Les banques sont-elles des boucs émissaires (trop) faciles ?

 |   |  630  mots
Le mouvement des Occupy Wall Street, Copyright Reuters
Le mouvement des Occupy Wall Street, Copyright Reuters
Une émission diffusée sur France 3 a posé cette question et alterné débats et reportages sur le sujet de la perte de confiance des consommateurs dans le système bancaire. Bouc émissaire facile, tout était bon hier soir pour taper sur les banques. Mais la méthode est-elle vraiment efficace?

Les banquiers ont-ils abdiqué leur rôle sociétal au bénéfice d'une course au profit? Sont-ils devenus des vendeurs de tapis, qui remplissent les objectifs de commercialisation de produits, lesquels augmentent chaque année? "Les banques vont-elles nous ruiner?", tel était le sujet de l'émission Le Monde d'après, diffusée lundi 8 octobre sur France 3. Une émission réalisée dans le sillage des séries Noire Finance d'Arte ou encore des enquêtes de Cash Investigation de France 2.

Une finance désincarnée

Dans les reportages de la première partie de soirée, tout y passe: les frais bancaires, les scandales financiers, l'assurance vie en unités de compte, le coup de gueule d'Eric Cantona, les extraits de l'audience des dirigeants de Goldman Sachs devant la justice, la pyramide de Ponzi, la crise grecque...
Alors les banques sont-elles victimes, laxistes, irresponsables, tricheuses, menteuses, voire criminelles? L'émission a invité ses intervenants sur un plateau froid, gris, dépouillé, incarnant une finance impersonnelle et rigide.
Seul banquier venu s'exprimer pendant l'émission, Frédéric Oudéa, PDG de Société Générale, a priori bouc émissaire facile, a néanmoins fourbi ses armes: "Ce reportage est caricatural, il ne reflète pas la réalité du terrain, c'est-à-dire 4 Français sur 5 qui ont gardé la confiance avec leur banque. La confiance dans sa banque et dans son conseiller n'a cessé de progresser. La confiance dans les institutions, dans le système bancaire, est effectivement plus faible".
Thierry Philipponnat, secrétaire général de Finance Watch, s'insurge: "Les banques ne sont pas qu'un bouc émissaire. Il y a un système de rétrocessions occultes". Ce dernier dénonce aussi la mauvaise volonté des banques à être davantage transparentes dans leurs pratiques.

Les limites du "bankers bashing"

Avec humour la chroniqueuse Caroline Vigneaux, explique quant à elle comment, dans la pratique, on ne peut se passer des banques ou vivre "SDF, sans domiciliation financière".
A ses détracteurs, le PDG de Société Générale répond: "Il y a des fraudes comme Madoff. Les banques ne sont pas des victimes, les victimes sont les épargnants. Vous ne pouvez pas dire que le problème de la Grèce vient de Goldman Sachs. Il faut quand même expliquer aux concitoyens ce qui se passe en Europe. Il y a eu des excès, il y a eu des dérives dans les marchés. Il doit y avoir plus de régulation, et des sanctions appropriées. Attention à ne pas tout mélanger, à ne pas dire que tous les problèmes que nous avons sont des problèmes de banque. Parce qu'à un mauvais diagnostic il y aura des mauvais remèdes. Vous ne pouvez pas condamner comme ça des banques entières qui font leur boulot depuis 150 ans, en disant que les banquiers doivent tous aller en prison!"
Ancien trader, Henry Quinson, aujourd'hui moine et essayiste, met en garde: "Il y a quand même un paradoxe. La société française est aussi endettée qu'à la veille de la Révolution française. C'est facile de dire qu'on n'aime pas les banquiers et en même temps de profiter de leurs services." Il faudra attendre la sortie de plateau de Frédéric Oudéa, PDG de Société Générale, et 1h30 d?émission pour que Franz-Olivier Giesbert concède : "les hommes politiques se servent des banques comme boucs émissaires".
Le "bankers bashing" a également ses limites: à trop taper sur les banquiers, ils finiront par se poser en victimes. Et à être trop réducteur, on en est contre-productif. Mais peut-on vraiment faire de l'audience avec un sujet sur la finance qui ne serait pas racoleur et provocant?
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/01/2015 à 4:17 :
une ambiguité une nébuleusité : on ne sait pas ou se termine la judicieuse opportunité et ou commence la condamnable malhonneteté , remarquez ils n'ont jamais de comptes a régler , c'est une espèce hautement protéger avec la complicité a n'en pas douter de la main invisible étatisée pour participer a la curée ! après avoir copieusement dégusté par le biais d'une banque représenté par un écureuil si vous voyez !
a écrit le 23/10/2012 à 22:48 :
Les responsables sont les politiciens corrompus qui font du clientélisme comme en grèce .
Les banquiers juifs étaient déja utilisés comme boucs émissaires au moyen âge.
a écrit le 10/10/2012 à 10:55 :
Pour Information. Le Groupe BPCE n'a été contacté par la rédaction de ce magazine pour participer à l'émission.
Thierry Martinez
Directeur des relations presse du Groupe BPCE
a écrit le 10/10/2012 à 9:40 :
La réponse est "oui, les banques sont des boucs émissaires faciles". N'empêche que c'est la main-mise de la Finance (dont les banques font partie) sur la globalité du système qui nous a foutu dans la merde dont on n'est pas près de sortir ! Même si d'autres acteurs sont responsables, en 1ier lieu les hommes politiques, totalement complaisant à ce système, qu'il soit de droite ou de gauche [il y a d'ailleurs là un autre problème qui risque de surgir rapidement : soit on vote pour des "modérés" qui en gros feront la même chose, ... soit on se retourne vers les extrêmes (cf crise des années 30). Où en est vraiment la démocratie ?!].
a écrit le 09/10/2012 à 23:44 :
Reportage totalement scandaleux de la part d'une chaîne publique comme France 3. Reportage 100% à charge sans aucune objectivité et plein de contre vérités.
Ne mélangez pas les banques d'investissement et les banques de réseau.
Ne mélangez pas les banques américaines, grecques ou autres avec celles de France.
N'oubliez pas qu'il y a des dizaines de milliers de salariés dans nos petites agences régionales et certainement des amis et de la famille...
a écrit le 09/10/2012 à 19:05 :
La spéculation c'est facile et ça rapporte. Parcontre ça détruit l'économie réelle.

Ce qu'il se passe aujourd'hui est un remake de la crise d'octobre 1929. Banques et finance manipulent l'économie et ce sont les petites gens qui payent.

L'histoire se répète ce sont simplement les hommes qui changent.

Décidément cette crise de 29 n'a pas été comprise... Et nous allons le payer (plus particulièrement la fameuse génération Y). Cependant, quand nous serons au pouvoir j'espère qu'on aura des vrais hommes politiques dignes de ce nom qui reprendront le pouvoir sur cette finance nauséabonde et sur ces lobbys tueurs d'enfants (marchands d'armes, agro-alimentaire, etc..).

On vous a "grillés" :p
a écrit le 09/10/2012 à 18:07 :
le lobbying bancaire est trop puissant et ne respecte surtout pas le petit client. Les gros clients n'y voient que du feu et protège leur banque chérie sans se rendre compte de qui paye tout en bas pour tout cela. Notre tante âgée n'a pas pu récupérer son argent, ultra chrétienne en plus, le banquier a profiter de son age et de ses croyances pour la dissuader sous un prétexte a tirer les cheveux d'un jour religieux. Un jeune que j'ai rencontré qui gagne bien s'est vu refusé l'accès à son argent d?épargne pour un achat personnel par son banquier. Nous ont nous a refusé la clôture de certains produits financiers (otages). Donc oui ils dépassent les bornes et se croient tout permis sur la population. Ne respect absolument pas le devoir de conseil.
a écrit le 09/10/2012 à 17:31 :
les banques sont fautives à 150 pour cent. Depuis que la tarification existe elles font des bénéfices record qui leur ont fait perdre la téte. Le dramatique de l'affaire c'est qu'aucun de ces Messieurs n'est jugé pour ses erreurs qui ont coutés - à l'actionnaire, aux contribuables- des milliards. La banque Emporiki a couté au CA 2 fois (quasiment ) l'affaire Kerviel et tout passe comme si de rien n'était sauf pour les clients- tarifés- et les salariés- exploités-. A regretter l'absence à l'émission de JP Chifflet , DG du CA et pourtant président de la FBF.
Réponse de le 09/10/2012 à 17:50 :
chacun a pu comprendre l'origine des affaires liées aux banques (n'en déplaise à BNP Paribas), à savoir l'arrivée d'hommes peu dignes moralement et guidés par le lucre et l'absence de toute culture, naturellement le système éducatif US n'est pas exempt de reproches ds ces dérives d'ordre d'abord éthique.
Réponse de le 09/10/2012 à 18:53 :
ce n'est évidemment pas "la faute des banques", mais passer certains de ces messieurs en jugement est de la responsabilité du politique. et qui choisit le politique? hé oui, on réalise que voter et faire des choix peut avoir des conséquences dangeureuses.
Réponse de le 10/10/2012 à 11:55 :
à objection: Et le lobbying, tu connais?
a écrit le 09/10/2012 à 16:25 :
Le pdg de societe general est dans son role de defendre ses interets,en attendant a part madoffet peut etre kerveil,aucun banquiers irresponsables/pourris ne sont en prison et la crise a plutot enrichis les banques qui sont encore la.... Dire que c caricatural de tout mettre sur le dos des banquiers.... Qui a cree les subprimes?Qui demande toujours plus de dereglementation? Qui a cree les hedge funds? Qui specule? etcetc Ce n'est pas Mme Michu,et que les politiques soient complices ne fait aucun doutes,mais les banquiers en faisant du lobbying pour plus de dereglementation,moins de controle(on se demande bien pourquoi?) et en creeant des produits toxiques ou des produits dont ils ne maitrisent absolument pas leur complexite sont bien responsable.Et pourtant on les renfloue,aucun ne va en prison,la ou le citoyen lambda si il faisiat le dixieme de tout ca prendrait perpet....Merci a l'auteur de l'article de nous prendre pour des jambons et d'oublier(sciemment?) la derniere partie de l'emission avec des intervenants beaucoup plus critique envers les institutions bancaires,notament le prix nobel d'economie de 2011
Réponse de le 09/10/2012 à 16:44 :
vraiment? Les particuliers qui ont souscrit a des produits offrant des 11% par an comme le faisait Madoff n ont aucune responsabilité? Les Etats qui ont déréglementé et poussé et leur population et les autres n en ont pas non plus?? Pas plus que les organismes de notations notant allégrement AAA des produits pourris? Ne mélangez pas tout et surtout ne mélangez pas banque de détail et banque d investissement Rien n est tout noir ni tout blanc tout est nuance de gris et le sujet est bien plus complexe que ca Il y a des banquiers pourris , il y a des particuliers pourris et des politiques également Mais heureusement pas tous et tous les pays ne fonctionnement pas de la même façon ce qui s est passé aux USA ou en Espagne n est pas ce qui s est passé en France ou en Allemagne
Réponse de le 09/10/2012 à 16:46 :
Il y a eu un article sur la deuxième partie avec les propositions de Stiglitz : http://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/industrie-financiere/20121009trib000723749/secteur-bancaire-les-conseils-de-joseph-stiglitz-a-pierre-moscovici-.html
Réponse de le 09/10/2012 à 17:21 :
Sauf qu'une banque de detail fait aussi des operations speculatives,et il ya une porosite entre les 2 structures d'une meme banque.D'ou le probleme.Car elles utilisent l'epargne du client lambda(de la banque de detail) pour financer des operations speculatives et la c le drame,la crise,le renflouement par argent public des banques....Donc oui elles sont coupables,vu que ce sont elles qui ont cree ces produits,qui ont speculer en toute connaissance de cause et fait du lobbying. les politiques sont egalement responsable,d'ailleurs de nbs banquiers sont dans les gouvernements....CQFD
L'irlande qui avait des comptes positifs,une dette de 30%,le pays s'est effondre entierement a cause de la speculation et des activitees bancaires.Avec une dette de plus de 100%....
Quand tu es aux manettes,tu es responsable....
Réponse de le 09/10/2012 à 17:55 :
qui a créer les subprimes ? Ben Laden + Greenspan + les emprunteurs américains peu solvables. Pourquoi ? Ben Laden a mis 2 avions dans les tours, du coup pour éviter la récession (systématique en cas de gros choc) et soutenir l'économie, Greenspan a fortement diminuer les taux de refi de la FED. La mayonnaise a pris, il n'y pas eu d'arret de la conso, mais au contraire des milliers de prets (immo notament) contractés (à taux variable, une habitude américaine)à taux très bas. Sauf qu'en économie quand la machine s'emballe il y a de l'inflation et pour stopper cela les taux ont été remontés (avec en même temps une montée des taux interbancaire car ça commençait à sentir mauvais ): les personnes qui étaient déjà juste en endettement avec des taux frisant le 0% se sont retrouvés pendus avec des taux à 6% et +. Impayés, saisies, dettes toxiques car crédits vendus dans des produits financiers -> la crise. MORALITE : un choc inimaginable, l'incompétence de dirigeants et la volonté d'être propriétaire à tout prix ont créé cela.
a écrit le 09/10/2012 à 15:49 :
Ok les banques et les escrocs à la Madoff ne sont pas des enfants de coeur. Mais la crise de la dette que l'on vit actuellement c'est bien le fait des politiques tout autant responsables d'avoir distribué plus d'argent qu'ils en avait pour se faire élire ou réélire. Les gouvernements aussi font de piètre affaires : ex la France et ses avoir dans le nucléaire on fondu de 500 milliards de 2007 à 2011. Les électeurs qui les on mis en place sont bien responsable aussi de ne pas les avoir contrôlés. Pour autant sont ils pointé du doit comme les banquiers?
a écrit le 09/10/2012 à 14:44 :
Merci aux banques d'avoir ouvert les crédit ainsi j'ai pu vendre de l' immobilier cinq fois plus chers.
Réponse de le 09/10/2012 à 17:24 :
vous avez tout compris: vous, vous réinvestissez (et achetez 5 fois plus cher) ou dépensez en consommation à celui qui vous a acheté et qui doit produire pour rembourser son crédit. c'est ça l'économie.
a écrit le 09/10/2012 à 13:59 :
Mais c'est quand même goldman sachs qui a "bidouillé" les comptes de la grèce pour qu'elle puisse entrer dans l'euro! GM a diminué artificiellement et fortement les dettes de la Grèce !
Réponse de le 09/10/2012 à 14:25 :
exact..mais cela ne dispensait pas l?Europe d'une analyse plus approfondie (les bidouilles auraient peut être été vues ) . et surtout, il n'en reste pas moins que c?est la Grèce, et personne d'autres, qui a emprunté ces sommes, sans forcement avoir les moyens de rembourser...que GM ait bricole les moyens techniques pour que la gréce puisse adhérer à l'euro est profondément critiquable, il est trop facile d?accuser une profession d?être responsable de l?incurie d'un état. Ce qui vaut pour la France : si on ne veut pas dépendre des banquiers, il suffit de ne pas avoir à s'endetter...
Réponse de le 09/10/2012 à 15:05 :
Elles ont été vues mais quand Eurostat a voulu dépêcher une mission d'audit en 2005 la France et l'Allemagne s'y sont opposé de concert.
Réponse de le 09/10/2012 à 16:49 :
je recommandes aux gens que ca interesses et qui ne s arretent à l info version TF1 le documentaire (qui a été primé d un Oscar) "Inside Job" ainsi que le film documentaire " To big to fail" ( un peu trop gentil avec Paulson mais sinon retracant l exacte vérité de ce qui s est passé pendant la crise de Lehman Brothers Edifiant mais encore une fois toutes les banques ne fonctionnent pas comme ca Pas parce qu elles sont plus "gentilles" ou plus "sages" que leurs soeurs US mais simplement parce que les réglementations ne sont pas les m^mes ce qui nous a probablement sauvé du bouillon
Réponse de le 09/10/2012 à 17:20 :
c'est le gouvernement grec qui a "bidouillé" les comptes de la Grèce et c'est l'UE qui l'a fait entrer en euro (pas goldman sachs).
a écrit le 09/10/2012 à 13:35 :
Les banques ne sont qu'un symptome de la derive d'un systeme, mais un symptome dont certains profitent plus que d'autres... Ce systeme mutera et d'ailleurs a deja mute voire evolution des banques aux US. Victime ou pas n'est donc pas la bonne question.
a écrit le 09/10/2012 à 12:57 :
emission naz fermer goldman sachs +taxe importations chinoises et autres diviser banques et ca ira mieux
a écrit le 09/10/2012 à 12:41 :
les banques sont elles responsablent de notre grand notre grand nombre d'élus , de fonctionnaires,d'aides injustifiées etc unexemple dans ma communauté de communes 13 000 habitants seulement 5 communes 5 maires 25 adjoint 1 président 5 vices président soit 36 personnes rémunérées ce qui n'empeche doublon sécrétariat ,responsable trvaux etc etc
a écrit le 09/10/2012 à 12:23 :
Bien sûre qu'elles sont responsables mais les politiciens aussi. C'est de leur faute la crise des subprimes, ils font n'importe quoi et attende juste qu'on les renfloue, on dit bien too big to fail c'est pas pour rien et ils le savent très bien!!!!!!!
Réponse de le 09/10/2012 à 13:14 :
Les politiciens aussi parce qu'il sont aux ordres des banques (puisque c'est elles qui financent leur élection)
Réponse de le 09/10/2012 à 13:36 :
Pathétique... vous confondez tout... c'est quoi une banque ? quelles sont leurs missions ? c'est quoi la crise des subprimes ? qui a renfloué qui ?
Réponse de le 09/10/2012 à 15:01 :
"elles sont responsables mais les politiciens aussi": les politiques font ce que le peuple veux! c'est le peuple qui est responsable. les pb des politiques est de faire ce que veulent ceux qui gueulle le plus veulent et non la mojorité.
a écrit le 09/10/2012 à 12:21 :
Affligeante cette emmission, des sujets traités superficiellement, à la limite du n'importe quoi, on y melangeait tout, même le presentateur etait completement à coté de la plaque, il aurait pu mieux preparer son sujet, plutot que de relayer des banalités aussi carricaturales.
Peut etre que la conclusion de cette emmission etait pertinente, mais je n'ai pas tenu jusque là face à de telles inepties.
Réponse de le 09/10/2012 à 12:57 :
La télé c'est pour endormir le peuple, pas pour le réveiller, faut pas rêver non plus devant la télé.
Réponse de le 09/10/2012 à 15:06 :
La télé critique les banques qui veulent juste faire de l'argent alors qu'eux sont exactement pareil, quitte à désinformer ou mentir par omission. le pire dans tout ça est qu'ils y a des gens pour tout croire sans reflechir
a écrit le 09/10/2012 à 12:18 :
Il faut différencier banque et finance à proprement parlé. Comparer un hedge fund et une banque de réseau n'a pas de sens. Concernant la finance occulte, improductive et prédatrice il est bon de rappeler qu'en Europe la directive Mifid de 2007 a totalement libéralisé les Darkpools, hedgefund et le THF qui ne sont pour l'heure soumis à aucun contrôle ou obligation, c'est ici que le bât blesse, pas chez le banquier du coin de la rue. Ce type d'émission éleverait le débat si elle prenait le temps de faire le distingo.
Réponse de le 09/10/2012 à 15:26 :
Le souci, Fatcat, est qu'une banque de réseau est obligée de faire du hedge fund pour des questions de rentabilité par rapport à ses concurrentes... Vous voulez que je vous donne le nombre de "filiales" en paradis fiscaux (surtout les "gris"... vous savez, les petits gris, les meilleurs escargots car discrets...) des banques françaises...?? Arrêtons l'hypocrisie, 5 minutes.
Réponse de le 09/10/2012 à 16:51 :
c'est vous qui confondez tout, l'agence de votre quartier et ceux qui y travaillent n'ont rien à voir avec ce que vous décrivez. Vous n'y connaissez pas grand chose en réalité.
Réponse de le 09/10/2012 à 17:31 :
Sources? Pour avoir étudié les bilans non consolidés et les rapports annuels de plusieurs grandes banques françaises pas de gisements de rentabilité dans des prises de participation dans des HF. C'est donc faux. Faut pas confondre des opérations offshore de BFI avec de grands industriels type EADS avec du HF.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :