détail, encore appelée banque commerciale ou banque de réseau, est étroitement corrélée au produit intérieur brut (PIB). Or la conjoncture économique morose n'encourage ni les ménages ni les entreprises à solliciter des prêts pour financer des achats ou des investissements. Résultat, le produit net bancaire (PNB) des divisions de banque de détail des établissements français a au mieux stagné, au deuxième trimestre.

Pas de quoi inciter les banques à lancer des plans de recrutements massifs. D'autant plus qu'elles se trouvent en première ligne dans le projet du gouvernement d'alourdir la taxe sur les salaires, laquelle touche les entreprises non soumises à la TVA. La concrétisation de ce projet provoquerait un bond de 33% des taxes sur les banques en 2013, à quelque 3 milliards d'euros, une charge qui ne serait pas sans conséquence sur l'emploi.

Un turn-over en baisse

Dans ce contexte incertain, «le turn-over dans la banque de détail est en recul, les salariés sont devenus plus prudents dans leur volonté de changement, y compris les commerciaux, qui se disent que l'herbe n'est pas forcément plus verte ailleurs», indique Frédéric Hatsadourian, «senior manager» chez Robert Walters. Mécaniquement, les banques ont moins besoin de recruter que par le passé.

Au total, «les recrutements dans la banque de détail en France devraient être en retrait de 20% environ, en 2012, fonctions support comprises», pronostique Frédéric Hatsadourian. Et de préciser: «Ce sont les profils les plus expérimentés qui sont affectés par la baisse des recrutements. En revanche, les banques continuent à embaucher des jeunes diplômés, dans le cadre de contrats d'alternance par exemple, pour des postes de chargés d'accueil, notamment.»

Une reprise au deuxième trimestre 2013?

Au chapitre de l'âge, justement, les banques sont en butte à une pyramide des âges vieillissante, qui devrait engendrer une vague massive de départs en retraite au cours des prochaines années. De plus, le secteur bancaire est réputé pour ses perspectives d'évolution en interne, ce qui nécessite des remplacements réguliers. Conséquence, «les recrutements en banque de détail devraient reprendre progressivement à partir du deuxième trimestre 2013, plus précisément pour les métiers de chargés d'affaires particuliers, professionnels et patrimoniaux», estime Frédéric Hatsadourian.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/05/2013 à 11:42 :
en effet, vu le montant des frais il s'agit non pas d'agios mais de commissions d'intervention. Une autorisation de 300? mais vous la dépassé.
"Je gagne 1000? + autorisation de 300 mais j'en dépense 1500" et je viens raler sur la banque.
a écrit le 13/05/2013 à 11:39 :
Gilles1, vous avez raison...allez vers une banque en ligne, avec 1 interlocuteur joignabe au téléphone, vous regretterez les quelques minutes d'attente passées au guichet ! sachez que les banques de réseau proposent des solutions pour gérer vos comptes via internet tout en conservant le possibilité de rencontrer votre conseiller ! vous allez encore au guichet vous ?!!!
a écrit le 23/10/2012 à 21:25 :
Pour ma part je viens de me prendre 24 euros de frais pour un découvert de 300 euros, je trouve cela extrèmement abusif (et contraire à la loi des taux d'usure") et j'envisage de plus en plus de quitter ma banque pour une banque en ligne, donc sans "conseiller" de clientèle; tant pis pour l'emploi des banquiers, si ceux-ci continuent leurs frais abusifs.
Réponse de le 23/10/2012 à 22:33 :
La banque est une entreprise comme une autre. Le découvert est quelque chose d'anormal. Vous payez pour ne pas avoir pu / su gérer votre argent, je ne vois pas où est le problème.
Réponse de le 23/10/2012 à 23:17 :
@Enerve : Ces 24 euros paraissent effectivement importants : il doit s'agir de commissions d'intervention (opération(s) se présentant au débit d'un compte n'ayant pas la provision nécessaire pour en permettre le paiement).
Si cela résulte d'une situation exceptionnelle et/ou temporaire n'hésitez pas à en parler à votre conseiller, il doit pouvoir faire un geste commercial (sisi votre conseiller est un être humain :-))
Réponse de le 13/05/2013 à 11:36 :
marre d'entendre ces gens qui sont bien content de trouver leur banque pour demander des crédits, donner leur RIB pour les prélèvements d'abonnement au téléphone portable, internet etc etc...qui ne savent pas gérer et viennent décharger leur venin sur le monde bancaire. Pourquoi certaines personnes arrivent à gérer et ne paie uniquement leurs services bancaires, sans avoir aucun autre frais ??!!! Gérez vous verrez ça ira mieux après. C'est le discours : "les banquiers sont des nuls ils ne m'accorde pas de crédit et si le crédit est accordé et que le client n'y arrive plus ces mêmes personne sorte le discour : le banquier m'a prêté alors qu'il n'aurait pas du !!!". Mettez votre argent sous votre matelat et payer comptant votre véhicule, votre maison.
a écrit le 23/10/2012 à 17:35 :
Avec internet les banques ont de moins en moins besoin de personnel. Qui va encore faire la queue au guichet ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :